Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 12:00

En allant au petit-déjeuner, j'assiste à un dialogue animé à l'accueil de l'hôtel... C'est une véritable engueulade entre un réceptionniste et une femme de ménage. L'altercation en langue locale ne me permet pas de comprendre la teneur précise du conflit, mais les quelques mots échangés en français indiquent qu'il s'agit d'une "promesses non tenue".

 

En ce dimanche ensoleillé, il est prévu que je déjeune chez Manu. Je lui passe un coup de fil pour confirmer le rendez-vous. Il m'envoie un de ses collègues pour 12h30.

Gauthier passe me voir pour savoir si je suis bien rentré hier soir. Il me raconte que Lokua a pleuré après mon départ. Est-ce vrai ou bien est-ce pour m'attendrir ? Gauthier envisage d'aller en famille cet après-midi à la frontière du Cabinda. Sans doute joindra t-il l'utile à l'agréable en ramenant quelques antiquités de cette zone d'échanges.

 

Bien entendu, le chauffeur d'Allo Taxi arrive en retard vers 13h. Il fait beau et en ce dimanche la circulation est fluide. Je remarque sur le trajet que l'on a massacré le superbe ficus (sans doute centenaire) qui trônait sur le rond-point du 31 juillet. Il ne reste plus que la souche ! Un gigantesque panneau publicitaire enlaidit désormais le giratoire...

Nous prenons l'avenue Opangault, le goudron cède ensuite la place à une piste où chacun essaie de trouver le passage le moins mauvais. Fort heureusement, la météo est avec nous et les redoutables trous d'eau sont absents.

 

Je demande à mon chauffeur de s'arrêter après le Pont de Songolo. C'est un goulot d'étranglement pour la circulation, car il est à une seule voie ! Qui a la priorité ?? Allez savoir, mais cela occasionne de nombreux conflits entre conducteurs et des blocages sans fin.

Le pont est de plus vétuste et une partie de la rambarde en béton est complètement défoncée. Certains craignent son effondrement. Au delà des victimes potentielles, étant donné qu'un pipe line passe sous son tablier, l'écroulement du pont pourrait être fort dommageable pour l'environnement et les habitants du quartier.

 

pont-songolo-rambarde

Rambarde défoncée du Pont de Songolo

 

Je croise une jeune femme inconnue qui me dit gentiment bonjour, sans doute surprise par ce reporter dominical. En contre-bas, deux petits garçons observent la rivière Songolo. Sans doute devrait-on d'ailleurs parler de fleuve côtier puisque le cours d'eau se jette à quelques centaines de mètres dans la baie de Pointe-Noire (océan Atlantique).

Le lit de la Songolo est presque entièrement recouvert de nénuphars et les berges ornées de palmiers, bambous et autres papyrus. C'est propre, contrairement à d'autres endroits similaires à la "cité". L'ensemble forme un beau paysage.

 

riviere-songolo

Rivière Songolo envahie de nénuphars

 

En fait, je remarque que les deux gamins regardent deux bovins parqués au bord du cours d'eau. De couleur noire, la bête à cornes a tout l'air d'un taureau camarguais ! Comment est-il arrivé là ? Aucune ressemblance en tout cas avec les vaches locales croisées près de Diosso (cf Sur la route de Loango ).

 

bovin-songolo 

Taureau camarguais (?) au bord de Songolo

 

Parallèlement à l'ancien pont, côté océan, un nouvel ouvrage d'art est en cours de construction. Un impressionnant coffrage, entièrement en bois, maintient des blocs de béton armé.

 

construction-pont-songolo 

Nouveau pont de Songolo en construction (octobre 2010) 

 

Espérons que le nouveau pont élargi sera rapidement mis en service et soulagera les habitants du quartier, et de Pointe-Noire en général. Il restera à goudronner les voies d'accès, mais ceci est une autre histoire.

 

 

Pour plus de détails sur l'ouvrage très attendu, lisez l'article de "congo-dechaine.info" : cf link


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 20:00

A peine arrivé à l'hôtel, je tombe sur le vendeur Basile qui attend toujours. Comme il n'est pas agressif et a fait preuve d'une grand patience, je prends quand même un peu de temps pour voir ses "antiquités". Un singulier bracelet en pierre, finement sculpté, avec des têtes de jumeaux, retient mon intérêt. Basile me dit que c'est d'origine Tchokwé d'Angola (cf Sculpture : bracelet en pierre ).

Pendant que je discute sur le parking, je croise le garde Landry qui achève son service. Il me réclame sa photo ! Je l'avais en effet immortalisé en duo lors de mon dernier séjour (cf Samedi : "tour du propriétaire"). Je lui donne son cliché, il a de la chance, je l'ai sur moi. Landry me confirme que son collègue ne travaille plus à la SCAB.


Une jeune femme, perchée sur des talons hauts, s'approche de nous et semble intéressée par l'achat de trois petits masques. Elle demande à Basile de passer la voir après avoir terminé la négociation avec moi. Elle m'explique qu'elle est en charge de l'animation musicale, ce soir, à la paillote de l'hôtel. Je suis donc convié au spectacle. Pourquoi pas ? Je quitte Basile et refuse de voir deux autres vendeurs casse-pieds.

 

Après un peu de repos, je décide donc de dîner sous la paillote. Un petit orchestre (un batteur, un guitariste, un synthé) a pris place sur une estrade, au bout de la piscine. Le public est assez restreint. J'en profite aussi pour remettre au serveur Gaston quelques photos (cf Veille de départ : photos souvenirs et... papaye ). Il est très content.

 

L'animation musicale est de style variétés-pop-rumba passant de Patricia Kaas à James Brown et de Michel Sardou à Tracy Chapman, sans oublier l'inévitable chanson de l'Indépendance, "Félicité". La voix est agréable, juste et assez puissante. Des voisins de tablée reprennent en coeur les "Champs Elysées" de Joe Dassin, mais l'interprétation de l'orchestre manque de peps, faute de de trompettiste.

La chanteuse laisse le micro a un homologue masculin et passe de table en table, puis au bar pour tenter de vendre son album. J'accepte d'acheter un exemplaire (5 000 FCFA). La jeune femme me dit que le vendeur d'antiquités n'est pas venu la voir. Sans doute Basile a t-il cru que sa proposition d'achat n'était pas sérieuse et que c'était uniquement un prétexte pour m'aborder...

 

lady-christelle-dvd

      Pochette du DVD de Lady Christelle


La chanteuse est dénommée "Lady Christelle" (en référence au pseudo de la célèbre "Lady Gaga" ?) et possède son propre répertoire. Mais il est sans doute difficile de l'imposer et il faut bien manger, en réalisant des animations avec les chansons des autres ! J'ai cru qu'il s'agissait d'un CD, mais c'est un DVD trois titres, avec des clips réalisés avec les moyens du bord. C'est cependant plutôt bien fait. Par contre, la position de l'interprète sur la pochette est un peu étrange...


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories