Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 11:30

Je salue Laudy et son frangin et reprends mon parcours pédestre. Après la mairie, je tourne à gauche pour emprunter la petite rue qui longe la cathédrale.

Je constate que l'édifice est ouvert. L'occasion faisant le larron, je décide d'entrer dans la cathédrale Notre-Dame, dont je connais jusqu'ici uniquement l'aspect extérieur. Guère attrayant, il faut bien le dire (cf Premier week-end à Pointe-Noire (suite) ). Le monument en béton est devenu bien gris et mériterait un ravalement. Sans doute très peu de travaux d'entretien des extérieurs ont eu lieu depuis les années 1950.

 

notre-dame-pointe-noire-cpa

Cathédrale Notre-Dame vers 1960 (carte postale)

 

Brêve histoire du lieu, à la fin de 1950, Monseigneur Fauret, évêque de Pointe-Noire, contacte l'architecte Jules Alazard (directeur de la société CIMA) afin d'élaborer un projet de construction d'un édifice digne de la ville. Pointe-Noire est en effet dépourvue de cathédrale, on ne trouve en centre-ville que le modeste évêché, dont le rez-de chaussée sert à cette époque de chapelle (cf Bâtiment colonial : l'évêché de Pointe-Noire).

Un premier projet élaboré à la fin des années 1920 prévoyait la construction d'un édifice de style romano-lombard, avec un campanile de 50 mètres de haut !

C'est un tout autre projet qui prend corps début 1951, avec une construction de style moderne, de 60 m de long et 20 m de large (30 m au niveau du transept). Une maquette est établie, le clocher fera tout de même 33 mètres. De multiples manifestations et autres kermesses ont lieu pour récolter des fonds, complétant les subventions des autorités locales. 


maquette-notre-dame-pointe-noire

Maquette de Notre-Dame de Pointe-Noire (1951 -© Carte postale Express)

 

La bienveillance de l'administration est de mise, le terrain nécessaire à la construction est ainsi "offert" par le Gouverneur Le Layec. La cathédrale sera construite face à l'océan, un peu en retrait de l'Avenue de Gaulle.

Les travaux sont confiés à la société EFIAC et la première pierre est posée en avril 1952. La bénédiction de la cathédrale a lieu quelques jours avant Noël, le 20 décembre 1953.

 

pointe-noire-cathedrale-nef

Nef de Notre-Dame de Pointe-Noire    

 

L'intérieur tranche avec la rudesse extérieure. Il est déjà nettement plus blanc ! Sans doute a t-il été repeint assez récemment. Ce qui surprend aussi ce sont les touches de couleur qui décorent la nef. Les piliers ont été ceints, sur un tiers de leur hauteur, d'un tissu brillant, alternativement rouge et bleu.

 

notre-dame-pointe-noire-vitrail

Ouverture latérale de la nef

 

Ceci fait écho aux ouvertures latérales de la nef, ajourées de verres colorés. On ne peut pas les qualifier de vitraux ! Leur singularité n'est pas perceptible de l'extérieur.

 

notre-dame-pointe-noire-choeur

Choeur de Notre-Dame de Pointe-Noire

 

Le choeur est très simple et lui aussi porte des ouvertures, étroites, ornées de verres colorés, d'un bleu de deux tons différents. L'église est propre et les bancs en bois impeccablement alignés dans la nef. On note quelques tâches d'humidité au plafond.

Autre singularité, le sommet des murs de la nef comporte de petites ouvertures, une sorte de persienne en béton ! Sans doute s'agit-il de faire circuler l'air, dans le contexte chaud et humide du climat ponténégrin.

 

notre-dame-pointe-noire-rosace

Tribune et rosace de la façade de Notre-Dame de Pointe-Noire

 

A l'opposé du choeur, on trouve une tribune, vide, surmontée d'une rosace. J'ai l'impression qu'elle a perdu ses verres colorés... La tribune, ornée d'un tissu doré drapé de noir, devait-elle accueillir un orgue ? Mystère.


A la sortie, je croise un photographe congolais. Comme je m'en doutais, la cathédrale s'apprête à célébrer l'office d'un mariage. Je lui souhaite de faire de bonnes affaires à cette occasion et poursuis ma route...

 

Sources :

L'Église de Pointe-Noire: évolution des communautés chrétiennes de 1947 à 1975, Guy Pannier, éditions Karthala - 1999.

Les spiritains au Congo de 1865 à nos jours - Jean Ernoult - Congrégation du St Esprit- 1995

NB : on doit au même architecte, Jules Alazard, l'église Saint Christophe de Fort-de-France (1956-58).

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

commentaires

charles 06/11/2012 17:42


Le Père Ozanne un Curé formidable ! Mais le bruit courait à Pointe-Noire qu'il était un peu "concierge", d'ou son surnom de Gazette de Lausanne. J'ai pas mal de photos de Monseigneur Fauret.
C'est lui qui m'avait déniché dans les archives de l'evêché une documentation sur mon ancêtre Gabriel de Mostuéjouls, notamment sur la route des caravanes, qui reliait Loango à Brazza. avec la
traversée du Mayombé en prime.


Dans la revue "A travers le monde" de 1896, que m'avait offerte Mgr Fauret, il était question de la création d'une poste par pigeons voyageurs. En effet, le télégraphe sans fil au Congo dans une
atmosphère saturée de vapeur d'eau et chargée d'électricité etait très irrégulier.... " A défaut de moyens de transmission perfectionnés, il a été fait appel à un mode de correspondance, en
apparence seulement, primitif et suranné : le pigeon voyageur... L'administrateur de Mostuéjouls est parti de Brazzaville en septembre dernier emmenant 10 volatiles, et après 5 jours de marche du
marché de M'Koï Euoka, à 100 kms au nord de Brazzaville, on recevait de ses nouvelles, bien que les pigeons n'eussent jamais été entraînés dans cette direction..."  C'est encore plus sûr
qu'un Antonov !

Fabrice 06/11/2012 19:28



Le père Ozanne a marqué nombre de ponténégrins ! 


En effet, le pigeon voyageur peut paraitre archaïque comme moyen de communication, mais il était assez efficace et encore utilisé couramment en France pendant la Première Guerre Mondiale.



Y. Bouin 08/05/2012 12:31


Bonjour,


Je suis très heureux de voir enfin des photos de cette cathédrale. J'ai habité 4 ans en Martinique, durant cette période j'ai étudié l'architecture du XXe siècle. J'ai réalisé un dossier sur
l'église Saint-Christophe mais je n'ai trouvé à l'époque que très peu d'éléments sur le prétendu architecte et aucune photo. Grâce à ses photos je constate qu'il y a une parenté claire entre les
deux édifices (même type d'ouverture par exemple). Possedez-vous d'autres renseignements? Comment avez-vous fait le lien avec la Martinique? Merci!

Fabrice 08/05/2012 12:40



J'avais fait le lien avec la Martinique, grâce au nom de l'architecte Jules Alazard, via la base du Ministère de la Culture


http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/patrimoine/



saubat-lalanne madeleine 16/02/2012 00:10


eh oui nous sommes tous paasées par Notre Dame de Pointe-Noire, et avons tous connu le Célebrissime Père OZANNE.........il était hollandais je crois?????????qui connait un peu son histoire, son
vériitable nom........

Fabrice 17/02/2012 07:00



D'après la  notice du Père Guy Pannier, il ne semble pas être d'origine hollandaise, mais plutôt Normande ! Et
c'est son "vrai" nom. Il a passé une trentaine d'années au Congo (deux photos à voir dans l'album "Pointe-Noire-Kouilou 1950").


Ernest Ozanne est né le 26 août 1913, à Montbray (Manche). Après des études au Collège de Saint-Lô, il entra au noviciat d'Orly et fit profession, le 8 septembre
1935. Mobilisé en 1939, il fut envoyé sur le front des Alpes, mais put rentrer à Chevilly(Val de Marne) aussitôt après l'armistice. C'est là qu'il fut ordonné le 5 juillet 1942 ; son frère aîné,
prêtre, était déjà curé dans le diocèse de Coutances (Manche).

Ne pouvant partir en mission à cause de la guerre, il resta deux ans à la paroisse de Montreuil-sous-Bois comme
vicaire; c'est là qu'il découvrit la JOC et l'Action Catholique. Cette période le marqua beaucoup et il resta toujours en relation avec certains de ses jeunes de ce temps.

Envoyé au vicariat apostolique de Loango, le Père Ozanne fut d'abord affecté à la mission de Kimbenza, sur le plateau des Cataractes, mission de pleine brousse à laquelle on ne pouvait
accéder qu'à pied, à travers les collines. C'est en 1948 que Monseigneur Fauret le fit venir à Pointe-Noire, qui commençait à se développer considérablement, pour lancer
l'Action catholique à partir de l'union paroissiale de la ville : JOC, syndicats chrétiens, cercle des "évolués" ; il anima tout cela avec un très grand dynamisme.

Les paroisses commençant à se multiplier, le Père Ozanne fut plus spécialement chargé du ministère auprès des Européens et notamment des militaires, mais aussi de l'hôpital. Il prit une très
grande part à la construction de la cathédrale Notre-Dame de Pointe-Noire, en organisant kermesses et fêtes diverses, et il en devint tout naturellement vicaire de 1954 à 1959, puis, après un
bref intérim comme procureur, il en prit la responsabilité comme curé, jusqu'à son départ en 1976.

Ernest Ozanne a fortement marqué de sa personnalité l'apostolat à Pointe-Noire. Devenu, par la situation géographique de sa paroisse, surtout pasteur des Européens, il eut, dans ce milieu
changeant et difficile, une action en profondeur, confident de bien des difficultés, très attentif à la vie chrétienne et humaine de ses ouailles et il garda des solides amitiés, entretenues par
une correspondance assidue. Confrère sympathique, joyeux et accueillant, profondément soucieux de faire bénéficier le diocèse et le petit séminaire de Loango des facilités financières de sa
paroisse, très proche aussi des pauvres et des malades qu'il continuait à visiter régulièrement.

Sa santé l'obligea à rentrer définitivement en France en 1976 ; il choisit Piré-sur-Seiche (Ille et Vilaine) pour se retirer : il essaya d'y rendre service encore dans les paroisses des
environs, mais dut pratiquement y renoncer les dernières années. Lecture, prière, correspondance, services rendus à l'intérieur de la communauté furent les occupations de ses journées.

Une congestion cérébrale, dont il avait eu les premiers signes déjà à Pointe-Noire, l'emporta brusquement le 12 juillet 1983. Il repose maintenant dans le cimetière
de la communauté.



anne perret 05/11/2011 16:33



toujours autant de plaisir à lire vos articles et celui ci particulièrement  (après la clinique océan !) cette cathedrale de Pointe Noire ou nous avons fait nos communions ,confirmation et
mariages ! souvenir du père Ozanne , une "figure " ,dont tous ceux de ma génération se souviennent ,du père Charrier ,du père Pannier et tant d'autres! Quand j'étais gamine j'étais très
impressionnée par Monseigneur Fauret ,qui rendait régulièrement visite  à la clinique ,un homme très grand ,un accent du sud ouest qui "rocaillait ".il était du même village que Jacques
Chancel qui l'a interwié qlq années plus tard sur France Inter .merci et continuez de nos ravir de vos commentires !


 



Fabrice 05/11/2011 19:28



Merci à vous ! Je me doute que ce lieu doit rappeler de multiples souvenirs aux anciens ponténégrins.



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories