Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 09:20

Le troisième épidose historique est un nouveau pas vers la décolonisation. Le 24 août 1958, le général de Gaulle engage à Brazzaville la décolonisation de l'Afrique Noire en proposant la création de la "Communauté". Quatorze ans après la Conférence de Brazzaville, il s'agit cette fois-ci d'amorcer sérieusement l'autonomie politique. De Gaulle de retour au pouvoir suite à la crise algérienne est alors Président du Conseil. Cette démarche sera le fondement de l'Indépendance du Congo deux ans plus tard.

 

gaulle-brazzaville-discours-1958

Le général de Gaulle à Brazzaville, le 24 août 1958 (© AFP) 

 

Ce 24 août, une tribune tricolore est dressée au stade qui porte désormais le nom de Félix Eboué, tout près de la basilique Sainte-Anne. Le général de Gaulle prononce ce jour là dans la capitale de l'AEF qu'il connaît bien, le "discours de Brazzaville". Il évoque d'abord le passé et sa reconnaissance envers le Congo :

" Pour moi, dans ces lieux historiques, que de souvenirs remontent dans mon esprit et dans mon coeur, souvenirs que nous avons symbolisés tout à l'heure, quand nous sommes allés, nous incliner devant la stèle élevée à la mémoire du Gouverneur Général Félix Eboué. Que d'émotions provoquent en moi l'accueil magnifique que m'a fait la population de Brazzaville depuis hier soir, et l'extraordinaire concours qu'elle apporte à cette réunion. Emotion et assentiment provoqués aussi par les belles éloquentes paroles que vient de prononcer le Président Boganda. Tous ces souvenirs et ces émotions m'obligent à parler aujourd'hui devant vous de la façon la plus claire en même temps que la plus fraternelle. Il s'est trouvé que c'est à Brazzaville, par une sorte de décision du destin, que s'est levée d'abord la France Libre, et que se sont organisés, avec elle, les territoires africains qui, une fois de plus luttèrent pour la même cause."

 

gaulle-felix-eboue-brazzaville-1944

Félix Eboué et Charles de Gaulle en février 1944 à Brazzaville (© AFP)


Il tient ensuite des propos qui feront l'effet d'une bombe, car les ambiguïtés sont enfin levées : 

"Il est naturel et légitime que les peuples africains accèdent à ce degré politique où ils auront la responsabilité entière de leurs affaires intérieures, où il leur appartiendra d'en décider eux-mêmes, bref de se gouverner eux-mêmes " [...] "On dit: "Nous avons droit à l'indépendance." Mais certainement oui. D'ailleurs l'indépendance, quiconque la voudra pourra la prendre aussitôt. La métropole ne s'y opposera pas...". Il donne alors le choix entre la "Communauté avec la France et l'indépendance dans la sécession". 

Charles de Gaulle avait entamé le 20 août un périple africain de 20.000 km qui le conduit en une dizaine de jours au Tchad, en Algérie, au Congo-Brazzaville, en Côte d'Ivoire, en Guinée, à Madagascar et au Sénégal.

Mais c'est à Brazzaville que de Gaulle propose "au suffrage de tous les citoyens des territoires d'Afrique et des citoyens de métropole" de former une Communauté, dans laquelle chacun des Etats membres accédera à l'autonomie, avec un pouvoir exécutif et législatif. Il propose que relèvent de l'exécutif de la Communauté, les secteurs de la défense, la politique étrangère, la politique économique et la justice. A tout moment, un membre de la Communauté pourra, en faisant appel au vote de son peuple, prendre son indépendance.

 

gaulle-brazza-aout-1958

Charles de Gaulle au stade Eboué de Brazzaville le 24 août 1958 (© INA)


Le général de Gaulle précise également que chaque territoire pourra prendre son indépendance en votant non au référendum sur la Constitution de la Vème République, et ce dès le 28 septembre 1958. Finalement, les électeurs de métropole et des territoires d' outre-mer se prononcent massivement en faveur de la nouvelle Constitution. Exception notable, la Guinée d'Ahmed Sékou Touré qui se prononce contre. Le pays opte pour son indépendance le 2 octobre 1958.

La Communauté voulue par de Gaulle regroupe alors à l'automne 1958, tous les autres anciens territoires de l'AOF et de l'AEF en tant que "Républiques membres de la Communauté". Mais au cours de l'année 1960, ces Etats africains vont accéder inéluctablement à leur indépendance : Cameroun, Sénégal, Togo, Madagascar, Dahomey (devenu Bénin), Niger, Haute-Volta (actuel Burkina Faso), Côte d'Ivoire, Tchad, Centrafrique (ancien Oubangui-Chari), Congo-Brazzaville, Gabon, Mali et Mauritanie.

 

gaulle-brazza-malraux-youlou-1960

Malraux (à gauche) et Youlou (au centre) le 15 août 1960 à Brazzaville (© AFP)

 

Lors des cérémonies de l'Indépendance du Congo le 15 août 1960, c'est André Malraux qui représente la France. Il prononce évidemment un discours et inaugure à Brazzaville avec Fulbert Youlou, Président de la République, le "square de Gaulle". La boucle est bouclée...



Sources principales : 
http://www.charles-de-gaulle.org
De Gaulle et la bombe de Brazzaville - Claude Krief - L'Express- 2010
http://www.ina.fr/politique/allocutions-discours/video/AFE85007977/voyage-de-de-gaulle-a-brazzaville.fr.html
http://www.malraux.org

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Brazzaville
commenter cet article

commentaires

mfina macosso freddy 13/09/2011 00:01



oui l'Algerie à l'époque c'est le prolongement de la france, parce que l'Algerie n'a pas le même statut que le reste de l'Afrique, sans oublier le poutche du carteron des officiers de l'armé
française. l'indochine il fallait que la france est un pied en Asie, pour le reste il fallait péreniser l'indépendance énergétique de la France d'ou ma première réflection. 



Fabrice 13/09/2011 09:59



Même si de Gaulle ne propose l'indépendance que contraint par le cours de l'Histoire, en 1958 il veut à tout prix éviter de nouveaux conflits en Afrique Noire. Après la perte de l'Algérie en 1962
(et du pétrole du Sahara), il doit en effet s'assurer de l'approvisionnement de la France. A partir de là commence les réseaux d'influence, liés principalement au pétrole, au Gabon, au Congo...



mfina mac 12/09/2011 12:53



le général Dégaulle ne voulait pas vraiment prononcé le mot indépendance , ni voulait de l'indépendance! la preuve il met en place la franceafrique et le maintient des dictateurs au pouvoir , les
relations personalisés avec les chefs d'etats AFRICAIN. 



Fabrice 12/09/2011 17:09



En 1958, il a bien volontairement prononcé le mot "indépendance" et cela s'est fait globalement en 1960 sans effusion de sang. Si on compare aux guerres d'Indochine et d'Algérie (et celles
d'autres colonies européennes), c'est déjà beaucoup à mettre à son actif ! Après, on pourrait discuter pendant longtemps du caractère effectif des Indépendances dans les pays d'Afrique Noire
francophone... Il est évident que la France a tout fait pour garder son influence politique, écomomique et militaire, soutenue en cela par les grandes puissances dans le contexte de la Guerre
Froide.



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories