Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 21:45

Une autre acquisition est un masque de forme allongée, parait-il d'origine Pendé, ethnie de RDC. Elle est réputée pour ses masques figurant la maladie, avec des visages tordus (mbangu). J'ai pu le voir sur un masque passeport (cf  Art traditionnel : masques "passeport" (2)).


Le petit masque est tricolore, sur fond de bois sombre, une moitié du visage est blanche, l'autre rouge. Les arcades sourcilières sont marquées et se rejoignent pour former le nez. 

On note deux petits yeux ronds, deux trous pour les narines et une bouche ouverte. Cela confère au visage une expression de surprise, d'étonnement.

 

 

masque pende congo

 Masque Pende (bois, pigments, 25 cm)

 

 

Je ne connais pas la portée symbolique du masque. Il m'évoque un célèbre tableau, le cri d'Edvard Munch.

 

 

 

Un autre masque est circulaire, de couleur ocre et blanc. Il doit s'agir d'un masque Téké (reproduction ?), ethnie du centre du pays, habitant les plateaux Batékés.

Les yeux occupent une grande place, un nez fin divise le visage, deux cases ornées d'une croix ornent les joues, près d'une petite bouche oblongue. Le pourtour du masque est barré de motifs géométriques. D'après le vendeur, il s'agirait d'une sorte de miroir, un masque divinatoire. Le chef qui le possédait pouvait savoir en le regardant qui lui voulait du mal, quelles étaient les menaces pour le village.

 

 

masque teke congo

 Masque Téké (bois, pigments, 24 cm)

 

 

Il est différent des masques Téké de type Kidumu, éponyme de la danse pratiquée à de multiples occasions (mariages, enterrements, jugements, célébration de la nature ou des ancêtres). Il s'agit de redistribuer les forces vitales entre les ancêtres, la nature (animaux, plantes, minéraux) et l’âme de l’individu, afin de contribuer à l’équilibre du monde. Un masque de ce type existe en "passeport" de petit format (cf Art traditionnel : masques "passeport" (2)).


 

Le masque de danse complet est orné de plumes et/ou de fibres végétales. D'où la présence de trous tout autour du masque. Le porteur est ainsi entièrement couvert quand il enfile le masque.


 

 

masque-teke-raphia


 Masque Téké entouré de raphia (Gabon)


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 21:15

L'une des caravanes célèbre qui traversa le Congo en 1896 est celle de la "mission Marchand". La mission alla bien au delà de cette contrée pour atteindre Fachoda en 1898 (dans le sud Soudan), source de conflit territorial avec les britanniques. L'expédition dura en tout presque trois ans (juillet 1896-mai 1899) !

 


porteur-mission-marchand

 Porteur Loango

 

 

La mission appelée aussi "Congo-Nil" marqua l'époque, dans un contexte de nationalisme exacerbé, en dépit de l'échec face aux Anglais pour la conquête de ce site stratégique sur le Nil. La Conférence de Berlin, 15 ans plus tôt, n'avait pas réglé tous les conflits et les pays européens se "partagent" encore l'Afrique.

 

L'un des membres de l'expédition, le Capitaine Albert Baratier, raconta plus tard ses souvenirs. Les illustrations de son ouvrage montrent les porteurs Loango convoyant des caisses. La similitude est forte avec la statuette.


 

porteur-vili-congo

 

 

Les illustrations cachent cependant pudiquement l'anatomie des porteurs (par un tissu ou un flou artistique), ce qui n'est pas le cas de la statuette.

 


Le Capitaine Baratier, après quelques considérations aux relents racistes (faible intelligence, alcoolisme, race dégénérée, très peureuse), dresse un portrait un peu plus flatteur (quoi que...) des porteurs :

 

" Le Loango est remarquable en un seul point, mais sur ce point il éclipse tous les autres noirs, il est un porteur merveilleux, c'est grâce à lui que la colonie du Congo a pu exister et se maintenir jusqu'à ces dernières années. Les Loangos sont nés porteurs, ils sont certainement venus au monde avec une charge sur la tête. A voir ces hommes dont la plupart sont d'apparence malingre, on croirait que ces corps amaigris, au torse efflanqué, aux côtes saillantes, aux muscles atrophiés, aux jambes décharnées, aux pieds dévorés par les chiques, doivent être incapables du moindre effort. Et pourtant, dès qu'ils ont 30 kilos sur la tête, quelques-uns 60, — ceux-ci sont payés double — ils partent légèrement de leur pas glissant, et par étapes, en vingt jours en moyenne, ils vont jusqu'à Brazzaville, à 500 kilomètres de la côte."


 

mission congo marchand

Illustration des porteurs de "La mission Marchand au milieu de la forêt vierge" (© Selva/ Leemage)


Il faut préciser que ce sont les Européens qui ont introduit l'alcool "industriel" (tafia ou alcool de Hambourg) en grande quantité à Loango. C'est un moyen de paiement des porteurs ! Des marchandises diverses (tissus, vêtements, couteaux, glaces, faïences...) et plus rarement de l'argent, complètent le salaire.

 


 

 

porteurs-loango-moutete

 "Le Loango dépose sa moutête"

 

 

Un mode de transport traditionnel utilisé dans les caravanes est le "moutête", sorte de long panier savamment tressé. Il est constitué de feuilles de palmier à huile. La charge est amarrée dans le panier, qui sert aussi à transporter les effets personnels du porteur (par exemple un pot de terre ou de fer pour faire la cuisine).

 

 

 

Sources : "Au Congo , souvenirs de la mission Marchand de Loango à Brazzaville" publié en 1914 par Albert Ernest Augustin Baratier, Modern-bibliothèque, A. Fayard (Paris).

"La route du Tchad. Du Loango au Chari" de Dybowski Jean- 1893 -Firmin-Didot (Paris)

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories