Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 19:00

A l'hôtel, je retrouve Gauthier. Je récupère l'autorisation de sortie d'objets d'art et paye mon dû. Il me livre un "tableau Tintin" à mon nom. Je lui dis que je suis assez pressé et je refuse la voiture en bois de Tintin qu'il me propose. Elle est sympa, mais ma valise n'est pas extensible à l'infini. Gauthier veut m'inviter dimanche après-midi à boire un verre dans un petit resto à la cité. Pourquoi pas ?

Mais ce soir, Honoré me conduit chez Patrice. Je le guide à la nuit tombée jusqu'à sa maison. Honoré est surpris. Il pensait me conduire chez un "collègue Blanc" de la clinique...
Je retrouve Patrice, sa femme et les six enfants. J'invite Honoré à m'accompagner mais dans un premier temps, il refuse.
Tout le monde est content de me retrouver. Après les salutations, c'est à mon tour de leur faire découvrir un fruit venu de France (cf Vous avez-dit papaye ? ). J'ai amené un sac de noix, fruits de la récolte de mon père. Patrice, avec sa gentillesse habituelle, va chercher Honoré dans son véhicule. Il accepte cette fois de nous rejoindre. Nous sommes dans la pénombre car les deux néons de la pièce principale ont rendu l'âme. Pas d'éclairage de secours. Seule une ampoule faiblarde permet de se voir.
Après un premier essai, tout le monde adore les noix et les enfants tentent à tour de rôle d'utiliser le casse-noix. Les plus petits échouent à casser la coque. Il n'y a que Prefna et Honoré qui n'aiment pas les noix. Honoré veut à peine goûter... j'insiste un peu, on dirait qu'il a peur d'être empoisonné !
Pourtant, la noix, comme fruit sec huileux, est somme toute pas très éloignée des arachides consommées au Congo.

P Patrice noix 

Découverte des noix


Je continue de déballer mon sac. J'ai apporté également des Nougats de Montélimar. Cette fois-ci Prefna et Honoré succombent à la friandise du sud de la France. Mes amis congolais ne connaissaient pas le mot "nougat". Je dis en plaisantant que si on en mange trop, on risque d'être constipé. En tout cas, d'avoir mal au ventre !


P enfants livres

Les quatre garçons plongés dans les livres


Je continue mon déballage. C'est un peu Noël avec un mois d'avance ! Pour les trois plus jeunes garçons, j'ai amené deux livres sur les animaux et un sur la Terre, avec un DVD. Chris s'empresse de le mettre. Tout le monde plonge dans les bouquins illustrés. Allan vient me demander des précisions sur un dessin.
Pendant ce temps, Honoré reste accroché à son téléphone portable.
J'offre aussi quelques vêtements d'occasion donnés par mes frères et soeurs, et par ma cousine Jocelyne. Allan veut tout garder pour lui !
Mais la plus heureuse, c'est sans doute Chance. Elle a droit comme les garçons à quelques vêtements.

P chance poupée

Chance et sa poupée


Mais ma nièce Clara lui a aussi donné une petite poupée. Après un moment d'émotion, elle sourit aux côtés de ses parents.
En partant, je m'excuse auprès des deux plus grands enfants, de ne pas avoir de cadeaux pour eux. Mais ils ont profité des découvertes gustatives.
Il est temps de rentrer à l'hôtel et... de libérer mon pauvre chauffeur qui fait des heures supplémentaires !



Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Découverte du Congo
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 14:30

Avec Honoré et Franck, nous effectuons un petit détour dans le quartier Saint-Pierre. Ayant quitté les voies principales, la chaussée devient boueuse et défoncée. Nous traversons un petit pont surplombant un ruisseau. Au milieu de l'habitat hétéroclite de la "cité", le ruisseau sert en fait de véritable dépôt d'ordures...

Nous arrivons au niveau d'un petit sanctuaire et d'un lieu géré par "Caritas" (ONG de l'Eglise Catholique). J'avais entendu parlé d'une "cathédrale" mais je ne vois point d'église. Elle doit être bien discrète cette cathédrale !
 
P sanctuaire-st-Pierre

Le sanctuaire est dédié à la Vierge Marie et me rappelle un peu celui de la mission catholique de Loango (cf Loango : la mission catholique ). La statue, nichée sur un pseudo rocher, est protégée par une grille. Au pied, quelques bougies à demi-fondues rappellent les voeux de ceux qui viennent prier.
D'ailleurs, je croise une femme qui marmonne quelques mots en se signant. A droite du sanctuaire marial, on trouve une autre statue de la vierge abritée dans un petit bâtiment vitré.

Autour la grande esplanade, on trouve des locaux qui semblent accueillir des classes d'école. Devant l'un d'entre-eux un beau flamboyant égaye ce jour plein de grisaille. Les branches chargées de fleurs rouges vermillon tombent sur le toit.

P-flamboyant-st-pierre

Au fond de la cour, je remarque un arbre gigantesque à la frondaison pyramidale. Je demande à mes amis congolais de quel essence il s'agit. Malheureusement, aucun ne sait !



P-grand-arbre


Ce n'est pas un baobab, qui a un port de branches et un tronc bien différents (cf Sur la route de Loango ), ni apparemment un fromager, ni bien sûr un manguier. Mystère.

 

L'arbre est certainement plusieurs fois centenaires. On le voit en arrière plan du charmant portrait de ces jeunes filles posant à la mission Saint Pierre vers 1960.

 

pointe-noire-mission-saint-pierre

Jeunes filles, mission St Pierre de Pointe-Noire vers 1960 (carte postale © Mission Catholique)

 

La pluie reprend. Nous décidons de ramener Franck chez lui, nous ne sommes pas très loin et cela évitera de payer un taxi. Direction Tié-Tié


Nous sortons du quartier Saint Pierre, Honoré prend au passage un collègue chauffeur, prénommé Jean XXIII (eh oui, cela existe d'être baptisé comme un pape !). Nous prenons ensuite l'une des sept avenues, puis la longue avenue de l'Indépendance. Nous laissons Franck au bout d'une petite rue non goudronnée, près d'un restaurant parait-il réputé, dont j'ai oublié le nom.
Sur le chemin du retour, à Tié-Tié, Honoré s'arrête devant une petite boutique pour prendre quelqu'un. Surprise, il s'agit de Jocksane, une infirmière de la clinique ! Elle m'interroge sur mon périple ponténégrin. Elle me dit que le marché de "Fond Tié-Tié" est encore plus terrible que celui du marché couvert.
Nous filons donc tous les quatre vers le CMS et nous arrivons pile à l'heure, en dépit de la pluie.
Devant la clinique, je remarque que le garde Roland lit un Express vieux de plus de deux ans. Il faudra que je pense à lui donner une lecture plus récente... A l'intérieur, un nouveau médecin est arrivé (Christian).

Après le boulot, je rentre avec Honoré. Il me fait part d'un adage local. Le marché de "fond Tié-Tié" est plus petit que celui de Pointe-Noire et ne permet donc pas d'accueillir tous les marchands. Il se tient le lundi et le vendredi. Ces jours là, les marchands qui n'ont pas pu trouver place dans le marché, feraient en sorte qu'ils pleuvent, pour gâcher le commerce de leurs concurrents ! Les lundi et vendredi seraient donc pluvieux à cause de cela...

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories