Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 18:00
Pour ceux que cela intéresse, je donne les références du petit livre de Gervais Loëmbé (et Georges Dilliseger) qui rassemble des récits traditionnels du Congo sous le titre de "Contes Africains de Loango" (publié dans la collection Le Petit Victor pour Les Editions Demeter).

Contes Loango

A la manière des Fables de la Fontaine, les contes impliquent pour la plupart des animaux et font l'objet d'une morale. Il s'agit de : 
- Le perroquet et la perruche
- La grenouille et la vache
- Le vieux lion et la gazelle
- La perdrix et le python (ou la couvée en danger)
- Le riche égoïste et le pauvre

Gervais Loëmbé a été le lauréat du Prix de la promotion de la langue maternelle institué par l'Unesco.
Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 17:00
Nous retrouvons la plage du Mazra Club. Nous nous asseyons sur des tabourets devant une baraque en bois, pour sécher et pour boire une bière. Manu m'apprends que la boisson est comprise dans le prix d'entrée. Mais j'ai bien du mal à reconstituer mon billet d'entrée... complètement détrempé, il est en miettes ! Mon badge professionnel est également délavé. Heureusement, c'est bientôt la fin de la mission. La bière n'est pas très fraîche mais est la bienvenue après cette promenade de plusieurs kilomètres sous le soleil.

Un groupe de jeunes arrive pour se baigner et demande à la jeune femme qui tient la buvette de mettre leurs affaires dans la bicoque. Manu salue deux jumeaux de sa connaissance.
L'une des jeunes demande une boisson à la tenancière, sans aucune formule de politesse. Nous lui faisons remarquer son attitude peu respectueuse. Il nous dit être malien et prétend ne pas parler très bien le français... Devant l'excuse un peu fumeuse, je lui demande s'il s'exprime mieux en bambara ? Il esquive ma question et il s'avère finalement qu'il maîtrise assez correctement la langue de Molière. Il me raconte que son frère vit en France et qu'il envoie un peu d'argent à sa famille restée en Afrique. Mon interlocuteur me demande d'ailleurs si je peux lui trouver des papiers pour venir en France. Je lui réponds que cela n'est pas dans mes cordes !

P-soleil-mazra 
Plagiste longiligne sur fond de coucher de soleil

Le jour tombant, la plage se vide peu à peu. J'immortalise l'instant par un cliché où devant le soleil couchant figure un des plagistes malien. Sans qu'il prenne le moins du monde la pose, je trouve ma photo très réussie.
Je n'ai pas séché complètement. Le taux d'humidité de l'air étant toujours assez élevé, cela prend beaucoup de temps. Manu téléphone à un chauffeur. Le temps qu'il arrive, nous remontons à pied chez lui.
Le groupe de jeunes quitte aussi la plage et les garçons enfourchent ensuite leurs mobylettes garées près du pont d'entrée. Ils me saluent en partant.
Arrivés à "l'espace Manu", nous récupérons deux chaises sous le hangar contiguë à la boutique, où trois ou quatre hommes discutent dans la pénombre. Nous prenons place dehors, près du chemin. Un barbecue est en route. Un chien se prélasse. Manu m'offre une bière, pas fraîche, panne d'électricité oblige... Quelques chauves-souris commencent à virevolter dans le ciel. Elles font partie de la faune de la mangrove toute proche. Elles sont de taille moyenne, sans rapport avec les impressionnantes roussettes (cf En route vers Mengo ).
Quelques autotochnes remontant de la plage sont visiblement un peu surpris de voir un moundele assis ici. C'est marrant, ils y regardent à deux fois !
Je sors de mon sac à dos, quelques cadeaux amenés pour Manu. Des vêtements pour ses enfants et un livre de contes de la région de Loango (cf Contes de Loango ), en souvenir de l'une de nos expéditions précédentes (cf Loango : lieu de mémoire de l'esclavage ).
Les jambes me démangent un peu (je comprendrai ensuite pourquoi...) et des moustiques passent à l'attaque. Mais je n'ai plus longtemps à souffrir car Manu fait du radioguidage pour amener mon chauffeur jusqu'à chez lui. Je remercie mon hôte de l'agréable après-midi passé ensemble (en dépit du couac de départ) et prend la direction de l'hôtel.
Le chauffeur s'appelle Joël et s'avère très sympa. Il tente d'éviter les trous d'eau de la route principale d'accès à Songolo, en prenant une rue parallèle. Elle n'est pas beaucoup mieux... Il me demande s'il peut prendre son frère au passage. Pas de problème ! Nous passons devant la BI et filons par la côte mondaine jusqu'au Palm Beach.
Je suis toujours trempé (jusqu'au slip !) quand je demande ma clé à l'accueil. La douche est ensuite obligatoire.
Après le repas, je salue Patrice. Le pauvre doit enchaîner trois nuits de suite. Pour ma part, je ne tarde pas à me coucher, après cette longue balade côtière.

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Nature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories