Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 15:20
Notre objectif est de passer la rivière Noumbi avant la nuit. Il est impératif d'aborder dans de bonnes conditions cette étape délicate.
La seconde île visitée est proche de l'embarcadère. Nous sommes ainsi vite arrivés au point de départ. Nous remontons rapidement vers le camp de base. C'est le moment de finir la négociation tarifaire avec Antoine... Suivant les conseils de Manu, je ne propose "que" 30 000 FCFA, en expliquant que je dois garder de l'argent pour le trajet retour. Antoine accepte sans broncher.
Les salutations de départ sont plus chaleureuses que celles d'arrivée. Antoine nous invite à revenir découvrir le reste du site. Ce serait volontiers, mais c'est quand même pas la porte à côté et à la saison des pluies, il faut forcément coucher sur place. Qui sait... il ne faut jamais dire jamais !
Comme au revoir, nous apercevons un beau calao au plumage noir. Contrairement aux autres calaos, il ne porte pas de "casque" sur la tête. Il s'agit sans doute d'un jeune calao longibande (car sans casque), l'adulte arborant quant à lui un tout petit casque.

calao.longibande

Calao longibande (source : www.oiseaux.net)

C'est parti ! Nous reprenons la route, qui cette fois-ci est un peu moins inconnue... Les rives de la lagune s'éloignent et nous retrouvons la piste, toujours aussi raide.

Dans un petit village, une hardie petite fille hèle Manu à notre passage. Manu me dit qu'elle veut qu'on l'emmène. Il hésite et, écoutant son bon coeur, s'arrête. La fillette monte prestement à l'arrière du véhicule. Elle n'a visiblement pas froid aux yeux de partir ainsi avec des inconnus. 
Je lui demande son prénom et sa destination. Elle s'appelle
Grace. Je lui donne 10-12 ans. Les cheveux tressés, habillée d'un robe bleue sale, elle nous dit vouloir se rendre chez sa grand-mère. Nous la déposons ainsi quelques kilomètres plus loin. Elle descend aussi vite qu'elle est montée, visiblement heureuse de son aventure... et de l'heure de marche que nous lui avons épargnée !

Plus loin, au milieu de nulle part, nous dépassons un homme seul cheminant sur le bord de la piste. Il nous fait signe. Manu hésite encore, grimaçant, et puis finalement s'arrête. Il se prénomme
Abraham et est colporteur. Il vend des vêtements de village en village. Il trimbale avec lui un sac rempli de vêtements multicolores. Voilà un bon demi-siècle que ce métier a disparu en France... Il nous raconte venir du Gabon et souhaite se rendre en RDC ! Quel périple de faire tout ce trajet à pied. Abraham souhaite passer la nuit dans un village et est très content de nous avoir trouvé sur sa route. Dormir dans la savane n'aurait pas été très sympathique.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories