Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 17:01

Après la lecture de "Voyage au Congo" d'André Gide (cf "Voyage au Congo"... saine lecture ), la lecture de "Terre d'ébène" d'Albert Londres s'imposait. Sur les traces de son prédécesseur, le célèbre journaliste raconte son périple de 4 mois effectué en 1928, en AOF et en AEF. Londres emploie un ton plus moderne que Gide, un style vif et cynique, tandis que Gide reste plus littéraire et attaché aux choses de la nature. Son récit fût publié par épisodes dans le journal le "Petit Parisien" à l'automne 1928, puis regroupé dans un livre édité en 1929.


londres albert

Albert Londres posant pour la postérité


Albert Londres s'attache à dénoncer les travers de l'aventure coloniale, décrivant une réalité bien différente de l'image véhiculée alors par la propagande officielle effectuée en métropole. Dès le début de son ouvrage, il plante le décor de ceux qu'il appelle sans ambages "les tout-nus" : ” Vingt millions de Noirs, sujets français. Deux empires. L'Afrique-Occidentale française : A.-O.F. L'Afrique-Equatoriale française : A.-E.F. [...] Treize millions de sujets en Aof. Quatre millions en AèF. Togo et Cameroun font le reste. [...] Quatre (colonies) en Aéf : Gabon, Moyen-Congo, Oubangui-Chari, Tchad [...]. L'Aéf commence à l'équateur et se termine au diable noir, mangeant le coeur de l'Afrique. Il y a de quoi se promener ! Les historiens disent du pays qu'il se présente en forme d'auge. Le mot chaudron lui irait mieux. On y mijote. On y est sur le gaz comme un morceau de gîte à la noix dans son pot-au-feu. Le diable peut venir vous tâter du bout de sa fourche, on n'est jamais assez cuit ! On cuit le jour, on cuit la nuit."

Après avoir traversé l'Aof, Albert Londres passe l'équateur. Il débarque au Congo et nous offre un témoignage peu engageant sur les premiers temps de la cité ponténégrine, six petites années seulement après sa fondation officielle : 
"La nuit tombant nous voit débarquer à Pointe-Noire. C'est le Congo. Cette ville future devrait s'appeler Pointe-Silence ! Le wharf finit dans la brousse. Des herbes vous montent jusqu'à la poitrine et l'on va, cherchant un sentier qui, dit-on, existe. Pointe-Noire n'est pas encore ouvert au public. Les voyageurs pour le Congo ne descendent pas là. Ils continuent sur le bateau jusqu'à Matadi, chez les Belges, qui, eux, ont fait un chemin de fer. Les Français, à travers le territoire de nos amis, gagneront le Congo français. Pointe-Noire sera notre port de demain."

cote-mondaine-1924

La côte Mondaine en 1924 (arrivée du Gouverneur Général Antonetti)


Cette photo montre le rivage avant la construction du wharf. On identifie en arrière plan le cap naturel qui donna son nom à la ville, avant son prolongement artificiel par le port (construit entre 1934 et 1939).


cote-mondaine-wharf

Le wharf de la côte Mondaine (vers 1926)


Albert Londres évoque donc le premier wharf construit en 1926 sur la Côte Mondaine (sans rapport avec celui de la Côte Sauvage). Il y eut d'abord un wharf "provisoire" (comme l'indique la légende de la carte), avant qu'une version "définitive" en béton fondu ne soit établie par la Société de Construction des Batignolles (notamment pour débarquer le matériel nécessaire à la construction du chemin de fer).
Cette carte postale donne une vision très proche de celle qu'a eu le journaliste en arrivant au Congo.

Source des photographies :
Le chemin de fer Congo-Océan. © P. Kivouvou - Editions Bantoues, 1983.
Congo-Brazzaville - Mémoire en images - Jacques Clemens - Editions Alan Sutton, 2004.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories