Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 19:00

Un établissement hôtelier a marqué la mémoire des anciens ponténégrins, c'est l'hôtel du Plateau.

Il tire bien entendu son nom du quartier de Pointe-Noire où il est situé, en haut de l'avenue de Gaulle, à droite en montant, environ 800 m avant le "village africain" (de fait, pas très loin de l'évêché). 

 

Pour être exact, il se nommait au tout début "AU plateau" comme on peut le voir sur le cliché ci-dessous. L'entrée est encadrée par les mentions "Bar" et "Hotel", et à gauche on lit "Restaurant".

 

pnr-plateau-hotel-anselmi

"Au Plateau", hôtel restaurant de Pointe-Noire vers 1945 (carte photo - Anonyme)

 

Je n'ai pas trouvé de date précise de construction de l'hôtel. Je suppose vers 1940 (cf http://voyage-congo.over-blog.com/2015/03/pointe-noire-hotel-du-plateau-chantier.html). La construction, assez massive, ne fait pas dans les fioritures. Seules quelques courbes viennent rompre la monotonie des ouvertures rectangulaires du rez-de-chaussée. Les moyens étaient limités à l'époque !

La façade affiche aussi "Etablissements Louis Anselmi". La famille Anselmi possédait déjà une "concession" à Pointe-Noire en 1934. Louis Anselmi dirigeait une entreprise générale de Travaux Publics (Anselmi et Cie, devenue ensuite la SAGETRAN).

Cet hôtel accueillait très souvent les primoarrivants au Congo. Ils y passaient quelques jours ou semaines, le temps de trouver et d'aménager un logement.

La famille Anselmi louait également des "cases" avec jardin, ce qui permettait de profiter de quelques fruits tropicaux, directement sous la main.

 

pointe-noire-plateau-hotel-congo

Colons devant l'hôtel "Au Plateau" vers 1945 (détail carte photo - Anonyme)

 

Au seuil de l'entrée, surmontée d'une marquise en tissu, on identifie une femme blanche (la "patronne" ?). Sur la terrasse, deux hommes sont attablés, chacun de leur côté. A gauche, discrètement, un employé noir pointe le nez à la fenêtre... Un autre individu, tout de blanc vêtu, pose accoudé à la portière de sa belle auto. Quel luxe pour l'époque !

Ce n'est pas en tout cas une photo impromptue. Est-ce la famille Anselmi posant devant sa propriété ?

On remarque aussi que les premiers arbres plantés devant l'hôtel étaient des badamiers, reconnaissables à leur ramure et leur feuillage caractéristiques (cf Pointe-Noire : le badamier ).

 

 

pointe-noire-hotel-plateau

Hôtel du Plateau vers 1955 (carte postale)

 

L'hôtel cette fois DU Plateau, dans les années 1950-60, occupait ce même emplacement. Il faisait toujours office de bar, café et restaurant, selon les inscriptions lisibles à l'entrée.

On note que le bâtiment initial a été largement remanié. Il a gagné une nouvelle aile, à droite de l'entrée. Les ouvertures ont été refaites au rez-de-chaussée (fini les "arrondis" !) et de petits balcons ont vu le jour à l'étage. Le toit en tôles en encorbellement a été remplacé (ou en tout cas masqué) par un muret qui réhausse la façade.

 

La densité de circulation était bien moindre qu'aujourd'hui sur l'avenue de Gaulle. Le piéton (en short, les mains dans les poches) pouvait poser sans craindre l'accident...

 Il parait que dans les années 1950, un grand Noir prénommé "Maoussa" (?) marchait devant l’hôtel avec un énorme crabe tenu en laisse avec une ficelle, en cherchant à le vendre !

 

 

 

pnr-hotel-migitel-plateau

Le Migitel vers 2005 (source : pontonlabelle2.skyrock.com)

 

Aujourd'hui, le Migitel est le successeur de l'hôtel du Plateau. Extérieurement, il n'a presque pas changé par rapport à la seconde version, excepté la couleur de la façade et l'apparition de la climatisation.

J'avais photographié en 2012 la façade de cet hôtel, implanté à l'angle de l'avenue de Gaulle et de l'avenue Barthélémy Boganda (qui mène entre autre à une boite de nuit et à un établissement "concurrent", le Guest House).

 

pointe-noire-hotel-migitel

Hôtel Migitel, avenue de Gaulle (2012 © FabMoustic)

 

La façade du Migitel a été repeinte en vert pistache assez récemment. La dénomination vient des prénoms des propriétaires du moment, MI comme Micheline, GI comme Gilbert (décédé depuis) et TEL comme... hôTEL !

La densité de construction a bien augmenté aux alentours, depuis le premier cliché des années 1940, sans parler de la circulation automobile.

 

Mais la ville a gardé le souvenir de la famille Anselmi, patronyme d'origine italienne, en donnant le nom "Stade Franco Anselmi" en 1953 à l'équipement tout proche de l'hôtel du Plateau, stade construit en 1939 pour l'ASP (Association Sportive Ponténégrine).

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 22:50

Le pouvoir est représenté au sein du village par un chef. Il en était ainsi dans les villages entourant Loango, dépassant  rarement vers 1900 la centaine d'individus (par exemple Diosso ne comportait alors qu'une quarantaine de cases).

En fonction de leur importance, un nombre de femmes et une cour plus ou moins nombreuse les accompagnaient.

 

loango-chef-village-cour

Un chef du Loango et sa cour vers 1910 (carte postale © R.P. Patron)

 

Les chefs de village pour se donner de l'importance revêtaient souvent des attributs vestimentaires occidentaux. Ainsi un chapeau ou un casque, une veste ou un manteau permettaient de se différencier du commun des villageois.

Le commerce de tissu, de vaisselle et de bibelots avec les européens existaient déjà depuis plusieurs siècles sur les côtes congolaises, notamment en lien avec l'esclavage (cf Loango : lieu de mémoire de l'esclavage  ;  Expédition à Diosso : le musée Mâ Loango ).

 

 

loango-vieux-chef-congo

Vieux chef (Piller Praia) aux environs de Loango (vers 1900 © NYPL) 

 

Ainsi, ce vieux chef des environs de Loango porte un bicorne et une veste qui semblent tout droit sortis de l'époque napoléonienne ! Il revêt en dessous un pagne plus traditionnel, aux motifs fleuris. Nommé sur ce cliché "Piller Praia" (du nom du village, Piter Praya, sans doute d'origine portugaise, Praia signifiant "plage"), il s'était opposé dans les années 1880 à la colonisation française. Considéré comme "turbulent" par les premiers administrateurs coloniaux, il rentrera dans le rang lorsque l'occupation "armée" de la région du Kouilou se fit plus marquée.

 

 

loango-fetiches-croquemitaine

Masques, fétiches de la région de Loango (carte postale vers 1910 © Marichelle)

 

L'autre source de pouvoir est bien sûr le spirituel, par les tenants des traditions et de la communication avec les esprits et les dieux. Les féticheurs N'Ganda jouaient les intercesseurs avec ce monde invisible, mais très présent.

 

loango-feticheur Bavili

Féticheur Bavili - Loango (carte postale)

 

Une croyance forte, relatée par les premiers explorateurs, était que les maladies et la mort ne sont pas d'origine naturelle. Il faut alors chercher une autre raison, un sort jeté, un esprit malveillant. Pour lutter contre cela, il fallait donc faire appel au féticheur. 


loango-fetiches-dieux-congo

Dieux du pays congolais "fétiches" (carte postale vers 1910 © Marichelle)


Comme vecteur, les féticheurs utilisent diverses statuettes dont les célèbres "fétiches à clous", statue protectrice de type "nkisi nkondi". Le chien notamment est un important médium spirituel (cf Fétiche N'kisi : chien bicéphale ). Contrairement à l'image colportée, le clou enfoncé ne sert pas à nuire à quelqu'un, il est la trace de la résolution du problème.

 

Ci-dessous, on voit un féticheur qui tient dans sa main une statuette, d'autres sont disposées à ses pieds (elles me rappellent de petits "fétiches" trouvés à Pointe-Noire, cf Fétiche Kongo à corde). A ses côtés, deux hommes jouent du tambour.

 

Par diverses manœuvres et remèdes, ils peuvent jouer les guérisseurs, les "médecins". L'administrateur des colonies Albert Veistroffer (proche de Dolisie, de Chavannes et de Savorgnan de Brazza dans les années 1880), relate dans ses mémoires comment il a été contraint de faire appel à un féticheur de la région de Loango en 1884.


loango-feticheur-congo-audema

Féticheur Loango - Congo français (carte postale vers 1900 © Audema)

 

Blessé par balles au genou, suite à un différend avec un chef de village de l'intérieur des terres, ayant fui (à pied bien sûr) la zone de conflit, épuisé, il est alors pris en charge par un vieux féticheur. 

"Parmi des objets plus ou moins hétéroclites réunis dans un sac, il choisit trois ou quatre callebasses de tailles différentes et trouées à leurs deux extrémités ; il m'expliqua qu'en appliquant une des ouvertures sur la blessure et en aspirant l'air par l'autre, les corps étrangers en étaient extraits [...]. Je lui fis seulement laver d'abord ses instruments à l'eau chaude ; j'avais grande hâte de le voir commencer, car je souffrais... j'avais compté sans les démonstrations préalables indipensables pour se rendre favorables les fétiches...[...] Après avoir touché des idoles de bois et des amulettes et leur avoir parlé, il se mit en devoir de m'opérer [...] il se mit à mâcher une noix de kola [...] puis après avoir consciemment mâché sa noix, il en souffla les débris autour de lui ; il voulait même en envoyer sur mes plaies, afin, disait-il d'en chasser les esprits ; je parvins, non sans peine, à l'en dissuader...".


 

loango médecin-fiote-vili

Médecin fiote à Loango vers 1900 (carte postale © P.A.)

 

Trois fois, il renouvela ses incantations ; enfin, sortant du milieu enchanté, il vint à moi, prit l'une des callebasses et la plaçant sur une blessure, il commença d'aspirer fortement ; il fit de même sur l'autre ; et après une heure de patients efforts, je vis avec une surprise mêlée de joie réelle, que chaque fois qu'il soulevait le fruit vide, s'échappaient des caillots de sang, des débris d'étoffe, et, finalement, deux morceaux de plomb qui, rapprochés, reconstituaient une balle coupée en deux ; cette extraction ne m'avait occasionné aucune souffrance !".


L'étal de remèdes de ce "médecin" fiote de Loango (ci-dessus) me rappelle celui vu au marché de Dolisie en 2012 (cf  Dolisie : faux-départ... ). 

 

 

loango-femmes-fiote-congo

Femmes fiotes aux environs de Loango (carte postale © P.A.)

 

Cette représentation du pouvoir exclusivement masculine semble laisser peu de place aux femmes... Mais si elles ne sont pas mises au premier plan, elles jouaient un rôle important dans les familles, influant sur les décisions prises par les hommes, et jouant un rôle essentiel dans l'éducation des enfants et la transmission des coutumes (selon la tradition matrilinéaire des Vili). L'homme prend soin de sa soeur et de sa progéniture. La transmission d'héritage s'effectuant d'oncle à neveu.

 

Vous avez noté que les noms donnés par les occidentaux aux habitants de la région de Loango sont divers : Vili, Bavili (ethnonyme faisant référence à la langue parlée), Fiote ou Bafiote (du mot "fiote", désignant la couleur noire ou l'homme Noir, puis par extension la langue véhiculaire Kikongo des régions côtières) ou tout simplement... des Loangos.

 

 

Source : Vingt ans dans la brousse africaine - Albert Veistroffer - Ed. Mercure de Flandre - 1931

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories