Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 17:00

Nous prenons la direction de la gare de Mossendjo, qui est excentrée, à environ 3 km de Mossendjo-poste.

Godefroy dit à Manu de faire attention, car ici de nombreux deux-roues commettent des imprudences. La veille, au volant de son camion avec l'un de ses collègues, il a eu des ennuis... Un scooter transportant 4 personnes a perdu le contrôle, alors qu'il arrivait sur cette piste étroite. Suite à cet accident sans gravité, il a été pris à partie par la population du quartier de la gare. Selon son expression, il a été "pris en otage" et a dû faire appel au capitaine (de gendarmerie ?) pour être "libéré". Ce genre de situation est toujours délicate et certains se font lyncher par une foule en colère... Pas si cool que cela la vie à Mossendjo !

 

mossendjo-gare-comilog

Gare COMILOG de Mossendjo (© FabMoustic)

 

C'est vrai que la piste est sinueuse et étroite, guère adaptée pour la cohabitation entre un camion et les autres véhicules. Nous contournons la voie ferrée par le haut, tournons à gauche pour traverser les voies. Manu remarque près du passage à niveau, une femme habillée en pagne qui possède... un téléphone portable. Il est surpris par cette modernité qui est arrivée jusqu'au fin fond du Niari !

 

Nous stoppons notre véhicule face à la gare. Le soleil commence à décliner. Les lettres rouges "Mossendjo" sont bien délavées et le bâtiment allongé, peint en marron et jaune, n'a rien de particulier. Il a dû être construit vers 1960 avec le chemin de fer COMILOG.

 

mossendjo-gare-voie-comilog

Voies ferrées en direction de Mossendjo-poste (© FabMoustic)

 

Par contre, le nombre de voies est impressionnant. Il y en a six ! Une rase pelouse agrémentée de quelques détritus recouvre les voies.

Notre arrivée ne passe pas inaperçue et deux hommes de la gare traversent les voies pour venir nous voir.

 

mossendjo-gare-comilog-voies

Voies ferrées en direction de Mbinda (© Truuuc)

 

L'accueil est amical et nous échangeons quelques mots. L'un d'eux est fier de nous dire qu'il est le chef de gare. Pas d'interdiction de photographier évoquée, contrairement à d'autres lieux.

Près de nous, quelques grosses ferrailles pourrissent. L'endroit est calme et l'activité ne semble pas débordante.

 

carte-congo-comilog

Chemin de fer COMILOG et CFCO (© Joncheray - Université de Provence - 2009)

 

Le chemin de fer COMILOG a été exploité pendant près de 30 ans pour transporter le manganèse extrait de la région de Franceville, au Gabon, à Moanda. La voie ferrée rejoint celle du CFCO et Pointe-Noire, port ouvert sur l'Océan Atlantique.

L'exploitation de cet important gisement de manganèse par la Compagnie minière de l'Ogooué (COMILOG), une société française, a débuté en 1953. La situation géographique de la mine, au milieu du pays, rendait problématique le transport du minerai. La COMILOG a donc fait construire spécifiquement dans ce but, entre 1959 et 1962, une voie de chemin de fer. A l'époque, aucun problème, les deux territoires issus de l'AEF collaboraient.

 

 mossendjo moanda-comilog-gabon

Extraction de manganèse à Moanda, Gabon (carte postale, vers 1980 ?)

 

L'exploitation de cette ligne a subitement cessé en 1991. Un terrible accident provoque la mort d'une centaine de personnes, lors de la collision d'un train de voyageurs avec un train COMILOG, le 5 septembre 1991 à Mvoungouti.

Le contexte a également changé. Désormais depuis 1986, le chemin de fer Transgabonais (669 km) permet depuis Franceville de rejoindre la côte à Owendo (près de Libreville). Plus besoin de passer par le Congo !

 

mossendjo-gare-comilog-cases

Cases COMILOG détruites (© FabMoustic)

 

L'accident n'est peut-être qu'un prétexte pour opérer un revirement stratégique... Au delà du fait d'être indépendant du Congo, la nouvelle voie gabonaise avec un écartement "normal" (1,435 m contre 1,067 m pour la voie congolaise, standard adopté historiquement dans la perspective de se connecter avec le Congo belge et les colonies anglaises en Afrique) permet un transport de charge plus important. En tout cas, près de 900 cheminots congolais sont licenciés en octobre 1992, sans toucher la moindre indemnité.

La COMILOG, devenue filiale du groupe français Eramet en 1996, négocie finalement un accord en 2003 avec les gouvernements du Congo et du Gabon. En règlement du contentieux, un chèque de 1,8 million d'euros est versé au Trésor Public congolais. Mais les cheminots ne touchent toujours rien...

La sombre affaire, portée devant les Prud'hommes français à partir de 2007, n'a toujours pas trouvé d'issue en 2012, le tribunal s'étant déclaré incompétent pour juger le conflit.


Les "cases" COMILOG détruites qui longent la voie ferrée à Mossendjo reflètent cet abandon de la ligne.

 

mossendjo-gare-case-cfco

Case de passage CFCO à Mossendjo (© FabMoustic)

 

Depuis, la ligne COMILOG est gérée par le CFCO, qui a bien du mal à entretenir son réseau vieillissant, et dont l'activité a été soumise aux aléas de l'histoire récente du Congo.

A Mossendjo, au-dessus de la gare, il y a la "case de passage" CFCO. Charmant clin d'oeil à la tradition ancestrale de réserver dans les villages une case aux voyageurs de passage.

 

Sources :

http://www.rfi.fr/

http://www.lexpress.fr

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Niari
commenter cet article

commentaires

Charles 11/05/2013 12:17


Quel talent Fabrice pour réveiller les souvenirs des vieux d'Afrique !


 La "case de passage" elle existait pratiquement dans tous les gros bourgs.  Il y avait, aussi, le campement qui était souvent le siège du Club Européen. On venait le soir "taper
le carton" à la lumière des lampes pétromax. Une fois par mois se tenait un "dégagement", soirée dansante très arrosée où les conflits n'étaient pas rares. Le campement
était l'étape des coureurs de brousses, qui arrivaient le soir, rouge de latérite après des kms de tôle ondulée. On pouvait, aussi, si on était une personnalité, loger chez le Résident,
ou le Commandant de Cercle.


Continuez, Fabrice, à nous enchanter avec vos images et vos commentaires sur le Congo, ce pays si attachant dont l'empreinte reste en nous indélébile.


J. Charles


 

Fabrice 11/05/2013 15:33



Merci Julian, je continue mon récit... Heureux qu'il vous rappelle tous ces souvenirs.



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories