Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 22:50

Le pouvoir est représenté au sein du village par un chef. Il en était ainsi dans les villages entourant Loango, dépassant  rarement vers 1900 la centaine d'individus (par exemple Diosso ne comportait alors qu'une quarantaine de cases).

En fonction de leur importance, un nombre de femmes et une cour plus ou moins nombreuse les accompagnaient.

 

loango-chef-village-cour

Un chef du Loango et sa cour vers 1910 (carte postale © R.P. Patron)

 

Les chefs de village pour se donner de l'importance revêtaient souvent des attributs vestimentaires occidentaux. Ainsi un chapeau ou un casque, une veste ou un manteau permettaient de se différencier du commun des villageois.

Le commerce de tissu, de vaisselle et de bibelots avec les européens existaient déjà depuis plusieurs siècles sur les côtes congolaises, notamment en lien avec l'esclavage (cf Loango : lieu de mémoire de l'esclavage  ;  Expédition à Diosso : le musée Mâ Loango ).

 

 

loango-vieux-chef-congo

Vieux chef (Piller Praia) aux environs de Loango (vers 1900 © NYPL) 

 

Ainsi, ce vieux chef des environs de Loango porte un bicorne et une veste qui semblent tout droit sortis de l'époque napoléonienne ! Il revêt en dessous un pagne plus traditionnel, aux motifs fleuris. Nommé sur ce cliché "Piller Praia" (du nom du village, Piter Praya, sans doute d'origine portugaise, Praia signifiant "plage"), il s'était opposé dans les années 1880 à la colonisation française. Considéré comme "turbulent" par les premiers administrateurs coloniaux, il rentrera dans le rang lorsque l'occupation "armée" de la région du Kouilou se fit plus marquée.

 

 

loango-fetiches-croquemitaine

Masques, fétiches de la région de Loango (carte postale vers 1910 © Marichelle)

 

L'autre source de pouvoir est bien sûr le spirituel, par les tenants des traditions et de la communication avec les esprits et les dieux. Les féticheurs N'Ganda jouaient les intercesseurs avec ce monde invisible, mais très présent.

 

loango-feticheur Bavili

Féticheur Bavili - Loango (carte postale)

 

Une croyance forte, relatée par les premiers explorateurs, était que les maladies et la mort ne sont pas d'origine naturelle. Il faut alors chercher une autre raison, un sort jeté, un esprit malveillant. Pour lutter contre cela, il fallait donc faire appel au féticheur. 


loango-fetiches-dieux-congo

Dieux du pays congolais "fétiches" (carte postale vers 1910 © Marichelle)


Comme vecteur, les féticheurs utilisent diverses statuettes dont les célèbres "fétiches à clous", statue protectrice de type "nkisi nkondi". Le chien notamment est un important médium spirituel (cf Fétiche N'kisi : chien bicéphale ). Contrairement à l'image colportée, le clou enfoncé ne sert pas à nuire à quelqu'un, il est la trace de la résolution du problème.

 

Ci-dessous, on voit un féticheur qui tient dans sa main une statuette, d'autres sont disposées à ses pieds (elles me rappellent de petits "fétiches" trouvés à Pointe-Noire, cf Fétiche Kongo à corde). A ses côtés, deux hommes jouent du tambour.

 

Par diverses manœuvres et remèdes, ils peuvent jouer les guérisseurs, les "médecins". L'administrateur des colonies Albert Veistroffer (proche de Dolisie, de Chavannes et de Savorgnan de Brazza dans les années 1880), relate dans ses mémoires comment il a été contraint de faire appel à un féticheur de la région de Loango en 1884.


loango-feticheur-congo-audema

Féticheur Loango - Congo français (carte postale vers 1900 © Audema)

 

Blessé par balles au genou, suite à un différend avec un chef de village de l'intérieur des terres, ayant fui (à pied bien sûr) la zone de conflit, épuisé, il est alors pris en charge par un vieux féticheur. 

"Parmi des objets plus ou moins hétéroclites réunis dans un sac, il choisit trois ou quatre callebasses de tailles différentes et trouées à leurs deux extrémités ; il m'expliqua qu'en appliquant une des ouvertures sur la blessure et en aspirant l'air par l'autre, les corps étrangers en étaient extraits [...]. Je lui fis seulement laver d'abord ses instruments à l'eau chaude ; j'avais grande hâte de le voir commencer, car je souffrais... j'avais compté sans les démonstrations préalables indipensables pour se rendre favorables les fétiches...[...] Après avoir touché des idoles de bois et des amulettes et leur avoir parlé, il se mit en devoir de m'opérer [...] il se mit à mâcher une noix de kola [...] puis après avoir consciemment mâché sa noix, il en souffla les débris autour de lui ; il voulait même en envoyer sur mes plaies, afin, disait-il d'en chasser les esprits ; je parvins, non sans peine, à l'en dissuader...".


 

loango médecin-fiote-vili

Médecin fiote à Loango vers 1900 (carte postale © P.A.)

 

Trois fois, il renouvela ses incantations ; enfin, sortant du milieu enchanté, il vint à moi, prit l'une des callebasses et la plaçant sur une blessure, il commença d'aspirer fortement ; il fit de même sur l'autre ; et après une heure de patients efforts, je vis avec une surprise mêlée de joie réelle, que chaque fois qu'il soulevait le fruit vide, s'échappaient des caillots de sang, des débris d'étoffe, et, finalement, deux morceaux de plomb qui, rapprochés, reconstituaient une balle coupée en deux ; cette extraction ne m'avait occasionné aucune souffrance !".


L'étal de remèdes de ce "médecin" fiote de Loango (ci-dessus) me rappelle celui vu au marché de Dolisie en 2012 (cf  Dolisie : faux-départ... ). 

 

 

loango-femmes-fiote-congo

Femmes fiotes aux environs de Loango (carte postale © P.A.)

 

Cette représentation du pouvoir exclusivement masculine semble laisser peu de place aux femmes... Mais si elles ne sont pas mises au premier plan, elles jouaient un rôle important dans les familles, influant sur les décisions prises par les hommes, et jouant un rôle essentiel dans l'éducation des enfants et la transmission des coutumes (selon la tradition matrilinéaire des Vili). L'homme prend soin de sa soeur et de sa progéniture. La transmission d'héritage s'effectuant d'oncle à neveu.

 

Vous avez noté que les noms donnés par les occidentaux aux habitants de la région de Loango sont divers : Vili, Bavili (ethnonyme faisant référence à la langue parlée), Fiote ou Bafiote (du mot "fiote", désignant la couleur noire ou l'homme Noir, puis par extension la langue véhiculaire Kikongo des régions côtières) ou tout simplement... des Loangos.

 

 

Source : Vingt ans dans la brousse africaine - Albert Veistroffer - Ed. Mercure de Flandre - 1931

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 19:00

En dehors de la pratique des cultures familiales, les habitants de la région de Loango furent recrutés pour travailler dans les plantations.

Notamment pour celles de la CPKN. Il était alors nécessaire de remonter le fleuve Kouilou pour que les ouvriers puissent atteindre les différents sites (N'filou, Magne, Kakamoéka...).

 

loango kouilou-plantation-equipe

Equipe d'une plantation embarquant sur le fleuve Kouilou (vers 1900 © Marichelle)

 

Mais les activités des habitants de Loango ne se limitaient pas à la pêche et à l'agriculture, et aux pratiques artisanales s'y rattachant.

 

loango village-congo

Village congolais des environs de Loango vers 1900 (carte postale © R.P. Patron)

 

Les "Loangos" furent progressivement reconnus à travers le Congo et les pays voisins de l'AEF comme de bons porteurs. L'âge d'or du transport de marchandises par les "caravanes" fût entre 1885 et 1910.

Ce ne fût pas toujours le cas ! L'administrateur Albert Veistroffer écrivait ainsi en 1884 : "Les gens de Loango ne vont jamais au delà de leurs plaines, limitées vers l'Est, c'est à dire vers l'intérieur, à environ 50 kilomètres de la mer, par une grande forêt, qu'ils disent impossible à traverser, et d'où un Fiot (surnom qu'ils se donnent), ne reviendrait pas s'il avait la hardiesse de s'y engager". 

Ce n'était donc pas gagné d'avance, les croyances ancestrales ayant la vie dure. Albert Dolisie eut bien du mal à constituer les premières caravanes de porteurs, d'autant plus que les "maisons portugaises" hostiles à l'implantation de la France, soudoyaient les porteurs potentiels afin qu'ils refusent cette tâche.

 

loangos-porteurs-ogooué

Equipe de porteurs Loango dans l'Ogooué (carte postale © SHO)

 

Il fallait alors parcourir des centaines de kilomètres à pied, lestés de dizaines de kilos de marchandises et bien souvent procéder en même temps au transport en tipoye des commanditaires.

Il fallait emprunter des routes poussiéreuses, traverser les marigots, les forêts humides et les plateaux arides, affronter les "chiques" qui rongaient les orteils et les divers parasites.     

Sans compter les animaux sauvages, alors nombreux, qui pouvaient parfois attaquer les hommes.

Le cliché ci-dessus montre une équipe de 14 porteurs, dont le "chef" est sans doute celui qui porte le chapeau. Ils sont dans l'Ogooué, à des centaines de kilomètres de Loango.

 

loango-caravane-porteurs-rail    

Caravane de porteurs à Loango vers 1910 (carte postale - Ed. Mission Catholique)

 

Ce travail était exténuant et l'alcool consommé en grande quantité par les porteurs permettait de s'anesthésier un peu...

Comme le souligne la carte ci-dessus, c'est le "rail" qui mit progressivement fin à l'activité des porteurs, d'abord celui du Congo belge (1898), puis bien sûr celui du Congo français, le Chemin de Fer Congo-Océan (1934).

 

loango-sculpteurs-ivoire-congo

Sculpteurs d'ivoire à Loango vers 1910 (carte postale © Courboin)

 

Les Loangos étaient aussi réputés pour le travail de l'ivoire, dans le contexte d'un commerce florissant de cette matière, au début de la colonisation du Congo.

De nombreux clichés montrent les tonnes d'ivoire partant de Brazzaville et de Loango... Mais cet artisanat existait avant l'arrivée en grand nombre des Européens.

 

loango-ivoiriers-sculpture

Résultat du travail des ivoiriers de Loango (carte postale vers 1910 © Marichelle)

 

Les défenses d'éléphant elles-mêmes étaient sculptées, ou bien on fabriquait des colliers, des statuettes et de petits objets en ivoire.

La sculpture pratiquée au Congo était parfois considérée comme grossière par les occidentaux. Mais elle connut un regain d'intérêt quand l'Art Nègre fût à la mode et le cubisme en vogue.


loango-tailleurs-congo-1910

Tailleurs à Loango vers 1910 (carte postale © Courboin)    

 

Un autre activité artisanale pratiquée par les Loangos était la confection de vêtements. Les tailleurs, équipés des machines à coudre à manivelle, puis à pédale comme la célèbre Singer, pratiquaient leur savoir-faire au Congo et dans les pays voisins.

 

loango-boys-brazzaville

Boys Loango à Brazzaville vers 1905 (carte postale © Vialle)

 

Un autre emploi majeur des Loangos était celui de "boy". Il était impensable qu'un colon ne dispose pas d'un ou plusieurs boys à son service.

Si l'on en croit le cliché ci-dessus, ces boys Loango exerçant à Brazzaville s'habillaient élégamment à l'européenne. Celui assis au centre arbore une cravate et fume la pipe, porte une canne, ce qui n'est nullement justifié par son âge. Ils portent tous les trois des souliers vernis et... une coiffure avec la raie sur le côté !

Ces dandys du début du 20ème siècle sont sans doute les précurseurs des sapeurs congolais !!

 

 

Source : Vingt ans dans la brousse africaine - Albert Veistroffer - Ed. Mercure de Flandre - 1931

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories