Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 15:50

La nouvelle statue érigée devant la gare est une statue de la Liberté ! Classiquement inspirée de la version américaine (conçue par les français Bartholdi et Eiffel). La femme tient d'une main la flamme "inextinguible" de la Liberté et de l'autre une "table de la Loi". L'originalité réside dans le drapé du vêtement qui rappelle les pagnes des "mamans" congolaises.

La place de la gare a ainsi été rebaptisée fin décembre 2009 en "Place de la Liberté" ! 

 

Brazza-gare-statue-liberté

Statue de la Liberté, devant la Gare

 

En fait, la statue fait partie d'un ensemble de monuments érigés dans le cadre du Cinquantenaire de l'Indépendance et de l'embellissement de la ville. Les travaux ont été confiés à la société coréenne Mansu Dae. On reconnaît le style particulier de ces statues, à l'aspect un peu rigide...


J'avais déjà vu devant la mairie, la statue du premier Président Congolais, Fulbert Youlou (1917-1972), lors de la visite du Mémorial Savorgnan de Brazza (cf Brazzaville : mausolée Savorgnan de Brazza). Il y a encore peu de temps, il était très mal vu de parler de Fulbert Youlou... On pouvait être considéré comme un contre-révolutionnaire ! C'est donc une avancée notable que de lui ériger une statue, près de quarante après sa mort. Il avait été élu Président par l'Assemblée Nationale le 21 novembre 1959, le Congo accédant à l'Indépendance le 15 août 1960. L'Abbé Fulbert Youlou est représenté habillé en soutane.

 

brazza-statue-fulbert-youlou

Statue de Fulbert Youlou, devant la mairie (© Kangoledroid Travelpod)

 

Après notre pause ferroviaire, nous poursuivons en direction du sud. Nous devons passer par Bacongo, avant de prendre le chemin de l'aéroport. Cela me permet de voir sur le trajet deux autres monuments.

 

Dans le même style que les deux précédentes, il y a la statue de Jacques Opangault (1907-1978). Il est considéré comme l'un des "pères de l'Indépendance" du Congo et a été vice-président de 1960 à 1963. Absent du pays lors des "journées révolutionnaires" de 1963, il était rentré quelques jours plus tard et s’était constitué volontairement prisonnier en signe de solidarité avec le Président renversé, Fulbert Youlou. C'est un symbole d'unité nationale, car il n'était ni du même parti politique, ni de la même ethnie que Fulbert Youlou. Jacques Opangault est représenté en redingote, canne à la main.

 

Brazza-statue-opangault

Statue de Jacques Opangault, rond-point de la Poste

 

Le quatrième monument de 2009, est une "Colombe de la Paix" érigée au rond-point de Poto-Poto, au bout de l'Avenue de la Paix. Je suis passé à côté, mais elle ne m'a pas marqué !

Les quatre statues avec leur piédestal sont de taille raisonnable (5 à 7 mètres), ce qui limite l'aspect "soviétisant". Bien entendu, certains ont souligné les dépenses importantes liées à la construction de tels monuments (environ 700 millions de FCFA), alors que tant de choses sont à faire pour améliorer le quotidien des congolais...

La volonté exprimée par le gouvernement est de "pacifier" l'histoire du Congo et de la symboliser par des monuments visibles de tous dans la capitale. L'avenir nous dira si ce but sera atteint !


Sur notre chemin, nous avons aussi vu peu avant le rond-point de la Poste, la Colonne de l'Indépendance, inaugurée quant à elle en août 2010. De taille plus imposante, la colonne fait environ 17 mètres de haut. Elle rappelle bien sûr les colonnes antiques (Colonne de Trajan à Rome), ou celles plus récentes de Paris (Colonne Vendôme, Colonne de Juillet place de la Bastille...). Sur une structure en béton, on a apposé semble t-il du marbre.

 

Brazza-colonne-independance

Colonne de l'Indépendance inaugurée pour le Cinquantenaire en 2010

 

La colonne présente en son sommet une femme symbolisant la République (une sorte de Marianne congolaise). Elle tient une table de la Loi où serait inscrite la devise du Congo (Unité, Travail, Progrès).

 

 brazza-sommet-colonne

 Sommet de la colonne de l'Indépendance (© Dépêches de Brazzaville)

 

 

L'érection d'autres monuments d'intérêt historique et touristique est prévue dans les années à venir. Y compris à Pointe-Noire, ville qui en est singulièrement dépourvue. A part le modeste monument aux morts de l'Avenue de Gaulle (cf Autour du Rond-Point Kassaï ), le petit buste de Raphaël Antonetti (cf Premier week-end à Pointe-Noire (suite)), personnage historique mais controversé de l'époque coloniale, la statue de Tchicaya (dans le même style que les statues Brazzavilloises) et le récent buste de Joseph Pouabou (cf Rond-Point : Joseph Pouabou ), pas grand chose à se mettre sous la dent.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Brazzaville
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories