Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 11:00

Je traverse la voie ferrée, en partie enfumée. Une odeur de plastique brûlé me prend à la gorge. Des tas d'ordures amassés le long des voies se consument. Des oiseaux qui se nourrissent des détritus volent alentour. Charmant spectacle en plein centre-ville...

 

ordures-voie-ferree

Voie ferrée enfumée... 

 

Je tourne à gauche au bout de la rue, en direction de la gare. J'emprunte les bas-côtés sableux. Le soleil cogne. Dès que l'on quitte le rivage, il fait tout de suite plus chaud.

Devant la Préfecture règne une certaine agitation. Juste en face, un train est prêt à prendre le départ. L'avant de la locomotive a été décoré d'un drapeau congolais.

 

locomotive-cfco

Locomotive au départ de Pointe-Noire

 

Mon objectif est de rendre visite à la "boutique colorée", chez Moussa. Il est bien fidèle au poste ! Cette fois-ci, il me reconnaît. Je lui demande pourquoi le train est orné d'un drapeau, ce n'est pas habituel. Il me répond qu'un client lui a parlé d'une inauguration pratiquée par le Préfet, à Dolisie peut-être, mais il n'est pas très sûr de la destination. Moussa me dit que je suis toujours un bon observateur ! Le train préfectoral va en tout cas traverser l'infect nuage de fumées...

Je n'ai de projet d'achat, mais je donne à Moussa la photo de son frère Alaye (cf Vie quotidienne : journée moins barbante (suite) ) prise en novembre dernier. Moussa rit devant le large sourire de son frangin.

 

Sur le trajet retour, je croise un second mariage, au même endroit. Cette fois, le marié est habillé d'un costume jaune canari. Mais c'est un beau volatile, à l'embonpoint assuré. La mariée arbore une longue traîne.

Je rejoins la plage. Peu après, un homme m'aborde et me demande de quoi s'acheter de l'eau. Il dit s'appeler Franck M'bala. Comme il est poli et pas agressif, je lui donne 200 FCFA. Il repart satisfait.

 

Arrivé face l'hôtel, je m'assois sur le sable. Je profite de l'air marin. Mais un Blanc sur la plage ne passe pas longtemps inaperçu... Une jeune femme m'aborde à son tour. Elle ne tourne pas longtemps autour du pot. Elle souhaite épouser un étranger pour quitter le Congo. Léa se dit célibataire, infirmière, mais sans emploi. Elle n'a pas le look d'une "accompagnatrice". En préalable, elle me demande si je n'ai rien contre les Noires.

Je lui répond que ce n'est pas le problème. Mais je ne souhaite pas non plus donner de faux espoirs à mon interlocutrice. Je n'ai pas l'intention de l'épouser. Elle n'insiste pas.

Quelle misère dans ce pays où on s'offre au premier venu dans l'espoir de quitter sa triste condition.


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 10:00

La météo étant de la partie en ce samedi matin, je décide de faire une balade. Je longe la plage de la Côte Sauvage où quelques congolais profitent aussi du soleil.

 

plage-côte-sauvage

 

Je discute avec deux photographes de plage. Le fait d'avoir un appareil autour du cou crée rapidement des liens.

L'un d'eux m'aide à photographier un superbe crabe. D'ordinaire, on ne voit que quelques petits crabes couleur sable. Mais là, c'est un gros crabe rouge et bleu qui zigzague sur le rivage. Est-ce un crabe violoniste de la mangrove égaré sur la côte ?

 

crabe-rouge-bleu

Crabe rouge et bleu

 

En tout cas, son impressionnante pince, d'un bleu plus pâle, nous menace. Le photographe avance sa chaussure et le crustacé y plante sa pince !

 

Je laisse l'animal et poursuit ma balade. Je bifurque au niveau du terrain de foot où quelques jeunes s'amusent au ballon.

Un mariage passe par là. Les mariés se font photographier devant les belles résidences. L'homme est un militaire, portant casquette blanche et fourragères. La femme porte une robe blanche sobre. Quelques chanteuses de "folklore" font l'animation. 

J'échange quelques mots avec les cuisiniers du Club Pétrolier sortis voir le "spectacle". Ils me disent qu'il s'agirait du mariage d'un lieutenant-colonel de marine.

A côté, des odeurs méphitiques remontent des égouts. Pas sympa, à proximité des restaurants !

Je poursuis ensuite en direction de la voie ferrée. Un petit vendeur ambulant de fruits et de cacahuètes d'une dizaine d'années m'interpelle. Installé sur le trottoir, il m'invite à lui acheter quelque chose.

Pour lui faire plaisir, j'achète un petit sachet de cacahuètes grillées. C'est 100 FCFA (15 centimes d'euro). Je ne vais pas être ruiné !

 

paquet-cacahuètes

Sachet de cacahuètes

 

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories