Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 12:30

Après le détour par la clinique Océan, nous traversons l'avenue de Gaulle pour rejoindre le "quartier d'en face". On y trouve de nombreuses constructions de l'époque coloniale qui avaient retenues mon attention. Un petit tour à pied permet de mieux les découvrir.

 

pnr-case-cfco3

Maison CFCO

 

Ce quartier a en effet conservé des maisons construites au début des années 1930 pour loger les employés du CFCO, on parle alors de "cases CFCO". Les ateliers de la société du chemin de fer étaient tout proches, au "kilomètre 4" (cf Dans le quartier du KM4 ). 

 

pnr-quartier-cfco

Quartier du Damier

 

Ici la densité de construction est faible car les maisons sont encore entourées d'un petit jardin. La régularité du plan de ce quartier, situé à droite de l'avenue de Gaulle en montant, entre l'évêché et le rond-point Kasaï (appelé à l'origine "place du Monument aux Morts"), lui a valu le surnom de "quartier du damier".

 

construction cases CFCO

Vue aérienne du quartier en construction (vers 1935)

 

Toutes les maisons se ressemblent, les toits aux pans coupés sont recouverts de tuiles et les façades sont en général peintes en jaune.

 

pnr-case-cfco2

Maison CFCO rénovée

 

Il s'agissait à l'époque de leur construction (période 1925-1935) d'un grand luxe par rapport aux cases rustiques et autres "paillotes" qui ont abrité les premiers colons (cf  Loango : ville coloniale disparue ;  Pointe-Noire coloniale : travaux d'adduction d'eau (suite) ).

 

point-noire-batiments-admin-plateau

Nouveaux bâtiments de l'Administration, Pointe-Noire vers 1930 (carte postale © BR)


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 12:00

Mon départ étant proche, je vais le mercredi soir chez Patrice. Nous partons très en retard de l'hôtel car les comptes sont interminables... Arrivant chez lui vers 21h30, les enfants sont à moitié endormis. Les plus petits vont se coucher et je discute avec Patrice et les plus grands, Chris et le "petit" Chris. Il doit en avoir marre de la confusion avec son frère, et désormais il se fait appeler par son deuxième prénom qui est... Saint Euge. Je ne connais pas ce Saint et je ne trouve pas cela très chouette ! Le "grand" Chris me donne des références au cas où je pourrai lui trouver un livre de comptabilité qui l'aiderait dans ses études.

Nous sollicitons Manu pour boire un verre avec nous, mais il est tard et il est trop fatigué pour venir aussi loin de Songolo. Pour une fois, il reconnaît avoir des courbatures.

Ghislain étant pressé de rentrer à la base avant 22 heures, je rentre à l'hôtel en taxi.

Le lendemain, Chance ne se rappelle plus m'avoir vu et demande quel cadeau je lui ai amené ! Eh bien non, je n'apporte pas un cadeau à chaque fois que je viens.

 

Il pleut pas mal pendant la nuit. Le lendemain matin, je retrouve avec délice à la radio, la rubrique les "expressions convenables à employer". Aujourd'hui, c'est "passer à la trappe" ! Le chroniqueur explique que progressivement l'expression a évolué du sens propre (le piège du chasseur constitué d'une "trappe" de branchages au dessus d'un trou) au sens figuré (envoyer quelque chose à la trappe, comme le conformisme par exemple).

 

A la pause de midi, je vais faire un tour vers le quartier du Plateau. Le ciel est très gris et nuageux et cela ne donne pas envie de faire un tour sur la plage. Je me souviens par ailleurs que l'une de mes lectrices, ancienne ponténégrine, m'avait demandé un cliché particulier de Pointe-Noire.

Ghislain me conduit vers un grand bâtiment blanc, surmonté d'une étrange toiture, qui domine les environs. C'est la Clinique Océan.

 

pnr-clinique-ocean

 

La clinique est aujourd'hui tenue par des militaires congolais (depuis la nationalisation de 1980). On annonce en façade, une activité de kinésithérapie "rééducation fonctionnelle et réadaptation".


Après la Deuxième Guerre Mondiale, la clinique était dirigée par des militaires français, notamment par le Médecin Commandant Jean Coupigny (1912-1981). Ce dernier avait participé entre 1940 et 1945 à de nombreuses campagnes en Afrique (Tchad, Gabon, Tunisie...) puis en Europe (campagne d'Italie, débarquement de Provence en août 1944 et Libération de la France).

 

Jean Coupigny était proche de son aîné, le Médecin Général Adolphe Sicé (1885-1957) qui fût un fervent acteur du ralliement de l'Afrique Equatoriale Française à la France Libre du Général de Gaulle, donc du Congo et ce dès 1940. Le principal Hôpital de Pointe-Noire porte ainsi son nom.

 

 

pnr-quartier-ocean

 

En face de la clinique, on trouve d'autres bâtiments peints en blanc. Je ne sais pas si cela évoquera des souvenirs...

 

Sources : http://www.ordredelaliberation.fr/

Jean Coupigny est devenu Sénateur du Moyen-Congo, il a préfacé le livre de Michel Romano, pionnier du CFCO et chercheur d'or dans le Mayombe.

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories