Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 16:15

On songe à construire un nouvel édifice à Brazzaville dès 1936, à l'initiative de Mgr Paul Biechy. Mais la basilique est véritablement née de la rencontre de trois hommes, le prêtre Charles Lecomte (1912-1985), le gouverneur de l'AEF, Félix Eboué (1884-1944) et l’architecte Roger Lelièvre, dit Erell (1907-1986). Le projet était dès le départ placé sous le signe de l'œcuménisme car les trois acteurs étaient de sensibilités différentes, respectivement catholique, libre penseur (tendance franc-maçon) et protestant.

L'emplacement a été choisi par le Gouverneur Félix Eboué en 1943, le site étant à l'intersection entre le quartier européen de la Plaine et le quartier africain de Poto-Poto. Il s'agissait alors d'accueillir les nouveaux convertis de ce quartier. 

 

case-mousgoum-tchad

Cases et silo en pisé à Mousgoum (Tchad), rives du Logone (©RMN Allégret Marc - 1926)

 

La volonté de l'architecte Roger Erell est dès le départ de faire de l'édifice la synthèse symbolique de la spiritualité chrétienne et de l’âme africaine. Les arcs brisés en ogives aiguës évoquent les fers de lance du Nord-Congo, la voûte est inspirée des cases du sud du Tchad et du Cameroun (appelées "cases obus"). C'est ce type de cases qui avait émerveillé André Gide et Marc Allégret lors de leur "Voyage au Congo" une vingtaine d'années plus tôt. Roger Erell en a reproduit presque exactement les formes (cf photo ci-dessous). 

 

case-obus-cameroun

Case obus des bords du Logone, population Mousgoum, Cameroun (© CAOM vers 1930)

 

Les travaux débutent en 1943 et l'édifice est inauguré en 1949, alors que seule la nef est achevée. La période de la Deuxième Guerre Mondiale et de l'immédiate après-guerre est difficile pour mener à bien une telle entreprise ! L'argent et les matériaux manquent... Le chantier n'est en fait terminé qu'en 1951 sous l'autorité de l'architecte Jean-Yves Normand. Et encore, l'édifice dont rêvait Roger Erell n'a pas pu être finalisé, le "clocher unique" qui devait chapeauter la basilique étant resté à l'état de projet.


chantier-ste-anne-congo-1943

Chantier de construction de la basilique Sainte Anne (carte postale, vers 1945)

 

L’architecture du bâtiment témoigne en tout cas d’une fusion d'identités avec l'apport des techniques occidentales (fondations et tribune en béton, toiture constituée de deux cent mille tuiles vernissées vertes, importées de France), de matériaux locaux (le grès mauve du Djoué, qui lui donne sa tonalité gris-rose) et de savoir-faire africains (briques fabriquées sur place, sculptures en bois et fer forgé). La forme des voûtes rappelant les cases en pisé suggère aussi pour certains deux mains jointes pour la prière.

D'autres contributeurs financiers comme le roi du Maroc, Mohammed V, et l'empereur d'Ethiopie, Hailé Sélassié 1er, renforcent le caractère œcuménique de l'entreprise.

 

chantier-sainte-anne-congo-1943

Chantier de construction de la basilique Sainte Anne (carte postale, vers 1945)

 

La basilique a été dédiée à Sainte-Anne (mère de la Vierge Marie) car l’un des prêtres français de Brazzaville (le Père Nicolas Moysan) était originaire de Sainte-Anne d’Auray. C’est donc une référence directe au sanctuaire breton, où serait apparu Sainte Anne en 1623-1625.

 

chantier-ste-anne-construction brazza

Basilique Sainte Anne du Congo en construction (1947)

 

Mais la basilique Sainte-Anne du Congo est aussi placée sous le vocable de la "France Libre". En 1946, un comité pour l’édification de cette église fut constitué sous la présidence du général Duchaussoy et à l’instigation du général Delange. Il s'agit alors de garder le souvenir des pionniers de l’Afrique Equatoriale Française et de l'épopée de la France Libre, dont une partie s'est déroulée au Congo. Ce monument deviendra ainsi un sanctuaire pour la mémoire des français et des africains engagés dans la Libération de la France aux côtés du Général de Gaulle. D'où le surprenant vitrail...

 

ste-anne brazzaville-1955

Basilique Ste Anne vers 1955 (carte postale Charlejan)

 

Une fois achevée la basilique est impressionnante : 85 m de long, 22 m de large en façade et 45 m au niveau du transept. La voûte intérieure est haute de vingt-deux mètres.

L'église parait toutefois comme étêtée, le clocher de pierre n'étant recouvert que d'un petit toit "provisoire" en tôle.

 

 

Sources : 

http://www.charles-de-gaulle.org/

http://sainte-anne-congo.blogspot.com/

http://basilique-sainte-anne.lesdepechesdebrazzaville.com/

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories