Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 16:00

Après avoir remercié les personnes rencontrées au cimetière, nous reprenons le 4x4 pour atteindre à quelques encablures de là, le site d'où partait les "caravanes". Nous prenons d'abord un petit chemin bordé de maisons en bois, sagement entourées d'enclos en bambous. Quelques enfants s'écartent sur notre passage. A la sortie du hameau, au bord d'un ruisseau, nous apercevons une dame qui se lave, sous la surveillance d'un homme (son mari sans doute). Elle est cependant drapée dans un pagne.

La piste qui longe ensuite le littoral est étroite et bien défoncée. Aucune indication "touristique" bien sûr... Manu rate le "bon" sentier et nous faisons donc demi-tour.
Nous descendons de notre véhicule au milieu des herbes hautes. Un peu plus bas, au milieu de la clairière, on trouve une petite stèle peinte en blanc. Il y a un cartouche mais sans aucune indication...  C'est apparemment un point symbolique de départ des caravanes.




Les "caravanes" étaient constituées par les européens et leurs porteurs qui effectuaient le trajet à pied de Loango ou de Tchissanga jusqu'à Brazzaville (ou plus récemment de Pointe-Noire à Brazzaville). Le site est utilisé dès 1887 par Albert Dolisie, premier résident à Loango. Il s'agit alors d'explorer l'intérieur du pays et de convoyer des marchandises.
Les marchandises transportées provenaient du port de Loango tout proche. Les porteurs avaient une charge de 20 à 30 kg chacun. Il fallait 25 à 30 jours de marche pour effectuer un épique et dangereux parcours de près de 600 km ! En mai 1891, 33 caravanes prennent le départ. En juin 1891, c'est 51 caravanes qui se lancent dans l'aventure (soit près de 3000 porteurs !).
Cyniquement le capitaine français Baratier (mission Marchand) considère alors que les Loangos "sont nés porteurs et qu'ils sont certainement venus au monde avec une charge sur la tête".

Plus anciennement, à l'époque de la Traite Négrière, le trajet inverse ramenait les esclaves capturés à l'intérieur des terres vers la zone d'embarquement à Loango. Ils étaient alors vendus aux occidentaux (parfois contre de simples pacotilles, comme celles que l'on voit au Musée de Diosso ; cf  Expédition à Diosso : le musée Mâ Loango ).

Le site surplombe superbement la baie de Loango. On identifie au fond la "Pointe Indienne".


 
Il parait que cet endroit abritait les habitations des européens et leurs commerces. Aucune trace ne subsiste des bâtiments (construits en bois très probablement), la végétation a repris depuis longtemps ses droits.


 
Ceci d'autant plus que des auxiliaires zélés ont dû participer à la destruction des vestiges ligneux... Je remarque en effet sur le terrain quelques termitières. 
Je suis surpris de voir une termitière en forme de champignon géant ! Dans mon esprit, une termitière ressemblait plus à une sorte de montagne pointue, telle que je l'avais vu dans des reportages.



 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

commentaires

Ya Sanza 21/05/2010 16:02



Nan, nan, je n'ai rien raté du tout, j'ai seulement réagi trop vite, comme pour Arsène pour lequel tu donnes une version similaire à la mienne. M. Albinos assis sur la colonne, c'est sur la page suivante de ton blog.


Après avoir vu que je me pressais trop à réagir j'ai lu ton blog jusqu'à la dernière ligne.



Fabrice 25/05/2010 19:35



Ah voilà, les gens pressés ne suivent pas le fil de mes découvertes !



Ya Sanza 19/05/2010 22:04



La petite stèle dont tu parles et donnes la photo a été posée en 2002 pour un passage de Sassou qui y a scellé la première pierre de ce qui devait être la réhabilitation de la piste des
caravanes. Une première pierre qui comme tant d'utres ici demeurent filles uniques.


Par contre, il est fort dommage que tu ais raté, à une quinzaine de mètres de là, la colonne de briques plâtrières couchée dans les herbes et qui porte une plaque de ciment où il est indiqué que
ce lieu marque le lieu où arrivaient les esclaves et que plus de deux millions d'entre eux sont passés par là. (Indication que tu donnes plus amont.)



Fabrice 21/05/2010 15:46



J'ai bien vu la colonne de briques écrasée dans les herbes folles et la plaque (sommaire) évoquant le lieu de départ des esclaves. Tu as dû raté sur mon blog la photo de M. Albinos assis sur
cette pile de briques !



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories