Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 17:45

Le vieux baobab de Moukondo a vu passer pas mal de monde depuis plusieurs siècles qu'il étend ses branchages vers le ciel... Une légende africaine veut qu'un démon l'ait déraciné pour le replanter la tête en bas ! Mythe fondé sur le fait que les branches des baobabs ressemblent souvent à des racines.


L'un de ses illustres visiteurs est le Gouverneur Général de l'Afrique Equatoriale Française, Raphaël Antonetti. La "route pour automobile" était tout juste tracée, comme on peut le voir sur le cliché ci-dessous. Le vénérable arbre n'avait pas encore perdu sa partie droite.

 

mayumbe-baobab-antonetti-1932

Le Gouverneur Antonetti devant le "baobab géant"

 

Nous sommes le 7 octobre 1932. Le gouverneur, casque colonial vissé sur la tête, a arrêté sa belle auto au pied du baobab. Il est accompagné du médecin général Fulconis, du directeur général des travaux publics, M. Nicolau (l'allée où est implanté le Consulat de France à Pointe-Noire porte aujourd'hui ce nom), et du comte et de la comtesse du Monceau de Bergendal (appartenant à une famille d'hommes politiques belges, un de leurs ancêtres étant un général au service de Napoléon Ier).

On aperçoit au loin quelques villageois cheminant sur la piste toute neuve. Ce devait être assez intriguant à l'époque pour les congolais de voir une automobile.

 

mayombe-baobab-dolisie-2012

Le baobab dit "de Brazza" quatre-vintgs ans plus tard (mai 2012 © FabMoustic)

 

Cette halte ne porta pas chance au gouverneur Antonetti. En tournée d'inspection sur les chantiers du Chemin de Fer Congo-Océan, ce dernier chuta violemment, tombant d'un échafaudage !

 

chute-bamba-antonetti-1932

Le viaduc du Bamba et ses échafaudages

 

L'acccident eut lieu sur le viaduc du Bamba, à quelques encablures du célèbre tunnel du même nom, le plus long du CFCO. Dans son malheur, le Gouverneur Antonetti tomba sur l'échafaudage situé à mi-hauteur du pont, ce qui fut un moindre mal. Selon le récit effectué par la presse quelques semaines plus tard "Il se trouvait au sommet d'un de ces échafaudages quand une planche bascula, le précipitant dans le vide d'une hauteur d'une quinzaine de mètres".

Une chute sur la totalité de la hauteur de l'ouvrage d'art lui aurait sans doute été fatale.

 

evacuation-antonetti-pointe-noire-1932

Départ du gouverneur Antonetti pour Brazzaville le 12 octobre 1932

 

On imagine l'embarras et la panique de ses accompagnateurs et du responsable du chantier... Cet exercice d'escalade n'était peut-être plus de l'âge du presque sexagénaire (âge avancé pour l'époque !).

Le Gouverneur Antonetti, toujours conscient, fut transporté dare-dare vers Pointe-Noire. Une radiographie révèlera "une fracture de la région sacro-iliaque, aggravée de contusions internes".

Cinq jours plus tard, il est conduit sur le terrain d'aviation de Pointe-Noire sur une civière. Il prend alors un avion pour être "rapatrié" vers Brazzaville, siège du gouvernement de l'AEF. La presse "officielle" de l'époque souligne avec l'emphase alors d'usage : "L'ouverture prochaine du chemin de fer Congo-Océan marquera une date dans notre histoire africaine et signalera à la reconnaissance du pays l'homme qui en fut l'artisan passionné et faillit payer de sa vie son dévouement à une noble cause".

Source : magazine l'Illustration n° 4682 du 26 novembre 1932.

 

La presse satyrique donna une autre version, nettement moins élogieuse : "Un jour que le Gouverneur Général avec courage -car il est brave- visitait sur la ligne de "son" chemin de fer un viaduc en construction, il voulut d'un rond de jambe montrer à une belle madame qui l'accompagnait restée en bas, que l'âge n'avait en rien altéré sa souplesse... Las ! Il avait trop présumé de ses forces, manqua son coup... et "chut" d'une hauteur de quinze mètres. Tout autre qu'Antonetti y eut laissé ses os. Lui, arrêté quelques mètres plus bas par un crochet qui fort opportunément le retint par... son fond de culotte -pantin gigotant dans l'espace- pendant un quart d'heure, s'en tira, parait-il, avec le coccyx brisé. Bref, il dut rester alité pendant plus d'un mois".

Source : Les Broussards Français - Bi-mensuel -N° 22 - 10 mars 1933.


Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

commentaires

Charles 12/08/2013 10:33


Il me semble avoir fait une bourde ? Bertrand de Lestaubière était responsable, antanlontan, de l'hôtel M'Foa, ancien Métropole .

Fabrice 12/08/2013 22:19



Je ne peux pas vous éclairer sur ce sujet !



Charles 12/08/2013 10:18


C'est, je crois ? le frère de Jean de Lestaubière: Bertrand qui a tenu " Le Beach " . Il habitait, il y a 45 ans immeuble M'Foa à Brazza.


Jean de Lestaubière est mort tragiquement dans un accident avec un grumier, mal garé, sur la route de l'aviation à Ponton, dans les années 70.

Julia Makossombo 11/08/2013 22:49


Un monsieur de Lestaubière est le gérant de l'hôtel Guest House. En fait je ne sais pas s'il y est toujours car il est bien âgé, au-delà de 80 ans.

Fabrice 12/08/2013 08:19



J'avais cru comprendre que la main était passée à des Congolais mais sans certitude.



Charles 16/04/2013 12:46


 Pardon Patron j'ai fait l'erreur  !  Je voulais parler du " Voyage espiègle et romanesque sur le petit train du Congo " de Philippe de Baleine, où il est question de Jean de
Lestaubières. Le titre de la nouvelle est l'enlèvement de Mr le Marquis. J'écris cela de mémoire, ayant prêté ce livre à un ami, et nous connaissons la suite ...

Fabrice 16/04/2013 21:07



J'ai donc acheté le mauvais livre... Il n'est pas désagréable à lire, mais pas vraiment ce que j'attendais !



Charles 15/04/2013 11:15


Bonjour,


Dans les années 60, un Werner du Monceau était élève au lycée Victor-Augagneur. Sa mère  Hélène de Lestaubière avait épousé Jean de Lestaubière, une " figure " de Pointe-Noire.
Dans son recueil de nouvelles : " Le petit train de la brousse " Aux éditions Plon ( On le trouve au format poche ), Philippe de Baleine nous narre une aventure arrivée à Jean de Lestaubière
à la frontière du Cabinda.


Jean était très beau,  une allure de Condottière. A l'époque où je l'ai connu il frisait la cinquantaine et les jeunes filles de Pointe-Noire, avec cette cruauté qui caractérise la
jeunesse l'appelait : " Chef-d'oeuvre en péril ".


Cordialement


J.Charles

Fabrice 15/04/2013 19:50



L'action du livre se situe principalement en Côte d'Ivoire. Quel chapître fait référence au Congo (frontière du Cabinda) ?


Terrible les jeunes envers les moins jeunes ! Mais la jeunesse n'est qu'une qualité provisoire, qui ne saurait se suffire à elle-même...



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories