Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 12:00

Jules veut nous montrer les cultures de son village. Josiane demande s'il y a des serpents ! En dépit de mes conseils, elle n'a pas pris de chaussures fermées et se promène en sandales... 

Notre guide lui répond qu'il y a des serpents, mais qu'ils ne sont pas méchants pour l'homme...

 

Près de sa maison, Jules nous montre sa culture de patates douces. La plante n'est pas haute, presque rampante, le feuillage est vert et violacé par endroit, le tubercule est caché sous de petites butes.

 

patate-douce-kayo

Culture de patate douce


Jules déterre un tubercule pour nous montrer à quoi cela ressemble. C'est beaucoup plus allongé qu'une pomme de terre ! En tout cas, cette variété donne un tubercule blanchâtre d'environ 15 cm de long.

 

tubercule-patate-douce

Tubercule de patate douce


Plus loin, on trouve quelques pieds de manioc. C'est un arbuste d'environ 1 mètre de haut. Jules nous explique que celui-ci attendra encore 6 mois avant d'être récolté.

On consomme au Congo les feuilles hachées ou pilées sous forme de "saka-saka" et le tubercule, par exemple en farine bouillie, le célèbre "foufou" (cf Dolisie : préparation du foufou chez "grand-mère" ).

 

manioc-tige-kayo

Pieds de manioc

 

Minute botanique

 

Les deux plantes viennent d'Amérique du Sud. Les échanges entre les continents, liés en grande partie au "commerce triangulaire" ont vraiment révolutionnés les cultures pratiquées en Afrique. Dans le sillage des bateaux négriers et de la colonisation, les végétaux ont voyagé aussi au fil des siècles !

 

La patate douce est une ipomée (Ipomoea batatas) de la famille des Convolvulacées (celle du liseron). Elle remplace comme légume la pomme de terre, et sa saveur sucrée lui confère sa douceur.

 

Le manioc (Manihot esculenta) est introduit en Afrique à partir du Brésil, à compter du XVIème siècle. Il a été progressivement adopté par les populations locales, remplaçant des plantes indigènes comme le sorgho (céréale) et l'igname (tubercule). Certaines régions d'Afrique Centrale n'ont cependant cultivé le manioc qu'à partir du début du XXème siècle. Ainsi, il a été introduit au Tchad seulement à partir de 1930.

L'exploitation du manioc constitue souvent une fracture culturelle entre populations, par rapport à celle du maïs.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories