Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 21:30

L'une de mes trouvailles est une singulière "figure de reliquaire" que l'on attribue d'ordinaire au groupe ethnique gabonais Kota (implanté à l'est du pays, dans le bassin du Haut Ogooué). On trouve aussi ce genre d'art "sacré" au Congo dans la région de Mossendjo et Zanaga (frontalière du Gabon).

Dans les années 1870-1880, les occidentaux font la "découverte" de ces figures de reliquaire et sont fort intrigués. Ils ne pensaient pas trouver ce type d'art en Afrique Centrale, la représentation et la technique utilisée étant quasiment uniques sur le continent. Les Africains maîtrisaient en fait depuis longtemps la production des alliages de cuivre. Une parenté de style avec l'Egypte antique a été avancée. Ces figures étaient fixées sur des paniers qui contenaient des ossements des ancêtres, principalement des crânes, et associés parfois à des ossements d'animaux.

 

reliquaire-kota-cuivre

Figure de reliquaire Kota (bois, laiton, cuivre rouge, 38 cm) 

 

Ceci peut paraître aujourd'hui surprenant, mais n'oublions pas que dans la religion chrétienne également, on a vénéré pendant des siècles des reliques du Christ et de toute une ribambelle de Saints. Reliques auxquelles on attribuait bien souvent des pouvoirs de guérison. Au Moyen-Âge, le "trafic" de reliques était florissant, avec de multiples "fausses reliques" fabriquées de toute pièce... C'est à qui posséderait un morceau de fémur, un bout de crâne ou la côte d'un Saint. Les pèlerinages et processions associés à la vénération des reliques avaient un retentissement important sur l'économie locale. On trouve encore dans les églises de France ces reliquaires, dont certains sont des chefs-d'œuvre d'orfèvrerie.


Revenons en Afrique centrale, où il existe plusieurs types de figures de reliquaire dites "Kota" en fonction de la forme et de la technique utilisée, et des régions de provenance. Pour simplifier, le type sangu est en bois, de plus petite largeur, avec un long cou, le type Kota présente des plaques de cuivre ou laiton, avec souvent une "coiffe" en forme de croissant, la figure de type Mahongwe est non plane et comporte souvent des fils de cuivre. Je laisse aux spécialistes l'explication des multiples variantes !

 

fetiche reliquaire-paniers

Nganga avec trois figures de reliquaire "sangu" (CPA Gabon 1907-1908 © Georges Patron)

 

Au début, certains ont fait le parallèle avec la tête d'un serpent. Le fétiche évoque le naja indien ou, pour être plus local, le cobra gabonais. C'est d'ailleurs le terme "cobra" que le vendeur d'antiquité a employé au sujet de mon acquisition. Mais c'est avant tout une chimère du visage des ancêtres, auxquels on rend hommage.

 

Kota-reliquaire-brazza

Figures de reliquaire Kota (© d'après Jacques de Brazza)

 

Ma figure de reliquaire comporte des yeux faits avec une coupelle de laiton, maintenue par un crochet de cuivre rouge. Le nez est fin et pointu et des fils de cuivre rouge barrent les joues (pour symboliser des larmes ??). On ne trouve ni bouche, ni oreilles.

 

reliquaire-kota-visage

Détail du visage du "fétiche"

 

La totalité de la tête est recouverte de plaques de laiton, jaune doré, délicatement assemblées et maintenues par de petites agrafes de cuivre rouge. Une impression de miroir s'en dégage. Une plaque avec des motifs en V décore le sommet du visage et la base du manche. Des fils de cuivre rouge habillent le sommet de la figure (formant une sorte de chignon) et la partie resserrée du manche.

 

reliquaire-kota-verso-cuivre

Verso de la figure de reliquaire (plaques de laiton)

 

Dans la base du manche, on trouve un trou qui permettait de fixer la figurine. Ainsi, celle-ci vous regardait fixement, perchée sur son panier. Le message était-il, attention, de là où ils sont, les ancêtres gardent un oeil sur vous !? La représentation devait en tout cas impressionner le quidam.

 

invocation-fetiches-riou-brazza

L'invocation aux fétiches (© Riou, d'après Jacques de Brazza)

 

La pièce que j'ai acquise est sans doute une reproduction assez récente des figures de reliquaire dites "Kota". Elle est proche du style Mahongwe pour la forme, mais pour la technique, on a des plaques, au lieu des fils de cuivre qui recouvrent habituellement la totalité du visage. Mais sa singularité me plaît bien, la réalisation est soignée et elle perpétue quoiqu'il en soit le souvenir de rites mystérieux aujourd'hui disparus.

 

Sources : 

Gabon, Présence des esprits - Editions Musée Dapper - 2006

Le Tour du monde : nouveau journal des voyages / publié sous la direction de M. Édouard Charton - Hachette Paris- 1887.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories