Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 14:00

Nous reprenons notre périple de montées et de descentes, où les zones étroites alternent avec les pistes élargies et aplanies. 

Nous dépassons un jeune motocycliste courageux qui a entrepris la traversée du Mayombe. Il faut avoir les bras et le dos solides et ne pas avoir peur des pannes ! Pour se protéger de la poussière, il s'est couvert la tête d'un linge blanc.  

 

moto-traversee-mayombe

Motocycliste affrontant la piste

 

Le défrichement des collines se poursuit et nous découvrons le spectacle impressionnant d'un fatras de troncs entremêlés. On dirait qu'une tornade a ravagé la forêt et renversé, telles des allumettes, les arbres couchés le long des pentes.

deboisement-chantier-mayombe

Déboisement des collines

 

Vers 15h, nous sommes soudain stoppés par des véhicules arrêtés sur la piste. Un taxi et deux voitures attendent. Nous descendons à notre tour de notre véhicule pour voir de quoi il retourne. Nous demandons à l'un des chauffeurs ce qu'il se passe. Des troncs d'arbre sont tombés sur la route et il faut patienter...


Deux ouvriers congolais du chantier en profitent pour me demander de l'eau. Je discute avec eux et j'apprends qu'ils ne disposent que d'une petite gourde (environ 50 cl) pour toute la journée. Ils se plaignent de la dureté de l'encadrement chinois qui ne leur donne pas suffisamment à boire. Comment refuser de l'eau ? Je retourne à la voiture et leur donne une bouteille. Ils me remercient et disent préférer travailler avec les français...

 

deboisement-feu-mayombe

Bois brûlant le long des pentes

 

Je ne sais pas si les arbres coupés sont récupérés, en tout cas je constate qu'une partie du bois est brûlé et se consume lentement sur le flanc des collines.

Le calme du lieu est perturbé par le bruit de la pelleteuse qui s'escrime à dégager la piste. Elle est manoeuvrée par un chinois.

 

chantier-engin-mayombe

Engin déblayant la route

 

Puis c'est le feu vert pour le départ, la voie est libre ! Chacun remonte dans son véhicule. A notre passage, le chinois fait signe à Manu qu'il a soif... Il nous fait comprendre que c'est lui qui a travaillé et il n'a pas eu d'eau. Manu attrape une bouteille à l'arrière et la donne au conducteur d'engin. Il est soumis lui aussi à la même dureté des conditions de travail...

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

commentaires

Julia Makossombo 07/08/2013 10:15


Vous avez vu des cadres chinois ou bien du personnel d'encadrement ? Parce que ce n'est pas pareil. J'imagine que les prisonniers chinois qu'on fait venir en Afrique ont du métier, donc peuvent
servir à l'encadrement. Tandis que la population congolaise, pourtant qualifiée, n'est pas employée ou alors avec des salaires de misère et sans aucune couverture sociale.


 

Fabrice 07/08/2013 19:14



Désolé, mais je ne peux pas répondre précisément à cette question, sinon que la très large majorité des ouvriers étaient Congolais. Le chantier a été confié à une entreprise chinoise, qui avait
mis en place au Congo un encadrement Chinois (ingénieur, métreur, conducteur d'engins...), en petit nombre.



Julia Makossombo 06/08/2013 14:32


Selon les informations que j'ai, les chinnois qui travaillent sur les chantiers chinnois sont encore plus mal traités que les ouvriers congolais. Ce sont des prisonniers qui en échange de leur
liberté acceptent de travailler sans être payés et habitent des logements précaires. A la fin des chantiers ils sont abandonnés sur place la plupart du temps. C'est le cas dans d'autres pays
africains également à ce qu'il parait.

Fabrice 06/08/2013 22:34



C'est fort probable que l'ouvrier de base Chinois ne soit pas mieux traité. Mais sur les chantiers de la Nationale 1, j'ai vu surtout des cadres Chinois. Les ouvriers, c'étaient les Congolais. Le
camp "chinois" était bien aménagé avec des jardins cultivés (vous l'avez sans doute vu sur le blog). 


L'abandon relève pour moi de la rumeur. Les Chinois sont assez nationalistes et n'abandonnent pas comme cela leurs ressortissants. Ils ont même pour consigne de la part de leurs entreprises de ne
pas se mélanger avec la populaiton locale. Je les vois mal rester en Afrique !



Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories