Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 11:00

Je traverse de nouveau les voies ferrées. Derrière les murs, on voit deux maisons de "style CFCO", ma foi en très bon état.

Le lieu sert toujours d'exposition aux peintres. Je salue l'un d'entre eux. Il me demande bien sûr si je veux acheter quelque chose. Je lui dis que non, que j'avais déjà fait des achats auprès de l'un de ses collègues, Diam's (cf Vie quotidienne : peine, peintre et quêtes ). Il n'est pas là et le vendeur n'insiste pas.

 

maisons-cfco-2012-pnr

Maisons CFCO près du passage à niveau de la DIRATT

 

Voilà près de 2 heures que je marche sous le chaud soleil et j'ai soif. Je m'arrête donc dans un petit resto-bar situé de l'autre côté, face aux maisons CFCO. 

J'entre dans le troquet au plafond bas, décoré de bambou et je demande une bouteille d'eau. On me dit que l'eau n'est pas fraîche... Effectivement, une femme est en train de ranger une livraison dans le frigo. Je dis tant pis, mais dans ce cas, c'est moins cher !?

Le serveur rigole et m'annonce le prix, 1000 FCFA. Plus cher qu'à l'épicerie, mais moins cher qu'à l'hôtel. La bouteille n'est pas trop chaude et je peux me désaltérer. Je note que les décorations de Noël sont encore accrochées ! J'en fais la remarque, et tout le monde sourit... soit vous êtes très en retard, soit trop en avance ! 

 

train-cfco-2012-pnr

Train de marchandises CFCO à l'approche

 

Je passe derrière la résidence du Président et arrive à l'hôtel. Je suis un peu en retard. J'appelle Patrice pour l'assurer de ma prochaine arrivée. Il a tenté de me joindre mais comme mon téléphone ne fonctionne toujours que dans un sens... Je dois remplir mon sac à dos en rassemblant les petits cadeaux apportés pour les enfants.

 

Je hèle un taxi devant l'hôtel Palm Beach. C'est parti pour l'hôtel Pemba. Au passage à niveau (non protégé), un train de marchandises attend toujours. La circulation est fluide et le trajet est vite parcouru.

 

patrice-quartier-étal-parasol

Vue sur le quartier et le modeste étal

 

Patrice m'attend comme prévu devant l'hôtel. Il pense que nous allons finir le chemin en taxi. Pas la peine, finissons à pied, c'est à 5 minutes. Profitons en, car il fait toujours un temps superbe.

Presque arrivés, Allan sort de la maison d'un copain d'école. Il vient de faire des maths et son père me dit qu'il rencontre quelques difficultés avec cette matière.

 

Nouveautés, le tas d'ordures qui barrait le chemin a été enlevé. C'est nettement plus sympa... Un jeune homme tient un petit étal sous un parasol bricolé et vend quelques morceaux de bois et des ustensiles en plastique.

Nous voilà chez Patrice, où nous franchissons le muret "anti-inondation" pour rejoindre la maison.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

commentaires

charles 04/11/2012 19:16


La case de mon épouse se trouvait dans la concession derrière le mur en parpaing. A l'époque c'était un peu plus reluisant....

Fabrice 04/11/2012 22:55



Ces cases là ne sont pas en mauvais état, seul le mur en parpaings bruts donne une mauvaise impression.



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories