Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 15:15

Si aujourd'hui le lieu parait bien calme, cette région du Kouilou a fait l'objet dès la fin du XIXème siècle d'une fréquentation coloniale non négligeable.

Une société concessionnaire, la CPKN (Compagnie Propriétaire Kouilou-Niari), avait notamment développé ses activités commerciales le long du fleuve Kouilou. Un bateau à vapeur permettait depuis l'embouchure (à Bas-Kouilou) de remonter le cours d'eau jusqu'à Kakamoéka.

Outre le commerce et les activités agricoles, les chercheurs d'or n'étaient pas en reste dans les environs de Kakamoéka, ceci jusqu'aux années 1950-60.

 

kouilou vapeur-mandji

Vapeur "Mandji" sur le Kouilou à Kakamoéka (carte postale vers 1900 © Audema)

 

Après ce village de Kakamoéka, il devient bien difficile de naviguer et de franchir à contre-courant les rapides de Sounda. Un service de navigation fut mis en place dès 1894 par Le Chatelier, mais il nécessitait un transit par porteurs de Zilengoma à Mandji. Seuls des bateaux de 2 tonnes maximum, avec de nombreux pagayeurs, permettaient d'assurer un service régulier au delà des gorges.

C'est après celles-ci que le fleuve change de nom, et passe de Kouilou à... Niari. Bizarrement sur certaines cartes de la fin du XIXème siècle, c'est l'inverse ! On trouve couramment le terme de "Kousounda" ou "Koussounda" dans les documents anciens pour désigner le lieu.

 

koussounda-kouilou-niari

La "Roche coupée" près de Kousounda (carte postale vers 1900 © Marichelle, Loango)

 

Plusieurs projets, notamment celui de l'ingénieur Léon Jacob, avaient prévu d'utiliser cette voie "navigable" et de la combiner ensuite à une voie ferrée pour rejoindre Brazzaville.

La première volonté de construire un barrage vint ainsi avec la perspective de noyer les rochers pour faciliter la navigation sur le Kouilou ! C'est le Capitaine Pleigneur qui en 1887 lança cette idée. Il étudia si bien le cours inférieur du fleuve, en soulignant ses difficultés... qu'il s'y noya !

Léon Jacob, après des relevés topographiques, avait confirmé la faisabilité, affirmant qu'il était possible de noyer la plupart des rapides empêchant la navigation, en barrant "la gorge de Koussounda". Il envisageait même si besoin de déblayer les rochers du cours du fleuve...

Mais le projet fut abandonné au profit d'une liaison entièrement ferroviaire entre l'océan et la ville fondée par Savorgnan de Brazza (notamment suite aux recommandations de la Mission Bel en 1906-1907).

  

sounda mandji-kouilou

Vue sur le fleuve Kouilou à Mandji (carte postale vers 1900 © Audema)

 

Ensuite, c'est un projet de barrage hydroélectrique qui vit le jour. Il fut initié à la fin de la colonisation française. C'est l'Assemblée Territoriale du Moyen-Congo qui en vota les premiers crédits en 1958. Les projets d'exploitation des ressources du Congo étaient alors en plein essor.

 

Sounda-carte-barrage

NIARI (CONGO) -  Carte de situation - Economie - Localisation de Sounda (1965 - IRD ©)

 

Un vaste complexe devait naître (usines, aéroport, routes...) autour du barrage, ce dernier fournissant l'électricité nécessaire à l'exploitation des minéraux (aluminium, fer, quartz, magnésium...) et autres engrais (nitrates, phosphates, phosphore). Un financement mixte public-privé était prévu et les travaux devaient durer de 5 à 8 ans.

On imaginait déjà des milliers d'emplois et le développement de la région du Kouilou.

 

sounda-vue-aerienne-vennetier

Vue aérienne des gorges de Sounda (1966 © Vennetier)    

 

On comprend encore mieux l'intérêt du site naturel en prenant de la hauteur. La partie étroite, située juste avant le bassin d'expansion du fleuve, permettrait d'y construire un barrage en voûte, pouvant s'appuyer solidement sur la masse rocheuse des collines. 

Mais cela noierait toute la vallée en amont, sur une distance plus ou moins grande bien sûr, en fonction de la hauteur du barrage. On a fait la même chose dans les Alpes, mais on a oublié depuis le massacre du paysage et les villages disparus sous les eaux...


Sur cette photo "historique", Fulbert Youlou (reconnaissable à sa soutane et à son collier présidentiel) est accompagné du leader sécessionniste katangais, Moïse Tshombé. Pied de nez au voisin de l'autre côté du fleuve Congo... Assistant à la cérémonie officielle de lancement des travaux de construction du barrage de Sounda, on identifie aussi Michel-Maurice Bokanowski (représentant la France, sans doute alors en tant que Ministre de l'Industrie), Stéphane Tchitchelle (maire de Pointe-Noire et vice-président du Congo) et M. Bicoumat, ministre des Travaux Publics (l'homme à la cravate rayée à gauche).

  

 Sounda Fulbert Youlou pont-kouilou

Inauguration officielle du lancement des travaux du barrage (1962 ? © Victor Sathoud)

 

Le pont était alors tout neuf, on reconnaît son armature métallique, peinte en blanc semble t-il. Les militaires (gendarmes ?) présentent les armes au passage des autorités.

Autre aménagement, en plus du pont, on a creusé un canal de dérivation de 14 mètres de diamètre et 600 mètres de long (que j'ai imaginé en "conduite forcée" alimentant des turbines...) dans la perspective de détourner le cours du Kouilou, facilitant ainsi la construction de la digue barrant les gorges. Un projet de 1962 élaboré par EDF envisageait un barrage haut de... 125 m !! La vallée serait alors fortement noyée jusqu'à Makabana, avec une retenue d'eau globale d'une superficie de 1 800 km2.


Le Président Youlou, qui voulait faire de ce projet d'envergure le fer de lance de sa politique économique, entreprit de nombreux voyages à l'étranger pour trouver des investisseurs. Mais chassé du pouvoir en 1963, l'Abbé Youlou ne pourra pas poursuivre le projet initié concrètement sous sa présidence. A intervalles réguliers, chaque président congolais (ou presque) a tenté de faire aboutir la construction du barrage, mais sans succès depuis plus de 50 ans. On en parle encore en 2012, en mettant sur les rangs... les Chinois ! Après avoir vaincu le Mayombe lors du chantier de la Route Nationale 1 (enfin avec l'emploi de milliers d'ouvriers congolais...), terrasseront-ils le fleuve Kouilou ?

J'espère que le nouveau projet de barrage sera écologiquement plus responsable et moins pharaonique que le projet de 1962.


Sounda-gorges-1

Gorges de Sounda vues de la route de Kakamoéka vers 1950 (© Françoise)

 

En tout cas, profitez si vous le pouvez du paysage magnifique des gorges de Sounda, avant que l'Homme ne le marque irrémédiablement de son empreinte... En dehors du pont et du canal souterrain, le site est encore aujourd'hui presque intact.

 

 

Sources principales : 

Dictionnaire Général du Congo Brazzaville - Philippe Moukoko

http://www.congopage.com/Electrification-du-Congo-la

Notes sur la construction du chemin de fer Congo-Océan (1921-1934) - Gilles Sautter

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

commentaires

yves domzalski 10/11/2012 18:25


Il est bluffant le Fabrice Moustic de nous retrouver ces cartes postales et toutes ces infos! "Respect", Monsieur Fabrice! Mais, même lui, aurait-il pu inverser le cours de l'histoire et mener à
bien les projets de l'abbé Fulbert (Youlou)?


Bref, le ratage de la mise en valeur de cette région illustre parfaitement le triste ratage tout court d'un pays de 4 millions d'habitants dont les ressources, notamment pétrolières, pourraient
en faire une petite...Norvège! A moins que nos amis chinois réussissent enfin à inverser le cours de l'Histoire...Mais alors, nul doute que le prix à payer sera lourd et bien entendu, sans
retombées ou presque pour le bon peuple....


 


 

Fabrice 10/11/2012 18:56



Changer le cours de l'Histoire ? Je n'ai aucune prétention en la matière ! Vous avez raison, c'est toujours facile de donner des leçons.


Mais on peut trouver d'autres explications à la non-réalisation du barrage, au delà des problèmes de gestion du pays. Sans doute que les successeurs de Youlou, en dépit des discours, n'ont pas
vraiment voulu voir le projet aboutir. Etant farouchement anti-communiste, Youlou a été honni pendant des décennies par le pouvoir en place (au moins jusqu'en 1991). Ce projet emblématique du
mandat de Youlou était trop marqué par son empreinte politique.


Et puis les dirigeants ont tout misé sur la rente pétrolière ! Pourquoi envisager d'autres sources de développement, quand l'argent rentre "facilement"...



Ya Sanza 09/11/2012 09:26


Merci Fabrice,


Tu fais un parallèle avec les barages français qui ont bouleversé des paysages et noyé des agglomérations, c'est indiscutablement vrai.


En ce qui concerne le projet Sounda, on est dans une situation écologiquement bien plus domageable pour l'environnement. Je m'en explique :


Les barages français (européens) en général, sont construits sur des cours d'eau à foret voir très forte pente, ceci fait que les lacs de retenue ont un impact environnemental limité la courbe de
niveau supérieure du plan d'eau n'allant jamais excessivement loin même dans le cas de voutes de très grande hauteur. Dans le cas de Sounda, la topographie locale fait que cette même courbe
s'étend extrêmement loin. Si le Niari/Kouilou est très pentu dans sa portion Pont du Niari (intersection entre le feuve et la route de Kibangou) Sounda, il n'en est pas de même en amont. Comme on
peut le voir à l'indication "sucre" la retenue remonte pratiquement jusqu'à Nkayi s'étendant donc sur 3 départements.


Voir le plan issu de la plaquette d'époque présentant le projet.





Nous pensons désormais, et contrairement à ce que nous écrivions dans notre article du 12 avril 2006 (http://www.congopage.com/Electrification-du-Congo-la) que si une solution hydro électrique doit être mise en œuvre sur le Kouilou,
elle ne peut se faire avec le type d'ouvrage gigantesque prévu alors, mais plutôt par une succession de barages "au fil de l'eau" beaucoup plus modestes n'induisant pas la submersion des plaines
fertiles du Niari, avec comme autres avantages :


De pouvoir turbiner plusieurs fois la même masse liquide

De pouvoir se construire de façon successive avec des mises en service suivant l'accroissement de la demande

D'être plus économiques et d'étaler l'investissement

De limiter l'impact écologique tant bien même ils sonneraient le glas du cours moyen du Kouilou qui pourrait sans celà aquerrir un fort attrait touristique.



Il va sans dire que cette proposition demande étude plus approfondie.

Fabrice 09/11/2012 21:35



Effectivement, l'étendue d'eau potentiellement générée est très vaste autour de Makabana- Kibangou, et noie une partie de la vallée du Niari jusqu'à Nkayi. C'est impensable d'envisager un tel
projet ! Un barrage plus modeste à Sounda comme je l'évoquais, où une succession de "petits" barrages tout au long du fleuve comme tu le suggères pourrait limiter les dégâts.



charles 09/11/2012 01:45


Qu'un mot : Bravo !

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories