Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 16:25

Avant de quitter ce village, évoquons le chantier et les hommes qui ont donné leur nom à ce bourg du Mayombe, bien loin de leur terre natale.

Le nom initial du village était Mboulou (Mbulu), peut-être à cause des chiens sauvages que l'on pouvait autrefois y trouver, car ce mot signifie "chacal" en Vili. Ou d'une légende attachée à cet animal en ces lieux ?

Le chacal à flancs rayés (Canis adustus), dernier chien sauvage du Congo, préfère cependant les savanes. Menacé d'extinction, c'est une espèce protégée.

 

ligne-cfco-mayombe-congo

Le chemin de fer Congo-Océan (© Encyclopédie mensuelle d'Outre-Mer - 1954)

 

Comme on peut le voir sur la carte ci-dessus, le village "Les Saras" est situé en plein coeur du Mayombe. La gare est située au km 100 (cf Mayombe : Les Saras, la gare ) par rapport à Pointe-Noire et le camp de travailleurs du chemin de fer Congo-Océan se situait au km 102.

 

tunnel-cfco-km100,9

Tunnel CFCO au km 100,9 (© CAOM - Décembre 1932)

 

On fit venir au fil des ans des milliers d'hommes dans cette zone, car la traversée du massif du Mayombe constituait la difficulté majeure du tracé. A partir du km 60 et jusqu'au km 150, il fallait affronter les marécages de la Loémé puis le relief accidenté du massif forestier, particulièrement entre les km 97 et 143. Cette seule portion du CFCO, d'une cinquantaine de kilomètres, nécessita trente-six viaducs, soixante-treize ponts secondaires, douze grands murs de soutènement et dix tunnels, totalisant 3 km de longueur. Quel chantier d'envergure !

Si techniquement rien ne semblait insurmontable aux ingénieurs, il fallait une main d'œuvre nombreuse. La très faible densité de population de la région, entre autre, obligea à recruter des ouvriers dans d'autres contrées de l'AEF.

Ce fut le cas des populations Saras originaires de l'Oubangui-Chari (Centrafrique) et du sud du Tchad (cf Les Saras : origine et recrutement ).

 

saras-mavouadi-paye-cfco

Les Saras recoivent leur paye à Mavouadi (carte postale vers 1925 - © Marichelle)

 

On trouvait plusieurs campements le long du chantier, où étaient regroupés les travailleurs, dont un à Mavouadi, vers le km 72. La section de Mavouadi correspondait à la partie du chantier comprise entre les km 52 et 80 (à ne pas confondre avec le Mavouadi de la région du Niari, au nord de Mossendjo). On installait dans le camp une "formation sanitaire" qui permettait de regrouper les malades, à l'époque nombreux (cf Lecture : "Congo-Océan" de Brazzaville à Pointe-Noire... ).


Il en était de même au "km 102". C'est d'ailleurs à la formation sanitaire de M'boulou que périt le Dr Favre (cf Moubotsi : la gare de Favre) en 1929. La gare qui porte son nom est ainsi assez éloignée de son lieu de décès.

 

saras-camp-km102-1927

Mboulou - le camp du km 102 en 1927 (© Michel Romano)

 

Difficile de s'imaginer les rudes conditions de vie dans un environnement assez hostile, d'autant plus pour une population habituée à un autre climat. On trouve cependant quelques documents qui permettent d'illustrer cette époque.

J'avais trouvé deux clichés montrant des ouvriers Saras dans le Mayombe, mais ils n'étaient pas précisément localisés (cf Terre d'ébène : le chantier du CFCO (2)). 

Le km 102 se situait en pleine forêt humide, comme le montre le cliché ci-dessus. De simples cases en "matériau local" abritaient les ouvriers africains, comme les colons.

Pour de multiples raisons (mauvaises conditions de transport, difficultés d'approvisionnement en vivres, maladies tropicales, climat malsain, dépaysement des populations transplantées, absence de mécanisation sur les chantiers...), les premières années de travaux dans le Mayombe furent très meurtrières.

Les décès constatés représentaient 20 à 30% des effectifs des recrues de l'année, entre 1925 et 1928 !

 

congo-ocean-tranchee-km106

Tranchée du chemin de fer Congo-Océan au km 106 (carte postale vers 1930 - Ed. Pacalet)

 

On améliora à tous les niveaux les conditions de vie des ouvriers et la mortalité baissa, pour osciller entre 13 et 9 % pour la période 1929-1932.


Mais cela ne semblait pas plaire à tout le monde, comme le montre le texte écrit au verso de la carte postale ci-dessus, montrant le km 106, à proximité immédiate du village Les Saras.

Le colon français, visiblement un commerçant, se plaint de ne plus pouvoir vendre ses vêtements d'occasion : "Ces messieurs, avec les ordres que l'on reçoit de Paris, touchent des soldes magnifiques qui leur permettent, outre de se saouler comme des grives, d'acheter tout ce qu'ils désirent, mais neuf. Et comme les marchandises affluent de France, ils gaspillent leur argent à acheter un tas de saletés... En ce moment, les casques ne se vendent plus parce que la mode est au chapeau mou, arrivé dans les boutiques en quantité industrielle. On n'arrive même plus à vendre les vieux costumes. Ce n'est pas assez chic... Vous vous rendez compte où nous en sommes arrivés. Une gifle à ces messieurs vous conduit au Tribunal." De même pour "un travailleur du Congo en train de pisser dans un magasin sur un sac de riz" !

 

saras-tamtam-km112 

Mayombe - km 112 - Saras jouant du Tam-Tam (© Michel Romano)

 

On trouve quelques images plus joyeuses de Saras dans le Mayombe, que celles des ouvriers malades et faméliques. Notamment celles prises de son équipe par Michel Romanoau km 102 ou à son campement du km 112, lors de moments de repos. La fête, avec la danse au son du tam-tam, en fait partie.

 

sara-femme-coiffure-mayombe

Femme Sara coiffant son mari - Camp du km 112 (© Michel Romano)

 

On découvre aussi, fait peu évoqué, que les femmes accompagnaient parfois leurs maris dans les campements. L'une d'elles peut ainsi coiffer tranquillement son homme, pour qu'il continue de porter sa petite houppette !


saras-femme-bain-km102

Femmes au bain au km 102 (© Michel Romano)

 

Ces femmes originellement très peu vêtues permettaient aussi au colon de se rincer l'oeil... par exemple lors du bain dans un marigot du Mayombe.

 

sara-cfco-pointe-noire-1932

Visage d'un travailleur Sara - Pointe-Noire (© CAOM - décembre 1932)

 

Certains Saras arboraient des scarifications faciales (cf Les Saras : origine et recrutement ), souvent discrètes, parfois très impressionnantes comme le jeune homme ci-dessus. En effet, un défaut de cicatrisation peut entraîner la formation de chéloïdes, excroissances du derme se formant sur une blessure guérie.

On aperçoit la voie ferrée en arrière plan du cliché.

 

C'est en tout cas en hommage aux nombreux morts d'origine Sara (plusieurs milliers à n'en pas douter) que l'on donna son nom à la gare CFCO, et par extension au village qui se constitua autour.

 

Sources principales : 

L'aventure de l'or et du Congo-Océan - Michel R.O. Manot - Ed. Secretan - 1946

Notes sur la construction du chemin de fer Congo-Océan (1921-1934) - Gilles Sautter - Cahiers d'études africaines, Année 1967, Volume 7, Numéro 26

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

commentaires

Charles 13/04/2013 19:04


Bonsoir Fabrice,


Mon grand oncle : Aimé Tatin, qui était directeur d'usine à Brazzaville a participé à la construction de la ligne de chemin de fer du CFCO comme chef de chantier. En 1959, il habitait à
Tournon sur Rhône où il s'était retiré pour sa retraite. Je lui avais rendu visite plusieurs fois, car il me tenait en haleine sous le charme de ses récits d'expéditions au Congo. Il
avait plusieurs albums de photos notamment sur la traversée du Mayombe. Ces photos doivent-être chez ses descendants. Je vais essayer de me les procurer et vous les faire parvenir.


Cordialement 


J. Charles

Fabrice Moustic 22/07/2015 13:59

Bonjour,
Vous avez de nombreuses photographies sur l'histoire du Congo-Océan au fil des pages de mon blog. Je cite en général mes sources, donc vous avez déjà de la matière ! Je peux vous envoyer des scans de meilleure qualité si besoin.
Le témoignage de premier plan côté "colon français", c'est celui de Michel Romano. Vous trouverez peut-être encore son livre chez des bouquinistes.
http://voyage-congo.over-blog.com/article-michel-romano-congo-pionnier-118031271.html

Je ne connais pas de journal intime côté "indigène".
Cordialement
Fabrice

Bernstein Catherine 22/07/2015 13:27

Bonjour,
Je suis réalisatrice de documentaire. Je prépare actuellement un film sur la construction de la voix ferrée du Congo-Océan. Je serai très intéressée si vous avez des photographies ou des journaux intimes de témoins de cette construction. Bien à vous, Catherine Bernstein tél. 06 82 10 87 96

Fabrice 14/04/2013 10:09



Bonjour Julian,


J'espère que les descendants de votre oncle ont gardé ces albums photos du Congo. Sans doute un petit "trésor" à explorer !


Merci de penser à moi.



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories