Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 17:00

Aussitôt arrivés sur la plage, les enfants ne tardent pas à mettre en vrac leurs habits dans mon sac à dos et à enlever leurs chaussures pour plonger dans l'eau.

Patrice et moi rappelons les consignes de prudence. Il ne faut pas oublier que c'est la mer la plus forte ! Mais les vagues sont ici nettement moins violentes que sur la Côte Sauvage.

 

mazra-plage-baignade

Les enfants dans l'eau...    

 

Spectateurs, nous prenons place au resto de plage, assis autour d'une table. Nous commandons la boisson comprise dans l'entrée. La serveuse est toujours aussi peu communicante... Il ne reste plus de choix dans les bières. La Castel que nous buvons n'est pas terrible...

 

mazra-songolo-judoka

Karatékas de la plage    

 

Des karatékas s'entraînent toujours, équipés de leurs kimonos, plus ou moins blancs. D'autres individus les imitent en pratiquant des prises.

Deuxième hasard après celui de l'aéroport, je remarque qu'Olivier est assis à une table d'à côté. Je vais le saluer. Il est accompagné de Xavier, déjà croisé l'an dernier au resto "Sous les manguiers".

Nous discutons de notre projet d'expédition aux gorges de Sounda, envisagée demain. Olivier ne veut pas prendre de risques, il a peur de tomber en panne en pleine brousse. Partir à un seul véhicule, ce n'est selon lui pas très sûr... Bon, ce n'est pas grave, je ferai autre chose ! 

 

mazra-plage-plongeon

Plongeon dans l'océan !

 

Le soleil commence à décliner, je fais quelques photos des enfants s'amusant dans l'eau. Saint Euge et Sofian, les deux plus grands, sont les plus actifs !

 

Patrice leur demande de sortir de l'eau. Personne n'a prévu de serviette pour s'essuyer... Mine de rien, le soleil ne chauffe plus et ce n'est pas facile de sécher. Allan a froid et grelotte en enlevant son maillot de bain. Johan lui aussi est gelé et se retrouve muet. Les plus grands vont se changer derrière une paillote.

Pour se réchauffer un peu, enfin avoir quelques calories, les enfants boivent leur soda. Nous contemplons ensemble le coucher du soleil et juste avant de sombrer dans l'océan, l'astre s'est habillé d'un beau manteau rouge.

 

mazra-plage-soleil-rouge

Soleil rouge...

 

 

Il fait nuit noire quand nous quittons le Mazra Club de Songolo. Il faut faire attention aux trous dans le plancher des pontons... Les oiseaux dans les arbres sont encore plus nombreux que tout à l'heure. Toute la colonie est rentrée au dortoir !

Pas de taxi à la sortie, donc nous cheminons dans la pénombre pour rejoindre un endroit plus fréquenté. Les enfants me montrent un chat blanc. Je leur avais dit que l'on en voyait presque pas à Pointe-Noire... Un homme assis dans le noir nous confirme que c'est bien un chat !

Dans le ciel bleu nuit, une étoile plus brillante que les autres retient notre attention. Patrice croit que c'est un satellite ! 

 

Nous arrivons devant chez Manu, où le bar d'en face a mis la sono en marche. Nous trouvons juste après un taxi libre, qui hésite à nous prendre. Nous sommes un peu trop nombreux...

Direction le Palm Beach. Je ne sais plus comment, la discussion avec le chauffeur s'oriente vers la nourriture. Nous parlons des habitudes culinaires congolaises et françaises.

Arrivés vers la gare, nous croisons la foule qui remonte de la plage de la Côte Sauvage. Chance et Allan veulent voir ma chambre ! Nous libérons donc le taximan et tout le monde descend à l'hôtel. Le bagagiste Thomas nous voyant arriver déclare "C'est la colonie de vacances !". Les enfants semblent un peu surpris, car ils sont muets. Sans être luxueuse, ma chambre est bien sûr fort différente de la leur... J'ai de la place et des équipements (télé, frigo...). Je souligne tout de même qu'il faut payer assez cher pour dormir ici (prix officiel 90 000 FCFA la nuit).

Après cette visite guidée, sur le lieu de travail de leur père, tout le monde repart. Les petits ne peuvent s'empêcher de monter sur les éléphants en bois présents dans le hall ! Bon, ce ne sont pas des jouets, mais le bref chevauchement ne leur a pas été dommageable.

Je salue la famille à l'entrée de l'hôtel. Saint Euge failli repartir avec mon sac à dos, qu'il avait oublié qu'il portait. Chance insiste pour avoir la petite balle qui est dans mon sac... Mais je ne lui donne pas tant qu'elle ne prononce pas un mot magique. Avec un "s'il te plaît" et un bisou, c'est tout de suite plus sympa !

Toute la famille s'engouffre dans un nouveau taxi et moi je passe une soirée tranquille, après une journée bien remplie. Je téléphone à Manu pour lui annoncer l'annulation de notre hypothétique expédition. Il me propose d'aller se balader avec son neveu, qui dispose d'un taxi. Bonne idée !      

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

commentaires

GILLET 05/07/2012 11:50


Bonjour, J'ai lu avc passion votre "compte-rendu" de vos passages a Pointe-Noire. Pourquoi a vec passion? Parce que j'y suis né en 1956 (je suis français) a la climique "Rabassa" un peu derrire
le printania. J'ai été a l'école Tchikaya vers 1966. la phot page 66 résume bien le souvenir que j'en avais, avec en face le batiment de la DDTT.  J'aimerai bien y retourner juste pour voir,
mais j'ai peur aprés cette visite de perdre mes images souvenirs. Bravo pour votre blog

Fabrice 05/07/2012 16:06



Merci pour vos compliments ! Je suis heureux que cela vous rappelle de bons souvenirs. La ville a bien sûr évolué depuis 50 ans, mais vous retrouveriez sans doute une partie de
l'atmosphère de votre enfance et certains lieux qui ont peu changé. A vous de franchir le pas !


Cordialement


PS : la clinique "Rabassa" est la clinique des Manguiers, aujourd'hui fermée (immeuble de bureaux).



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories