Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 09:00
En ce dimanche matin, RFI annonce que la Cour Constitutionnelle congolaise a rejeté les cinq recours de l'opposition concernant l'élection présidentielle.
Après le petit déjeuner, je fais le tour de l'hôtel et discute avec les gardes de la SCAB qui me reconnaissent. Je salue de loin la souriante femme de ménage qui s'occupait de ma chambre en janvier. J'apprends que Roland a été embauché à l'hôtel à la maintenance (cf épisode précédent Dimanche ponténégrin ). C'est une bonne chose pour lui ! Les gardes se plaignent en effet de la dureté de leur travail : passer des nuits sur une chaise en plastique, horaires difficiles... A cause du coût des loyers, certains habitent loin de Pointe-Noire. L'un deux habite par exemple près du péage de Côte Matève (route de Djéno). Il se lève à 5 heures du matin pour prendre un bus et rentre tard, si bien qu'il voit à peine sa femme et ses enfants.
La discussion tourne ensuite autour de l'élection présidentielle. Mes interlocuteurs sont lucides... Selon eux, les gens ont compris que "tout était joué d'avance" et qu'il n'y avait "pas de discussion possible". Ils stigmatisent l'incompétence de certains dirigeants et le fait que le pays ne vive que des sous-traitants du pétrole. Pour l'un d'eux, encore plus sévère, "sans les blancs, on retourne à l'état sauvage, comme les animaux !".

Plus loin, dans sa guérite d'entrée, Germain aimerait bien que je lui fasse un petit cadeau. Je lui donne deux stylos et je prends "une pose" selon son expression. Il ne quitte pas sa casquette, on lui voit à peine le visage. Visiblement c'est par coquetterie car il trouve qu'il a les cheveux trop longs ! Les hommes du Congo ont bien souvent le crâne rasé.


Germain
 
Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Découverte du Congo
commenter cet article
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 17:00

Je croise ensuite le photographe de plage "Babakila" (Jean-Louis de son prénom), déjà rencontré en janvier. L'infortuné Gildas part vers d'autres occupations ou élucubrations.
Babakila est preneur d'un vieil argentique (même à réparer) ou d'objectifs. Il prend la pose avec le vendeur de biscuits, Francenel (orthographe sous réserve).


Le photographe et le vendeur de biscuits


Il est bavard le photographe. Nous discutons politique, histoire, religion... Il se félicite de la réélection de Sassou pour la stabilité et le développement du pays. Pendant que nous parlons, un groupe de garçons passe et j'entends le mot "
babtou". Je me retourne pour regarder qui parle de moi et signifier que j'ai bien entendu. Un jeune me fait un clin d'oeil et je réponds de même. J'explique au photographe qui n'a pas compris, que "babtou" est le verlan de "toubab", mot employé en Afrique de l'Ouest pour désigner le "Blanc", l'Européen.
Babakila évoque la (re)construction de la route N1 de Pointe-Noire à Brazzaville par les chinois. Il me raconte que dans le massif du Mayombe, dans les marécages une force mystérieuse, une
sirène, charme les gens et les fait se noyer dans une source d'eau. Ainsi les chinois auraient fait une cérémonie afin de s'attirer les bonnes grâces de la "sirène" lors de la construction d'un pont enjambant la source et les marécages.


Minute culturelle
La sirène de l'antiquité grecque était une femme à corps d'oiseau. L'une des plus anciennes représentations figure sur un vase antique (Musée du Louvre) contemporain d'Homère. C'est ce type de sirène qui tenta de charmer Ulysse et ses compagnons.
Ce n'est que bien plus tard (au 16 ème siècle) que la sirène médiévale avec un corps de poisson prit définitivement le dessus sur son alter ego aviaire.


Sirène antique


Les histoires de sirène sont courantes au Congo. Le terme "mami wata" désigne la sirène qui est, comme en occident aujourd'hui, une femme au corps de poisson. Pour certains, le mot est issu de l'anglais "mamy water" (mère des eaux), pour d'autres il est issu de la culture Vaudou. Il évoquerait alors un interdit sexuel consécutif à la rencontre d'une sirène et serait la contraction d'une phrase signifiant "ferme tes jambes" (en langues Ewe et Fon pratiquées au Bénin, Togo et Ghana). Les légendes africaines relatives aux sirènes existaient pour les peuples côtiers semble t-il avant l'arrivée des européens. Mais il est fort probable que les africains furent influencés dans leurs représentations par les sculptures venues d'Europe (notamment par les figures de proue des navires).


Représentation d'une sirène africaine "mami wata"

(Source http://www.masque-africain.com/sculptures.html)



Le terme de "sirène" peut prendre au Congo un sens plus large en désignant un animal qui se "métamorphose", un animal fabuleux. C'était le cas des croyances anciennes concernant les tortues marines, capables de passer de la vie aquatique à la vie terrestre.


Mais l'animal le plus proche du mythe des sirènes que l'on trouve au Congo est bien sûr le lamantin (Trichechus manatus ou sur les côtes africaines l'espèce Trichechus senegalensis, présente du Sénégal à l'Angola).

 

lamantin-dugong-sirène

Les siréniens : le lamantin (manatee) et son cousin le dugong (© Encyclopedia Britannica)


Le gros mammifère herbivore (d'où son surnom de "vache de mer") fréquente les eaux littorales peu profondes, comme les embouchures de fleuve et autres marais côtiers, parfois les lacs. On le trouve ainsi dans la lagune de Conkouati.

Son extrémité caudale rappelle la queue des sirènes, même si c'est son cousin le dugong qui en est le plus proche, la nageoire étant divisée en deux.

C'est enfin son cri, comparable à une lamentation, qui alimente la légende du "chant des sirènes"...


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories