Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 15:45

Le lieu d'implantation du mémorial n'a pas été choisi par hasard. A côté de la statue, un grand livre ouvert en pierre, reposant sur des mains, rappelle que c'est ici que Savorgnan de Brazza planta le pavillon de la France le 3 octobre 1880. C'est la concrétisation de son premier traité avec le Makoko, Iloo 1er, roi des Tékés, signé le 10 septembre 1880. Le Congo s'engage sur la voie du Protectorat, validé par le Parlement français en 1882.

Il parait que c'est également ici que fut construite la première "maison" de Brazzaville, tout près du fleuve. Le compagnon d'exploration de Brazza, Charles de Chavannes en fit le croquis à son achèvement le 30 septembre 1884.

 

brazzaville maison-1884

Première maison de Brazzaville en 1884 (©CAOM, Charles de Chavannes, "Avec Brazza")

 

Le projet de mémorial vit le jour suite à des contacts entre un petit neveu de Savorgnan de Brazza et l'Etat congolais. L'explorateur est décédé en 1905 à Dakar et enterré à Alger. L'idée de "rapatrier" ses cendres au Congo fit son chemin et la première pierre de l'édifice fut posée en 2005. Le symbolique centième anniversaire du décès fut raté et le mémorial fut finalement inauguré en 2006.

Le projet provoqua de vives polémiques : hommage inapproprié au colonisateur, dépenses somptuaires et indécentes, célébration inutile étant donné que l'homme était déjà honoré par de multiples lieux à son nom (ne serait-ce déjà que par le nom de la ville, bien sûr !), voire construction maçonnique ou temple occulte déguisé en mémorial...


Il est vrai que c'est assez singulier qu'un pays colonisé rende un hommage aussi marqué à l'homme qui a contribué à le mettre dans le giron français. Mais on peut aussi considérer que 1880, c'est l'acte de naissance du "Congo moderne" car auparavant le territoire était constitué de multiples royaumes, divisés, et qui s'affrontaient de temps à autre.

On nous conte aussi que la colonisation du Congo dans les années 1880 fut plutôt pacifique et on met en avant l'humanisme de Savorgnan de Brazza. Par rapport à d'autres contrées africaines (sans parler de l'extermination des Indiens d'Amérique ou des Aborigènes d'Australie...), c'est sans doute vrai. Il n'y a pas eu à ma connaissance de massacres à grande échelle. Mais on tira quand même quelques coups de canon pour débarquer sur les côtes et la conquête des différents territoires fit çà et là quelques morts. D'aucuns soulignent aussi à juste titre que l'on a fait signer des traités à des personnes qui ne savaient évidemment par lire le français...


Le clinquant du monument construit en marbre blanc, d'un coût de 6 millions d'Euros, peut évidemment choquer par rapport à la misère de nombreux congolais... Le mémorial est climatisé, et c'est ce qui m'a un peu surpris lors de mon entrée. Ensuite, l'élément que l'on remarque une fois à l'intérieur, c'est la coupole.


mausolée-brazza-coupole-

Coupole du mémorial Savorgnan de Brazza

 

Quelques vitres sont malheureusement déjà brisées à la base de la coupole. Le dur climat, chaleur et humidité, doit mettre à rude épreuve ce type de structure. Les joints de dilatation sont-ils bien adaptés ?

Au moment de mon cliché, un vol de pigeons (?) est passé au dessus de la coupole. Si j'étais mystique, j'y verrai l'image d'un heureux présage, un vol de colombes apportant paix et prospérité au peuple congolais... J'aimerais bien que cela soit vrai.

Le temps passant, il parait que le monument rentre peu à peu dans les moeurs, les congolais se l'approprient et il devient un incontournable des lieux touristiques à voir à Brazzaville. La preuve, j'y suis !


Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Brazzaville
commenter cet article

commentaires

Mfina Macosso freddy 08/08/2011 00:32



Fabrice la France n'a t'elle pas une responsabilité? je site dégaulle "la France n'a pas d'amis, elle n'a que des intéret" de mon point de vu, sa doit être la même chose pour tout l'occident !


 



Fabrice 08/08/2011 10:19



Bien sûr, les pays occidentaux défendent leurs intérêts économiques et géopolitiques. Maintenant, depuis la chute du mur de Berlin, la France a perdu de son influence et les pays africains ont
diversifié leurs partenaires commerciaux, en se tournant notamment vers les pays dits "émergents". La mise en concurrence donne plus de liberté aux dirigeants africains, il leur incombe d'en
faire profiter leur peuple...


Mais on doit aussi différencier la politique des Etats et les individus qui n'en sont pas responsables.



Mfina Macosso freddy 30/07/2011 00:21



Belle réfléxion Fabrice, mais que dire d'une situation pareille ?


 



Fabrice 07/08/2011 16:45



Il faut espérer que les congolais tourneront la page des combats fratricides et que le pays évoluera vers plus de liberté et de démocratie.



Monnom 24/07/2011 17:09



 


Fabrice, je n'idéalise pas les Africains de jadis. Je sais bien que nous sommes tous des humains et les humains sont des être imparfaits capables des pires choses, et évidemment il y avait des
conflits en Afrique. Ce que je dénonce c'est comment les têtes pensantes occidentales (dont l'Eglise) ont volontairement répandu un témoignage erroné sur l'Afrique d'antan. L'Afrique d'antan
n'était pas en perpétuelle guerre, ce n'est pas avec des lances et des sagaies qu'on est en guerre perpétuelle.


Quant à l'esclavage, j'ai peur que la discussion traine en longueur. Ici encore évidemment qu'il y avait des Africains dans le trafic, cela suffit-il pour faire de l'Afrique un acteur majeur de
ce trafic inhumain comme le disent des littéraires en vogue ? Pour une fois je ne vais pas prendre la machine à remonter le temps, je vais rester dans la réalité troublante du présent. Regardez
donc ce qui se passe aujourd'hui en Afrique, et surtout même au Congo. La majorité du peuple souffre, est prise en otage par une poignée de voyous au pouvoir. Que dit l'Européen qui voit tout
cela de loin ? "Ah encore un dictateur Africain qui fait souffrir son peuple", et que dit l'Africain avisé ? " Ce président là qui s'enrichit au détriment du peuple, nous ne l'avons pas demandé,
il est venu au pouvoir en 1997 à la faveur d'un coup d'état. Qui a financé son coup d'état ? Elf, aujourd'hui Total. L'affaire est simple, le président livre le marché aux étrangers, se montre
complaisant et ces derniers lui assurent de rester en poste, notamment par le biais d'accords dits de défense hérités des années 60. Des accords en bonne et due forme rassurant le quidam
contribuable français qui se demande ce que fait l'armée en Afrique, mais en réalité destinés à perpétuer la domination militaire et politique de l'ex colon sur l'ancien colonisé".


Je fais alors ostensiblement le lien avec ce qui s'est passé pendant le trafic des Africains. Une poignée d'Africains en réalité aux ordres d'Européens ont vendu les leurs comme font les
dictateurs d'aujourd'hui, et certains de ces fournissseurs d'esclaves de l'époque sont tombés en disgrâce et ont été eux même vendus comme esclaves , tout comme aujourd'hui un dictateur peut
tomber en disgrâce et être livré à la vindicte mondiale; cela pour dire que même les dirigeants qui nous vendent ont sur eux la pression de continuer à faire ce qu'ils font. Pour finir, hier
comme aujourd'hui les trafics qui se font autour de l'Afrique ne lui ont jamais profité, la traite a enrichi l'Amérique et l'Europe (et de quelle manière !) et pas du tout l'Afrique, aujourd'hui
nos dirigeants s'enrichissent eux et permettent à des pays étrangers de faire d'énormes profits en Afrique; d'Afrique il sort énormément plus d'argent qu'il n'en rentre. Alors si on réfléchit à
tout ceci, on ne peut simplement dire que les torts sont partagés, c'est trop simple ça, essayons donc de voir cette horreur qu'a été la traite à travers une loupe africaine.


 


Autre chose aussi,  vous vous méprenez quand vous parlez d'esclavage au soudan, cet esclavage n'a rien à voir avec l'esclavage des Amériques excusez-moi ! Tout esclavage est difficile bien
sûr, mais dans l'un on vend des gens pour en faire des domestiques ou autre mais on ne nie pas leur humanité, dans l'autre on deshumanise l'homme, on l'infériorise, on le rend objet (cf le
code noir) on a droit de vie ou de mort sur lui, on ne lui,donne que ce futur de sous homme etc. Vous savez, j'ai souvent écouté des personnes à Pointe-Noire même parler d'un de leurs aieux vendu
comme esclave, et quand ces personnes donnent un peu plus de détails, je me rends compte que l'ancêtre vendue intégrait la famille, l'agrandissait, se mariait etc, aucun rapport avec ce que l'on
entend aujourd'hui par "esclave" (l'homme enchainé, corvéable à merci etc), donc là encore sachons de quoi on parle.


 


Bref beaucoup de choses à dire sur tout cela. En fait s'opposent une vision européenne de voir les choses face une vision africaine. Mais comme les plus grands médias de comunication sont
européens, la parole européenne circule plus bien entendu.


Bref beaucoup de choses à dire sur tout cela. En fait s'opposent une vision européenne de voir les choses face une vision africaine. Mais comme les plus grands médias de comunication sont
européens, la parole européenne circule plus bien entendu.



Fabrice 25/07/2011 15:45



Pour en terminer sur l'esclavage, les Arabes ont eu, eux aussi, pendant des siècles des Noirs comme esclaves. On n'en parle pas ou peu, mais cela laisse encore des traces par exemple dans les
conflits des pays du Sahel. La Traite organisée et codifiée par les européens est un point d'orgue dans l'Histoire mais on ne peut pas limiter l'esclavage en Afrique à cette seule époque et à ce
seul fait. Bien sûr, ce sont les villes européennes (comme Bordeaux, Nantes, La Rochelle...) qui se sont enrichies avec le "commerce triangulaire". Il y a je le conçois des degrés dans
l'horreur de l'esclavage. Mais il est juste de rappeler qu'il était aussi pratiqué entre africains (et parfois l'est encore), sans pour autant vouloir reporter la responsabilité de l'épisode
particulier de la Traite négrière sur le dos des Africains.


Je partage globalement votre analyse. Malheureusement la politique de la France en Afrique ne fait pas l'objet de beaucoup de discussions. La plupart des gens l'ignorent ou ne s'y intéressent
pas. On ne montre de l'Afrique aux infos que les conflits et catastrophes, et on aborde rarement les sujets de fond. Le "quidam contribuable" français que vous évoquez pense que l'armée française
est principalement là pour protéger les expatriés. C'est tout !


Je sais que les occidentaux défendent leurs intérêts économiques et géopolitiques en Afrique. Mais je me prends à rêver de voir à la tête des pays africains des dirigeants capables de
redistribuer les richesses créées. Je ne peux pas croire que c'est du seul fait des occidentaux que depuis 50 ans on rencontre sur le continent autant de dictateurs sanguinaires et corrompus. Je
rêve de trouver un peu plus de Nelson Mandela !! Il y a un long chemin à parcourir et des solutions à trouver des deux côtés...


PS : bizarre la répétition du texte à la fin, vous faites du copier/coller ?



Monnom 22/07/2011 21:59



Ne cherchons pas loin la vérité qui est limpide, ce mausolée est l'hommage idiot des
franc-maçons congolais d'aujourd'hui à leur lointain "frère" explorateur, presque tout le monde le sait à Brazzaville.


Quant à la colonisation pacifique du Congo, il faut d'abord (et c'est primordial) dire que
les peuplades rencontrées étaient des peuplades pacifiques qui ont accueilli avec étonnement mais sans agressivité ces explorateurs venus de loin, et cela contrairement à l'idée selon laquelle
l'Afrique était faite de chefferies qui guerroyaient tout le temps, idée que distille le sens commun occidental depuis des siècles pour subtilement entre autres buts dédramatiser le crime de
l'esclavage des africains, et leur faire partager les torts de cette horreur.


Et ces africains pacifiques ont été bien récompensés, dans le cas du Congo, l'explorateur
que l'on honore a fait faire au Makoko de Mbé un gribouillis dont ni lui ni sa cour ne connaissait la signification, voilà alors que le pays entier devenait soumis à un état étranger, chose
incongrue d'autant plus que le "roi" Makoko n'était pas maître de tout le territoire du Congo actuel ! La colonisation de ce pays et sûrement de tous les autres pays d'Afrique est née d'un acte
de ruse pour ne pas employer un mot plus dur. Et le fait que nos dirigeants célèbrent aujourd'hui cette histoire est pour beaucoup de congolais une preuve de la déliquescence que vit ce
pays.


Ya Sanza, je pense que justement ce qui a changé c'est que les choses ont empiré; si on
considère les choses d'un point de vue humain. Incontestablement on vit plus longtemps aujourd'hui, on est dans une époque moderne, on mange plus varié, on conduit des voitures, on va à l'école
etc, et c'est bien, mais on ne se respecte pas, on ne respecte pas l'homme; ce qui était à ce que je sais impensable à l'époque.


Fabrice Vous n'avez fait que deux photos de ce monument ? Je vous conseille la tour Nabemba, je ne crois cependant pas qu'elle soit visitable. Allez aussi dans les quartiers populaires du nord de
la ville, je vous conseille Mikalou, il faut seulement que dans ce cas vous ayez des bottes d'éleveur aux pieds...






Fabrice 23/07/2011 18:53



C'est vrai que Savorgnan de Brazza était franc-maçon, tout au moins une partie de sa vie. Il s'était fortement rapproché de la religion catholique à la fin de son existence. Pour le reste, je
vous laisse libre de vos propos.


Il ne faut pas trop idéaliser les congolais d'il y a 130 ans. Je ne peux pas croire qu'aucun conflit territorial n'a eu lieu au cours des siècles passés entre les différentes peuplades du Congo.
Il y avait bien des guerriers qui possédaient des armes (lances, boucliers...) chez les Tékés ? Peut-être était-ce simplement pour se défendre, mais soyons réalistes, sur tous les continents, le
pacifisme de l'espèce humaine est très relatif. Pour l'accueil des européens au 19ème siècle, les récits font état en effet au Congo la plupart du temps d'une non agressivité. Ce ne fût pas le
cas dans toutes les régions d'Afrique (mais les colonisateurs pouvaient être précédés d'une sinistre réputation en fonction de leurs exactions...). Pour être précis, il n'y a pas eu un seul
traité mais plusieurs (celui de la région de Loango est signé en 1883).


Pour l'esclavage, je ne partage pas votre avis. Les historiens ont fait leur travail et on sait que l'esclavage était pratiqué entre africains (et encore ces dernières années, au Soudan par
exemple). Les européens étaient en nombre très restreint et uniquement présents sur les côtes. Il était impossible de capturer des milliers d'esclaves, que dis-je des millions à l'échelle de
deux-trois siècles de traite négrière intensive, sans la complicité, l'action concrète sur le terrain des membres des royaumes côtiers pour capturer les africains de l'intérieur des terres. Il y
avait même des "courtiers" congolais spécialisés dans ce domaine. C'est un sujet difficile, mais c'est la réalité.


 


Pour la suite de la visite du mausolée, j'ai fait peu de photos à l'intérieur. Bien vu, la Tour Nabemba est ma prochaine étape ! Mais c'est un rapide coup d'oeil extérieur bien
sûr. 



ya_sanza 21/07/2011 12:54


"Mais on peut aussi considérer que 1880, c'est l'acte de naissance du "Congo moderne" car auparavant le territoire était constitué de multiples royaumes, divisés, et qui s'affrontaient de temps à
autre." Qu'est-ce qui a changé depuis ?


Fabrice 21/07/2011 22:18



Je reconnais là l'esprit provocateur de notre ami Lionel. Depuis 130 ans des structures administratives ont été mises en place, un Etat est né, des frontières fixées... Il y a toujours de fortes
divisions, basées sur les origines des gens et ravivées par les récents conflits. Mais les congolais sont beaucoup plus "mélangés" qu'en 1880, ont acquis une histoire commune au fil des
décennies, et peu à peu s'aperçoivent qu'ils ne sont pas si différents que cela. Beaucoup ont compris qu'on les instrumentalise et qu'on politise l'appartenance ethnique pour mieux les manipuler.
Les gens du peuple perçoivent bien souvent que le conflit nord / sud dans lequel on veut les enfermer est une impasse. Une Nation ne se construit pas du jour au lendemain... et surtout pas dans
un contexte politique aussi difficile.



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories