Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 21:30

L'un des obstacles naturels à affronter au nord de Pointe-Noire, c'est le fleuve Kouilou. Pendant longtemps, sa traversée a été délicate.

 

 

kouilou-pirogue-vapeur-fleuve-1900

Passage du Kouilou - Congo Français, vers 1900 (carte postale © Marichelle)

 

Les premiers colons s'en sont fait l'écho. Ainsi le père Marichelle montre t-il le mode ancestral utilisé au Congo, la pirogue bien sûr ! A l'arrière plan, un petit vapeur constitue la version moderne, utilisée pour passer d'une rive à l'autre.

 

 

kouilou-chaland-niari-1910

Lancement au Kouilou d'un chaland nommé "Niari", vers 1910 (carte postale © Marichelle)

 

Dans les années 1890-1930, on utilisera de nombreux bateaux pour remonter le cours du fleuve Kouilou. Les "vapeurs" seront nombreux à rejoindre Kakamoéka, lieu d'implantation d'une importante compagnie concessionnaire (CPKN).

Les chalands, tirés par un vapeur, permettaient de transporter les marchandises, dans les deux sens.

 

kouilou-bas-bac-congo-1950

Bac de Bas-Kouilou sur le fleuve, vers 1950 (carte postale M'vouti)

 

Un peu plus tard, le nombre de véhicules à moteur augmentant, on mis en place un bac pour passer d'une rive à l'autre.

On pouvait alors prendre au volant de son automobile, la direction de Madingo-Kayes (Ste Marie du Kouilou) et avec un engin solide, rejoindre la frontière du Gabon, un autre bac permettant de traverser la lagune de Conkouati.    

 

kouilou-bas-embarcadere

Embarcadère de Bas-Kouilou vers 1950 (© Françoise)

 

En dehors des activités agricoles, c'est la fièvre de l'or qui agita Kakamoéka pendant plusieurs dizaines d'années. L'embarcadère de Bas-Kouilou était alors un lieu d'intense activité fluviale.

Les "pinasses" et autres petits bâteaux à moteur prenaient le départ en ces lieux. L'un d'eux baptisé "L'Abeille" effectuait une liaison régulière et mettait 6 à 7 heures pour rejoindre Kakamoéka.

 

kouilou-bas-bac-fleuve-1980

Pirogue et bac de Bas-Kouilou vers 1980 (carte postale Iris)

 

Le bac de Bas-Kouilou constitua pendant une cinquantaine d'années le seul moyen "moderne" de traverser le fleuve, à quelques encablures de son embouchure.

Etonnante embouchure, barrée d'une bande de sable, comme si le fleuve Kouilou mélangeait à regret ses eaux avec celles de l'océan Atlantique (cf Bas-Kouilou : le pont et l'embouchure du fleuve ).

 

kouilou-embouchure-fleuve

Embouchure du fleuve Kouilou, bande de sable (carte postale J. A. Conseil, vers 1980)

 

Et puis, on songea à construire un pont pour enjamber le fleuve Kouilou. En 1983, un ouvrage d'art de près de 400 mètres de long voit progressivement le jour. La construction est confiée à une entreprise française. Il est inauguré en 1985 par le Président de la République du Congo.

 

kouilou-pont-bas-congo-2012

Pont de Bas-Kouilou en mai 2012 (© http://www.iero.org/blog)

 

Ce fût bien sûr une révolution dans les usages et les mentalités ! Le large pont est à double sens et comporte même deux trottoirs pour les piétons. Quelle facilité désormais pour traverser le Kouilou !

Hélas, vers 2009, on constate que le pont présente des signes de faiblesse inquiétants. On repère de nombreuses fissures dans le béton et des ruptures de câbles sous le tablier. L'air marin (salé, donc plus corrosif) et les lourds grumiers sont accusés. Et bien entendu, l'absence d'entretien pendant près de 30 ans !

 

kouilou-bas-pont-tablier

Tablier du pont de Bas-Kouilou (© http://www.jobcongobrazza.com)

 

Vu son état de dégradation, des restrictions de circulation sont prises. Des barges sont mises en place pour permettre le transport des lourdes charges.

Une réfection complète de l'ouvrage d'art est confiée à une entreprise italienne en 2012. Réparation des câbles, joints, étanchéité, enrobé, traitement des fissures, réfection des perrés, tout y passe !

Les travaux de réhabilitation doivent être achevés fin 2013. Il est recommandé que le pont soit inspecté tous les 5 ans. Les grumiers sont invités à respecter les tonnages prescrits, et à ne pas traverser le pont en convois trop rapprochés. Une distance d'environ 30 m entre deux grumiers est imposée. Qui la fera respecter ?

 

C'est toujours le plus long pont du Congo. Avec moins de 400 m, loin d'être un record mondial ! A quand le pont sur le fleuve Congo, devant relier les deux capitales, projet qui est un véritable serpent de mer ?

 

 

Sources:

http://fr.africatime.com/articles/pont-sur-le-kouilou-la-fin-des-travaux-de-rehabilitation-prevue-en-decembre-2013

http://www.congo-site.com/Bientot-la-rehabilitation-du-pont-sur-le-Kouilou_a9355.html  

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories