Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 10:00

Après les bouchons, c'est l'arrivée à l'aérogare. A la descente du bus, on me propose un chariot. Je réponds, "Pas la peine, je l'ai dans le dos !", en montrant mon sac à dos. Mes interlocuteurs font un "Ohhh..." de déception.

 

Puis c'est la litanie des contrôles aéroportuaires... Un policier me dit "Ce n'est pas le bon billet". Il confond avec le vol pour le Gabon qui décolle peu avant celui pour Paris.

Au contrôle des bagages à main (rayons X), on ne s'intéresse pas vraiment au contenu de ceux-ci. J'ai en effet vu le manège, le voyageur précédent a sorti au moins 10 000 FCFA. On tente aussi de m'estorquer un peu d'argent. Pour le principe, on me dit "Vous avez des antiquités" mais on ne regarde même pas l'autorisation que je présente. Il y a un homme et deux femmes. On me dit "Vous avez des CFA à nous donner ?". Je réponds que non. Ma réponse ne plaît pas... On me rétorque alors "La discussion est terminée, ne revenez jamais au Congo !". Sympa ces mots chaleureux pour accompagner mon départ !

 

Le décollage se fait à l'heure. Progrès depuis la dernière fois (cf Jour de départ : envol retardé... à épisodes ), on a sonorisé le hall, on entend désormais des annonces ! Je croise Jacky qui prend le même vol que moi.

 

retour-isere

Retour en Isère

 

L'arrivée en France se fait sans encombre. Le vol est à l'heure. Changement de climat toujours un peu brutal, il fait 4°C à Roissy. A Grenoble, un petit vent peu avenant balaye la place de la gare. Il fait 9°C. L'automne prend ses marques. Les nuages sont bas et masquent le massif de la Chartreuse. Je retrouve mon chez moi pour un repos bien mérité !

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Découverte du Congo
commenter cet article
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 14:00

A la sortie du Derrick, je retrouve mon chauffeur Ghislain. Il a évité une bagarre entre Arsène et un vendeur à la sauvette. Le pauvre manchot semble être alcoolisé. Misère...

Petit détour par le village des artisans où je retrouve la boutique d'Hubert. J'achète un petit éléphant en padouk pour faire un cadeau. Parmi les antiquités entassées, je remarque un superbe coffre sculpté, surmonté d'un couple Téké, m'explique t-on. Du bel ouvrage !


Profitant des dernières heures et d'un peu de soleil, une balade sur la plage de la côte sauvage s'impose. Nous croisons, garé là bas, un autre chauffeur, Christian, qui nous accompagne dans notre déambulation. Il est sympa et assez bavard. Il déplore les excès du discours sécuritaire des grandes entreprises, attitude qui contribue à séparer les expatriés des congolais. Il n'a pas complètement tort. Il stigmatise aussi les conflits montés en épingle entre le Congo et leurs voisins de la RDC. Peu de différence en fait entre les deux peuples situés de part et d'autre du puissant et majestueux fleuve Congo.

 

Après les formalités et les au revoir au DSIT, retour au CMS. Dernières tâches, distribution de stylos et adieux... Je fais une photo souvenir des ambulanciers avec mon chauffeur.

 

CMS-germain-christian

Christian, Germain et Ghislain

 

Tout le monde me demande quand je reviens... Je n'en sais rien. C'est le départ de la clinique et le retour à l'hôtel, où je salue mon ami Patrice. Je reçois un appel de Manu qui me souhaite un bon voyage.

La navette pour l'aéroport est en avance ! Roland me rembourse in extremis le reliquat pour l'appareil photo que je lui avais apporté de France. Il reste quand même des gens honnêtes.

La navette, comme d'habitude, effectue des détours inutiles, fruit des embrouilles sur la localisation des voyageurs à prendre en charge. Je reçois un appel de Jean-Baptiste (cf Côte Matève : recherche sans adresse...). Il est surpris et content d'avoir eu sa photo. Trop tard pour se voir...

La circulation est dense en ce vendredi soir. Le chauffeur force un peu le passage au niveau de la voie ferrée, il apostrophe un scooter "T'es pas chez toi" ! Equivalent local de "Tu n'as pas acheté la route". Un policier rythme le trafic de ses coups de sifflet. Il ne règle rien du tout, mais on a l'impression qu'il accompagne ainsi le ballet de véhicules.


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories