Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 12:00

Eric a apporté deux gros sacs et me déballe ses trésors. J'ai un acheteur potentiel pour un fétiche. Mais il me montre aussi d'autres belles pièces, dont certaines que je vois pour la première fois.

Eric me présente d'abord un imposant fétiche à clous Kongo ("Nkisi"). Il est typique : un bras levé menaçant (qui a perdu sa lance), l'autre le long du corps, un miroir ventral et d'autres au niveau des yeux, des clous et des lames recouvrant le corps de la statue. On plante un clou à chaque serment ou vœu présenté par l'intermédiaire du féticheur.

P grand-fetiche-clous

Fétiche à clous Nkisi (environ 50 cm de haut)


Il me présente ensuite deux autres fétiches. L'un est un fétiche Réga qui présente la particularité d'avoir une tête recouverte de poils d'animaux (chèvre ?). Cela symboliserait aussi une barbe.
L'autre est un fétiche reliquaire Mahongwé (ethnie de l'est du Gabon proche des Kota) avec une tête en cuivre ciselé et un corps en bois, avec des lanières de tissu clouées. Ce type d'ornement surmontait les paniers en osier ou les boites en écorce qui renfermaient les ossements des "ancêtres".


P-fetiche-regaP-fetiche-reliquaire 


Fétiche Réga et Fétiche reliquaire Mahongwé


Eric me montre deux statues de maternité Yombé différentes : l'une est une maternité allaitante (portant dans une main un récipient) et l'autre une maternité assise en tailleur, reposant sur un socle renfermant une boite (pour abriter un "remède").


P-maternite-allaitanteP-maternite-boite 

Maternité allaitante et maternité reposant sur une boîte
 
Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 10:00

Malgré le bruit du mariage, j'ai trouvé le sommeil. Mais vers 6h30, on frappe à ma porte ! Je ne réponds pas et reste au lit. Laissez-moi dormir !!
Vers 9 heures, rebelote. J'ouvre cette fois-ci ma porte. C'est Germain, le garde de la SCAB, qui vient chercher ses photos (cf Discussions dominicales )... il ne perd pas de temps, je n'ai donné l'information qu'hier à l'un de ses collègues ! En fait, il vient de débaucher après avoir passé la nuit. Il m'explique ses déboires avec la direction de l'hôtel. Il y a eu en fait un contrôle surprise une nuit vers 2-3 heures du matin, et les gardes étaient endormis sur leur chaise... Germain qui était le responsable en poste s'est embrouillé avec la direction et a été muté dans un autre lieu.
Il est heureux de ses photos (cela lui fera un souvenir du Palm Beach) et rentre se reposer.

Dans le jardin de l'hôtel, une aigrette chasse les grenouilles (à moins qu'il ne s'agisse d'un héron intermédiaire ? En tout cas, ce n'est pas une aigrette garzette !). Les batraciens coassent à coeur joie la nuit tombée, suite à la pluie des derniers jours. 

P aigrette PB

Aigrette à l'affût


Au petit-déjeuner, j'échange quelques mots avec
Red. Il est fatigué car il était également de service hier soir. Il m'explique que son projet est désormais de partir en Afrique du Sud, à Cape Town, pour acquérir une expérience professionnelle. Il a abandonné son idée de stage au Maroc. Mais visiblement, il ne connaît pas du tout le pays où il envisage de mettre les pieds...
Je salue Patrice à l'accueil. Rosine est d'accord pour une soirée resto en fin de semaine et il compte bien me voir chez lui avant. Mais je n'ai pas de voiture...

Un peu plus tard, c'est au tour de
Gauthier de passer me voir. L'entrevue d'hier fut rapide et nous avons plus le temps de discuter. Nous parlons "affaires". Il me donne les 5 colliers commandés (2 en malachite et 3 en hématite). Je l'interroge sur la provenance de la maternité "Yaka". Il me dit l'avoir trouvé près de la frontière du Cabinda. Je lui commande enfin un "tableau Tintin".
Je donne quelques modestes cadeaux à Gauthier : le petit jouet acheté à Roissy pour son fils Enoch (qu'il appelle aussi Lokua), une casquette et un shampooing que je n'utilisais pas. Et aussi deux photos, dont une pour son voisin Serge, où figurent ses enfants (cf
Dernier dimanche... le travail, la Cité ). Gauthier est très content que j'ai pensé à lui et à son fils.
Il est si content qu'il me propose d'aller faire une photo sur la plage. Nous partons donc faire une petite balade et un photographe de plage prend deux clichés (que Gauthier va payer).

photo gauthier01

Sur la plage de la Côte Sauvage


Gauthier me remettra l'un des deux clichés (ci-dessus) quelques jours plus tard. A la fin de la promenade, je retrouve Eric, le vendeur d'antiquités rencontré la veille.

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories