Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 11:30

Partant de Moubotsi, nous reprenons la petite piste à la terre ocre et les 7 km cahoteux nous paraissent moins longs qu'à l'aller.

Puis, c'est de nouveau la piste rouge bordée de hautes herbes, la Nationale 1 ancienne mouture. Après une trentaine de kilomètres en direction de Brazzaville, nous arrivons à un croisement où ne figure aucune indication. Manu hésite sur le trajet à emprunter... Il prend à droite puis fait demi-tour. Nous sommes près de Loudima et en regardant la carte je lui indique deux alternatives : Nkayi ou Sibiti.

En dépit de mon scepticisme, Manu part à gauche. Nous arrivons rapidement à un pont enjambant un large cours d'eau. Je dis à mon chauffeur que si c'est la rivière Loudima, c'est la bonne route, mais si c'est le fleuve Niari, c'est la mauvaise ! Comme d'habitude aucun panneau indiquant le nom du cours d'eau...

 

niari-fleuve-pont-cours

Vue sur le Niari prise du pont

 

Un arrêt s'impose devant la majesté du paysage. Je descends de notre véhicule pour prendre quelques clichés. Une masse d'eau impressionnante s'avance lentement entre des rives verdoyantes. La surface lisse de l'eau aux teintes brunes semble paisible. Le ciel nuageux qui s'y reflète donne l'impression d'un immense glacis chocolaté sur lequel on pourrait patiner.

 

niari-fleuve-arbre-berge

Berges du Niari et un flamboyant à fleurs jaunes

 

Au loin, sur la berge droite des enfants se baignent. Sur la rive gauche, une femme lave du linge. Une pirogue est amarrée près de palissades en bambou. L'endroit est défriché et cultivé, on y trouve des palmiers et des bananiers.

Je remarque un bel arbre aux fleurs d'un jaune vif formant un splendide bouquet géant. Il pourrait s'agir d'un flamboyant à fleurs jaunes (Peltophorum pterocarpum). Des gousses brunes cohabitent avec les fleurs.

A y regarder de plus près, le cours d'eau n'est pas si calme, les rides et tourbillons qui ornent sa surface révèlent la puissance du courant.

 

niari-fleuve-pont-courant

Fleuve Niari près de Loudima

 

Après cette courte halte, c'est reparti. L'un de nos objectifs, en dehors de découvrir la région, et de trouver la route la plus facile pour rejoindre les chutes de la Bouenza. La principale voie d'accès est en effet impraticable suite à l'effondrement du pont situé près de Bouansa, le 24 avril 2012. Ce pont permettait de rejoindre Mouyondzi. Suite à un accident de la circulation impliquant un camion, l'ouvrage d'art vétuste (car non entretenu depuis sa construction en 1965...) a sombré dans les flots. Bilan officiel : 4 morts et 11 blessés. Encore une catastrophe qui endeuille le Congo, sans comparaison toutefois avec la terrible série d'explosions de mars 2012 à Brazzaville (cf Evénement tragique : explosions à Brazzaville le 4 mars 2012 ).

 

sibiti-piste-arbre-jaune

Route de Sibiti    

 

La route que nous empruntons est une bonne piste recouverte d'une couche stabilisée. Elle est par endroit bordée d'arbustes parsemés de fleurs jaunes (encore des flamboyants ?) ou dans des zones plus humides, de bambous géants.

Nous subissons un contrôle routier vers Pika-Songho. On nous demande où nous allons... Manu annonce la destination de Nkayi. Et le policier de nous confirmer ce que je craignais : "Vous êtes sur la route de Sibiti !". Mais pour une fois, nous n'avons pas à glisser un billet pour éviter les embrouilles...

 

sibiti-piste-bambous

Route de Sibiti bordée de bambous

 

Bon tant pis, nous n'allons pas faire demi-tour ! La piste est en bon état, poursuivons jusqu'à Sibiti, nous verrons bien. Je ne sais pas du tout ce qu'il y a à voir dans cette ville.


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Bouenza
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 10:00

Après notre étape "historique" près de la stèle, nous faisons demi-tour, reprenant notre marche sur les graviers et traverses de la voie ferrée. Je demande aux enfants pourquoi ils ne sont pas à l'école. Manu me répond qu'aujourd'hui il y a une grève nationale. Les professeurs sont mal payés et réclament une augmentation... ou tout simplement le paiement de leur salaire.

 

moubotsi-ecole-primaire

Ecole primaire de Moubotsi

 

Les enfants me montrent au passage leur école. Il s'agit de modestes maisons en brique recouvertes de tôle. Le cadre très verdoyant est bucolique, mais il doit faire bien chaud dans les classes. 

 

Au niveau de l'aiguillage, je remarque que nombre de boulons sont absents. Avec l'usure, ils ont dû sauter des traverses au fil du temps... Je n'y connais pas grand chose dans le domaine ferroviaire, mais l'aiguillage lors du passage d'un train est une zone de forte tension pour les rails. C'est donc dangereux... Faute de boulons en nombre suffisant, le rail peut être arraché et donc finalement à l'origine d'un déraillement. Le Congo en a connu de tragiques ces dernières années (cf Post-Scriptum (5ème mission) : accident de train CFCO ).

Manu et Christ parlent de "dérive" pour désigner l'aiguillage.

 

moubotsi-gare-rails-acier

Rail en acier de Lorraine (Longwy)    

 

Les traverses en acier sont visiblement d'origine. Je remarque au passage que l'on voit encore dessus le nom des acieries, par exemple celle de Longwy, à l'époque fleuron de la sidérurgie française avec ses 4 hauts-fourneaux (tous fermés au milieu des années 1980). Des traverses sont plus classiquement en bois sur la voie de gauche.

 

Avant d'arriver à la petite gare de Favre, un homme vient vers nous pour nous saluer. Il s'agit du chef du village qui déplore que nous ne nous soyons pas présentés à lui. Je m'excuse, c'est vrai que nous avons zappé cette tradition. L'homme est sympathique. Je lui dis qu'il semble bien jeune pour être le chef du village ! Il a dans les 45 ans. Il est un peu surpris de ma remarque et m'assure que c'est bien lui.

Manu m'explique que les chefs n'ont plus 60-70 ans et sont désormais "instruits". Par conséquent, plus dépendants d'un secrétaire qui n'écrivait pas toujours de manière fidèle les comptes-rendus dictés, et que le chef illétré n'était pas capable de relire.


moubotsi-gare-favre-cfco

Gare de Favre-Moubotsi

 

Je fais une dernière photo de la gare sous un autre angle. Dommage que le ciel soit si gris. On voit les deux petits pavillons latéraux, l'un d'eux a été "rattaché" à la gare par un muret (pour former une courette privative). Comme souvent, quelques chèvres divaguent sur la voie ferrée.


moubotsi-gare-chèvres

Chèvres errantes

 

Le chef, qui s'appelle Mathieu, nous accompagne jusqu'à notre véhicule. Je donne quelques images et un stylo aux trois garçons qui nous ont accompagné jusqu'à la stèle. Cela attire bien sûr d'autres candidats... J'invite une petite fille plus timide à venir chercher elle aussi une image. Deux garçons plus âgés (14-15 ans) qui poussent chacun une brouette et traversent les voies semblent étonnés de ma présence. Je leur donne également un stylo en dépit de leur mutisme.


Au moment où nous nous apprêtons à partir, j'offre un beau stylo au chef Mathieu pour le remercier de son accueil. Peu après, un des villageois présent sur le quai de la gare, me demande si nous n'avons pas du whisky !! Je lui montre ma bouteille d'eau... c'est le seul whisky que nous avons. Ce qui est vrai.

Nous voilà repartis...

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Niari
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories