Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 19:00

En dehors de la pratique des cultures familiales, les habitants de la région de Loango furent recrutés pour travailler dans les plantations.

Notamment pour celles de la CPKN. Il était alors nécessaire de remonter le fleuve Kouilou pour que les ouvriers puissent atteindre les différents sites (N'filou, Magne, Kakamoéka...).

 

loango kouilou-plantation-equipe

Equipe d'une plantation embarquant sur le fleuve Kouilou (vers 1900 © Marichelle)

 

Mais les activités des habitants de Loango ne se limitaient pas à la pêche et à l'agriculture, et aux pratiques artisanales s'y rattachant.

 

loango village-congo

Village congolais des environs de Loango vers 1900 (carte postale © R.P. Patron)

 

Les "Loangos" furent progressivement reconnus à travers le Congo et les pays voisins de l'AEF comme de bons porteurs. L'âge d'or du transport de marchandises par les "caravanes" fût entre 1885 et 1910.

Ce ne fût pas toujours le cas ! L'administrateur Albert Veistroffer écrivait ainsi en 1884 : "Les gens de Loango ne vont jamais au delà de leurs plaines, limitées vers l'Est, c'est à dire vers l'intérieur, à environ 50 kilomètres de la mer, par une grande forêt, qu'ils disent impossible à traverser, et d'où un Fiot (surnom qu'ils se donnent), ne reviendrait pas s'il avait la hardiesse de s'y engager". 

Ce n'était donc pas gagné d'avance, les croyances ancestrales ayant la vie dure. Albert Dolisie eut bien du mal à constituer les premières caravanes de porteurs, d'autant plus que les "maisons portugaises" hostiles à l'implantation de la France, soudoyaient les porteurs potentiels afin qu'ils refusent cette tâche.

 

loangos-porteurs-ogooué

Equipe de porteurs Loango dans l'Ogooué (carte postale © SHO)

 

Il fallait alors parcourir des centaines de kilomètres à pied, lestés de dizaines de kilos de marchandises et bien souvent procéder en même temps au transport en tipoye des commanditaires.

Il fallait emprunter des routes poussiéreuses, traverser les marigots, les forêts humides et les plateaux arides, affronter les "chiques" qui rongaient les orteils et les divers parasites.     

Sans compter les animaux sauvages, alors nombreux, qui pouvaient parfois attaquer les hommes.

Le cliché ci-dessus montre une équipe de 14 porteurs, dont le "chef" est sans doute celui qui porte le chapeau. Ils sont dans l'Ogooué, à des centaines de kilomètres de Loango.

 

loango-caravane-porteurs-rail    

Caravane de porteurs à Loango vers 1910 (carte postale - Ed. Mission Catholique)

 

Ce travail était exténuant et l'alcool consommé en grande quantité par les porteurs permettait de s'anesthésier un peu...

Comme le souligne la carte ci-dessus, c'est le "rail" qui mit progressivement fin à l'activité des porteurs, d'abord celui du Congo belge (1898), puis bien sûr celui du Congo français, le Chemin de Fer Congo-Océan (1934).

 

loango-sculpteurs-ivoire-congo

Sculpteurs d'ivoire à Loango vers 1910 (carte postale © Courboin)

 

Les Loangos étaient aussi réputés pour le travail de l'ivoire, dans le contexte d'un commerce florissant de cette matière, au début de la colonisation du Congo.

De nombreux clichés montrent les tonnes d'ivoire partant de Brazzaville et de Loango... Mais cet artisanat existait avant l'arrivée en grand nombre des Européens.

 

loango-ivoiriers-sculpture

Résultat du travail des ivoiriers de Loango (carte postale vers 1910 © Marichelle)

 

Les défenses d'éléphant elles-mêmes étaient sculptées, ou bien on fabriquait des colliers, des statuettes et de petits objets en ivoire.

La sculpture pratiquée au Congo était parfois considérée comme grossière par les occidentaux. Mais elle connut un regain d'intérêt quand l'Art Nègre fût à la mode et le cubisme en vogue.


loango-tailleurs-congo-1910

Tailleurs à Loango vers 1910 (carte postale © Courboin)    

 

Un autre activité artisanale pratiquée par les Loangos était la confection de vêtements. Les tailleurs, équipés des machines à coudre à manivelle, puis à pédale comme la célèbre Singer, pratiquaient leur savoir-faire au Congo et dans les pays voisins.

 

loango-boys-brazzaville

Boys Loango à Brazzaville vers 1905 (carte postale © Vialle)

 

Un autre emploi majeur des Loangos était celui de "boy". Il était impensable qu'un colon ne dispose pas d'un ou plusieurs boys à son service.

Si l'on en croit le cliché ci-dessus, ces boys Loango exerçant à Brazzaville s'habillaient élégamment à l'européenne. Celui assis au centre arbore une cravate et fume la pipe, porte une canne, ce qui n'est nullement justifié par son âge. Ils portent tous les trois des souliers vernis et... une coiffure avec la raie sur le côté !

Ces dandys du début du 20ème siècle sont sans doute les précurseurs des sapeurs congolais !!

 

 

Source : Vingt ans dans la brousse africaine - Albert Veistroffer - Ed. Mercure de Flandre - 1931

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

commentaires

charles 23/01/2014 22:51


Qu'il coinçait et non qu'il coincé ... Désolé pour l'orthographe un peu approximative.

Fabrice 24/01/2014 08:20



Vous êtes pardonné. Il y a aussi le maGeur au lieu du maJeur !



charles 23/01/2014 15:00


J'avais oublié le boy jardinier, qui finissait le travail des prisonniers de droit commun, que l'on voyait déambuler dans les concessions accompagnés de leurs gardiens débonnaires et dont le
travail était de défricher et de nettoyer les parcelles administratives et les terrains des européens.


Comme nous n'avions pas d'électricité, 2 fois par semaines, venaient des  "boys repasseurs "  avec leurs fers à braise, braise qui était préparée directement dans la concession.


Et puis, il y avait aussi le coiffeur, qui passait à la maison. Le notre s'appelait : Dodo Zéphirin. Pour faire la finition de votre nuque et le pourtour des oreilles il se servait d'une
lame Gillette qu'il coincé dans l'ongle de son mageur. Il ne m'a jamais coupé l'oreille. Sa carte de visite était rédigée ainsi : " Mr. DODO Zéphirin Coiffeur des ELITES, travail propre et
soigné. Pour les urgences téléphoner au n° ... "


J'espère ne pas avoir été en dehors du sujet.


Cordialement


 

Fabrice 23/01/2014 21:51



Non, pas de souci ! Cela donne une image de la fin d'une époque.



charles 23/01/2014 12:35


A la fin des années 50, nous avions à la maison : un cuisinier, Mr. NAPO Léon ( Ancien cuisinier du Résident ), 2 boys ... et un chauffeur. Ma mère ne savait jamais le nombre
de personnel, car, à la cuisine, séparée de notre case, le cuisinier Mr. Napo. avait tjs. de jeunes boys en apprentissage, qui lui payaient leurs formations. Ce système était aussi pratiqué par
le chauffeur : boy chauffeur, etc ...


C'était la fin d'une époque !


Cordialement


P.S. Quand nous recevions des " Personnalités " les boys servaient en tenues blanches, cols officiers. Il y avait une hiérarchie chez les boys, suivant l'importance de son patron. La pire des
situations pour un boy était de servir un autre Africain. 

Fabrice 23/01/2014 21:50



Merci pour votre témoignage !


Aujourd'hui, les riches africains ont aussi des employés de maison. Je ne sais pas si c'est bien considéré ou pas, par rapport au travail pour un expatrié.



lefavrais 19/01/2014 19:17


Félicitations pour ce travail de documentation - toute une épopée synthétisée par des commentaires et des photos très intéressants ! Merci beaucoup

Fabrice 19/01/2014 21:06



Merci pour ces compliments !



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories