Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 13:00

C'est reparti. Nous croisons d'autres engins de chantier. Mes amis congolais appellent la niveleuse, "damer-damer" ! Pourquoi pas ? Cela fait référence au verbe employé anciennement dans les travaux publics, damer signifiant aplanir, tasser la terre, ou bien paver un terrain, avec ... une dame.

Manu roule un peu vite... Un géomètre chinois lui fait signe avec la main de ralentir. La piste est justement trop bien aplanie et cela favorise les pointes de vitesse.

Dans une zone de virages plus caillouteuse, on entend un choc sous le véhicule. Manu s'arrête un peu plus loin pour vérifier qu'il n'y a rien de cassé. Ouf, pas de mal, nous pouvons poursuivre notre périple.

Le temps passe, il est plus de 14h et nous n'avons toujours pas mangé. J'insiste auprès de Manu pour que l'on s'arrête grignoter quelque chose. Nous trouvons une zone plane qui a été remblayée, un peu à l'écart de la route. Je n'ai pas envie de bouffer trop de poussière...


 

 

mayombe-pique-nique

Aire de pique-nique improvisée dans le Mayombe

 

En contrebas de la zone remblayée, on trouve un petit ruisseau. Je vois un gros lézard posé sur un tronc d'arbre qui barre le cours d'eau. C'est un mbambi ! Exactement celui dessiné comme enseigne du restaurant d'application de Dolisie (cf  Dolisie : dîner au resto). Il possède les mêmes rayures.

Je n'ai pas mon appareil photo, je l'ai posé pour amener la nourriture. Le temps que je retourne au véhicule, le lézard a disparu. M.... ! J'ai beau regarder dans la végétation des alentours, point de lézard. Déception.

 

mayombe-ruisseau-mbambi

Ruisseau au mbambi

 

Notre ami Justice, jamais avare d'une réflexion, me dit "Un bon chasseur doit toujours rester avec son arme" ! Ce n'est pas faux.

Nous grignotons les biscuits et les fruits achetés. Je déballe notamment les mandarines achetées le samedi à Pointe-Noire. Justice me dit que c'est pour les enfants... Je lui fais remarquer que chaque mandarine m'a coûté 1 000 FCFA pièce. Manu et Honoré sont surpris par le prix élevé. Finalement, chacun mange la sienne.

A un moment donné, Justice est prêt à jeter un papier par terre. Manu et moi lui indiquons un sac pour mettre ses déchets. Je lui explique que les peaux de fruits sont rapidement biodégradables, mais que ce n'est pas le cas des autres détritus. Il me répond alors "Si tu ne le fais pas, quelqu'un d'autre le fera !". C'est bien le genre de phrase qui m'agace. J'exprime mon désaccord et lui demande s'il veut que le Mayombe devienne aussi sale que les quartiers pauvres de Pointe-Noire. Mon interlocuteur ne trouve pas d'argument pour défendre son adage... D'autant plus que Manu fait partie d'une association qui tente d'améliorer la propreté de la "cité".

 

Pendant que nous mangeons, une file de 3-4 véhicules tout-terrain descend la piste. En ce week-end de Pentecôte, nous ne sommes pas les seuls à traverser le Mayombe. D'autres expats ont fait le même choix.

Discutant de nourriture, Justice nous sort une nouvelle phrase à l'emporte-pièce "Tout ce qui est fait de chair et de sang est mangeable". Je n'ose aborder la question de l'anthropophagie... Honoré et Manu ne disent rien sur le sujet.

Après environ 40 mn de pause, il est temps de reprendre la route.


Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories