Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 17:30

Nous passons les lacets dangereux des sommets du Mayombe et filons vers la plaine de Loubomo. Je retrouve les vertes collines qui annoncent la sortie du massif et les abords de Dolisie.

 

moukondo-plaine-dolisie-congo

La plaine à Moukondo (© Truuuc) 

 

Comme c'est le premier voyage d'Aurélien au Congo, halte obligée au pied du baobab dit "de Brazza", après le péage fantôme de Moukondo (on ne s'en plaint pas).

 

 

baobab-dolisie-manu-congo

Manu et Aurélien devant le baobab (© Truuuc)

 

Après quelques photos souvenirs, nous prenons le temps d'observer les lieux.

 

baobab-moukondo-congo-brazza

Le vénérable baobab à la sortie du Mayombe (© FabMoustic)

 

Après les pluies du début de saison, c'est une sorte de printemps équatorial, et les arbres fleurissent. C'est le cas de notre colosse, le baobab africain (Adansonia digitata), pouvant vivre environ 1000 ans. Il perd ses feuilles à la saison sèche puis reverdit en octobre-novembre.

 

baobab-brazza-fleurs-congo

Fleurs et fruits du baobab (© FabMoustic)

 

Au bout de longues tiges, les grosses fleurs blanches ne tardent à voir le jour. Les nombreuses étamines forment une sorte de pompon au centre. Il parait que des chauves-souris viennent visiter les fleurs la nuit.

Les fleurs ainsi pollinisées donnent naissance aux fruits, comestibles.

 

 

baobab-brazza-fruits-congo

Fruits du baobab en formation (© FabMoustic)

 

Si le vieil arbre semble encore en forme, en dépit de son flanc endommagé, par contre le "patrimoine historique" est en passe de disparaître... La nouvelle route et l'augmentation de la fréquentation du lieu qui en découle en est la cause.

 

baobab-brazza-inscription-congo 

Inscription historique menacée.... (© FabMoustic)

 

Un abruti a ainsi cru bon d'écrire par dessus les initiales historiques "EB", le chiffre "320" !! On lit toujours en dessous "1887", pour combien de temps encore ?

Juste à côté, et plus haut sur le tronc, on a des lettres en peinture rouge. Aucun respect... ou une méconnaissance profonde. Je quitte ce lieu un peu contrarié de ce qu'il est devenu, un vulgaire parking pour pseudo-touristes ignorants.

Un peu comme certains touristes asiatiques, courants d'un monument parisien à l'autre, se précipitant au Louvre sur la Joconde, sans même jeter un regard aux autres chefs d'œuvre de la galerie...

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Niari
commenter cet article

commentaires

Ya Sanza 15/04/2013 10:36


Cher Fabrice,


En quoi les glorieux explorateurs diriges par Brazza ont-ils ete moins cretins que leurs successeurs en gravant le gemoignage de leur passage sur le tronc de cet arbre qui ne leur avait rien fait
? En quoi ce graffitti "historique" merite-t-il un respect particulier ? Juste pour montrer que la connerie est de toutes les epoques ?

Fabrice 15/04/2013 19:57



Effectivement, on peut se poser la question. C'est le recul de l'Histoire qui fait la différence... Les explorateurs avaient le seul mérite d'être les premiers.


On aura tout de même du mal à identifier l'auteur des initiales "320" ! Il a dû confondre avec le kilométrage parcouru en voiture. Il y a donc malgré tout un degré dans la crétinerie...


 



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories