Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 16:15

A proximité des vieux bâtiments, nous voyons de plus près la cabane perchée dans un baobab, que nous avions aperçu d'en bas.

C'est original et bucolique. A une vingtaine de mètres du sol, une cabane a pris place dans l'arbre, le toit traversé par le tronc. Le raide escalier en bois qui grimpe dans la cabane est condamné par deux morceaux de bois.

 

saras-mayombe-baobab

Cabane perchée dans le baobab (© FabMoustic)

 

De là haut, on doit avoir une vue magnifique sur le Mayombe ! Un villageois nous explique que l'on ne peut pas monter, le propriétaire étant absent. Il nous fait cependant "visiter" le chantier de construction d'une petite maison en briques juste à côté, maison destinée à un "expat" nous dit-il. Un jeune homme travaille à l'intérieur, le villageois nous explique la configuration des pièces, encore un peu difficiles à imaginer.

 

saras-mayombe-foret-congo

Vue sur les environs (© FabMoustic)

 

J'apprendrai plus tard que la cabane est l'oeuvre de Nicaise Bakissi, un charpentier habitant le village les Saras (district de Mvouti). Les travaux de construction ont duré 3 mois. C'est un commandant de bord d'Air France qui est à l'origine du projet (Source : Les dépêches de Brazzaville, 11 Décembre 2012).

 

saras-mayombe-jeunes-congolais

Jeunes du village (© FabMoustic)

 

Nous reprenons notre chemin pour descendre vers le village. Trois adolescents, qui semblent attendre notre passage, me demandent à être pris en photo. Pas de souci ! Ils prennent la pose sur un banc en bois. Je leur montre le résultat et ils paraissent satisfaits du cliché. Je ne sais pas ce que l'un d'entre eux transporte dans sa boite blanche.

 

saras-mayombe-case-ptt

La case "PTT" (© FabMoustic)

 

Le sentier raviné et glissant est à emprunter avec précaution dans sa dernière partie. A notre approche, de petits enfants se font vigoureusement réprimandés par une maman, que l'on ne voit pas... mais que l'on entend !

Plus bas, sur une case en brique, je remarque un singulier panneau en bois qui affiche les trois lettres... PTT. Sans doute de la récupération d'un bâtiment ancien. Je n'ai pas vu de Poste dans le village.

 

saras-mayombe-pharmacie-brousse

Manu et le dépôt pharmaceutique (© FabMoustic)

 

Tout en bas, nous retrouvons notre véhicule. Nous grignotons et buvons un peu, nous n'avons rien mangé à midi. Aurélien va s'acheter une bière, Manu avait déjà la sienne. Notre chauffeur prend lui aussi la pose, devant un insolite dépôt pharmaceutique. Une cabane en bois aux ouvertures grillagées héberge les médicaments "de l'infirmier Pascal Blaise". Remèdes "conservés" à température et humidité ambiantes... Manu nous dit qu'il s'agit probablement de médicaments fabriqués en Asie.

 

saras-mayombe-magasin-colonial

Vieille maison, le "Panorama de Marseille" (© FabMoustic)

 

Face à nous, je remarque une autre construction coloniale que je n'avais pas vu à notre arrivée. C'est un bâtiment avec un étage, un escalier extérieur et des balustrades en bois. Il est bien fatigué, mais devait avoir fière allure à l'époque. C'est un bar, avec télévision. Un panneau affiche les horaires de diffusion des matchs de foot du jour. On paye 100 FCFA pour voir un match, 150 FCFA avec le journal du soir.

Sous le toit, il reste une enseigne en zinc où l'on peut encore lire "Panorama de Marseille - Galaxie..." puis un mot indéchiffrable. Peut-être le nom du marseillais qui avait monté ce commerce ? Sur le mur du fond à l'étage, on devine des affiches dont une "Le Général Defao", chanteur de RDC.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

commentaires

yves domzalski 24/03/2013 09:10


Une plaie que ces "médicaments (et vitamines) fabriqués en Asie", notamment en Inde: ils ne sont pas tous inutiles mais beaucoup sont au mieux des placebos. Une plaque tournante de ce "business"
à destination de l' Afrique a longtemps été l'ile Maurice, eu égard à une partie de sa population d'origine indienne et aux nombreuses complaisances douanières & administratives qui en
découlent. Je ne sais si c'est toujours le cas actuellement. J'imagine que nos amis chinois, eu égard à leur nouvelle présence plus ou moins massive en Afrique, ne sont pas non plus en reste ...

Fabrice 24/03/2013 10:23



Aspect positif, un laboratoire indien propose une trithérapie contre le SIDA, avec des génériques, pour environ 1 dollar par jour. Nettement moins cher qu'auparavant !



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories