Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 15:30

En fin d'après-midi, j'ai rendez-vous avec Gauthier afin de mener l'enquête... Je suis à la recherche d'une boutique de Pointe-Noire qui s'appelait le "Petit Paris" et dont vous avez pu voir des clichés dans les albums du blog (photographies du Congo des années 1950, communiquées par une lectrice assidue, Françoise).

 

Gauthier est en retard et je suis contraint de l'appeler. Eh oui, mon téléphone fonctionne ! Enfin presque, puisque je peux passer des appels, mais étrangement pas en recevoir. Il attend son copain Jacques, qui n'est pas à l'heure... Finalement, il vient seul, car le temps est compté. Nous montons en taxi jusqu'à la "cité" et nous nous arrêtons prés du Grand Marché.

 

petit-paris-pointe-noire-boutique

Boutique "Au petit Paris" au début des années 1950 à Pointe-Noire (© Françoise)

 

En ce vendredi après-midi, le marché est assez calme. Quelques étals ont pris place devant les boutiques tenues principalement par des ouest-africains. Gauthier me guide et nous empruntons une sombre ruelle, sous les tôles et au milieu d'échoppes hétéroclites. Il veut me faire rencontrer une "informatrice" potentielle, qui est "née à la cité".

Nous tournons à gauche dans une venelle. Je n'y serai pas venu tout seul... Gauthier demande à une petite fille qui joue sur le pas de porte d'une maison si "maman Biguette" est là.

La réponse est affirmative et nous entrons dans une pièce assez sombre, où une femme d'âge mûr est assise sur un canapé. Gauthier fait les présentations et l'informe rapidement de l'objet de notre visite.

Nous sommes invités à nous asseoir en vis à vis dans un autre petit canapé. Quelques objets traînent par terre (un porte-monnaie et de la nourriture), le sol est carrelé et des étagères modernes présentent quelques bibelots.

Je montre des reproductions de photos de la boutique à "maman Biguette". La femme est épatée quand je lui dis que ces clichés ont environ 60 ans. Elle nous dit en avoir 62. Autant que les photos ! Le nom de la boutique lui dit quelque chose, mais elle n'est pas capable de la situer. C'était un bazar où l'on vendait un peu de tout (ustensiles de cuisine, bocaux, vêtements...). 

Mais pour elle, le magasin a sans doute été détruit. Il s'est passé tant de choses dans les parcelles de la ville indigène depuis 60 ans ! Les commerçants ouest-africains ont souvent détruit et reconstruit de nouvelles boutiques. Maman Biguette nous dit qu'aujourd'hui, c'est plutôt le "Petit Dubaï" qui est à la mode !!

Pour être sure, elle compte cependant se renseigner auprès d'autres "anciens" du quartier. Je lui laisse donc les reproductions.


J'avais trouvé une autre photo d'un "Petit Paris" peint en bleu et blanc (ci-dessous), mais difficile de savoir où il était précisément.

 

Petit-Paris PointeNoire

Autre boutique "Petit Paris" à Pointe-Noire

 

Maman Biguette parle un bon français et s'adresse souvent à Gauthier "en patois", selon son expression. Elle est déjà venue en France (chez sa fille je crois) et est fière de raconter qu'elle était à Paris, a pris le métro "Porte des Lilas". Elle s'est aussi rendu à Amiens et a emprunté le TGV pour aller à Lourdes. Je dis à Gauthier qu'il a donc en face de lui une femme qui a roulé à 300 km/h !

Alors qu'elle ne voyait presque plus rien, elle s'est faite opérée de la cataracte en France. Elle souligne qu'elle a payé cher, 2 000 Euros pour chaque oeil. Mais elle est très contente d'avoir retrouver une bonne vision.

La vieille femme (62 ans, c'est beaucoup au Congo...) ne manque pas de ressort. Elle apostrophe vigoureusement sa petite fille qui vient "jouer" avec un chargeur branché dans une prise électrique.

Nous lui donnons rendez-vous à demain pour le résultat de ses recherches. De son côté, elle dit à Gauthier qu'elle aimerait bien que sa femme Béna lui rende visite. Cela fait bien longtemps qu'elle ne l'a pas vue. 

 

cité-pnr-gauthier-immeuble

Immeuble moderne surplombant les baraques en tôles

 

Maintenant, il s'agit de se rendre chez Gauthier. Il a un peu de mal à ouvrir un portail en fer qui a été refermée au bout de la venelle... Mais on finit par trouver le loquet.

Mon accompagnateur me propose de prendre un taxi. Cela vaut-il la peine ? Non, ce n'est pas loin. Nous passons à pied devant la Grande Mosquée. On m'interpelle gentiment en anglais d'un "How are you ?". Tiens, on me prend pour un anglo-saxon ? D'habitude, c'est plutôt pour un libanais...

Nous remontons l'avenue de la Révolution. En prime de la circulation dense, de la poussière, des effluves nauséabondes nous assaillent par endroit...

Les boutiques sont animées, vendeurs de vêtements, épiceries, petits garages... s'alignent le long de l'avenue. Des femmes font griller du poisson sur du charbon de bois. Des enfants vendent quelques fruits sur un étal en bois, pas très reluisant.

 

 

cité-pnr-gauthier-baraques

Au fond de l'arrière cour à la cité...

 

Nous traversons une rue et entrons via un étroit passage dans une arrière cour. Un grand immeuble moderne paré de carreaux ocres surplombe les bicoques recouvertes de tôles rouillées. Nous voilà arrivés chez Gauthier ! L'environnement est fait de bric et de broc et on ne peut pas dire que le cadre soit charmant...

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

commentaires

Julia Makossombo 09/08/2013 20:25


"Autre boutique "Petit Paris" à Pointe-Noire" - on dirait le quartier Tié-Tié

Fabrice 10/08/2013 00:18



il faudrait alors chercher dans ce quartier Tié-Tié la survivance du nom de la boutique !



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories