Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 21:58

Après avoir travaillé le samedi matin, j'ai programmé l'après-midi une expédition avec Patrice au sud de Pointe-Noire. Nous avons rendez-vous sur la route de l'aéroport à 14h (après l'hippodrome, devant l'entreprise Boundji). Il m'avait dit, je serai là à l'heure pile. A 14h20, toujours personne. Je me demande si je ne me suis pas trompé de lieu de rendez-vous... Je ne peux pas appeler Patrice sur son portable avec mon téléphone.
Je décide donc de reprendre la voiture, mais j'oublie quelques secondes que je suis au Congo... Juste en redémarrant, j'entends un gros "boum" ! Le bas côté de la route qui était plat, se termine soudain par une forte dénivellation. L'avant de la voiture est tombé dans un trou, si bien que le bas de caisse touche le sol. Impossible de repartir. Me voilà dans la m....

Fort heureusement, après quelques instants trois congolais voyant ma situation m'aide à me sortir de là. Ils soulèvent l'avant de la 206 pendant que je passe la marche arrière et accelère. La voiture sent le chaud mais je sors quand même du trou. Ouf ! La voiture ne parait pas abimée. Je remercie mes sauveteurs et après une petite pause, je repars en direction de l'aéroport pour vérifier que la voiture roule normalement et pour voir si je trouve Patrice. Je fais demi-tour à la bifurcation de Djéno, avant l'aéroport. Je repasse devant le lieu de rendez-vous. Toujours pas de Patrice...
Je décide donc en désespoir de cause de retourner à l'hôtel, pensant m'être trompé de lieu ou bien que Patrice a eu un empêchement. De nouveau, je me tape les bouchons du passage à niveau.

Arrivé à l'hôtel, le réceptionniste m'informe que Patrice a appelé. J'essaie de le joindre à partir du téléphone fixe de ma chambre, mais cela n'est pas possible. Cela commence à me courir sur le haricot !!
J'emprunte donc le téléphone portable du réceptionniste et arrive à joindre Patrice. Il était simplement en retard et m'a vu passer lors de mon trajet retour... Je demande au réceptionniste combien je dois pour l'appel et la femme de ménage (que je n'avais pas vu) répond à la place de son mari "500 FCFA". Sans le savoir j'avais emprunté le téléphone de madame. Je règle mon dû en soulignant à mon interlocutrice que "les bons comptes font les bons amis" !
Je repars donc vers l'aéroport et trouve enfin Patrice et Chris au lieu de rendez-vous. Patrice est en retard car Chris était chez le coiffeur ! Bilan, une bonne heure de perdue.


Nous filons vers Djéno, traversons les faubourgs de la ville, passons le péage de la "Côte Matève" à Mbondji. La ville laisse progressivement la place à la campagne. Après une quinzaine de kilomètres, nous bifurquons à droite vers le terminal pétrolier.

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 21:56

Le mercredi, je projette avec Irma d'aller chez un marchand de tissu afin d'acheter de quoi couvrir le canapé de ma soeur Lolo. Je dois aussi ramener des boubous pour ma collègue Nako. Bref, je vais faire marcher le commerce local !
Le midi après le repas au Derrick, je fais un tour sur la Côte Mondaine. Un groupe d'enfants se baigne. Soudain, un banc de poissons frétille à la surface de l'eau. Certains enfants crient "Au requin, au requin !" tout en rigolant. Ils filent ensuite sur la plage, à moitié nus, vers la barque de pêcheurs qui viennent d'accoster. L'un des enfants me demande "Tu viens te laver ?". Expression assez révélatrice...
Le soir, je dîne dans un restaurant portugais avec les membres de la clinique et leurs épouses. Je mange un "cataplana". Je découvre que l'un des médecins est un ancien Colonel de la Légion Etrangère.

Je suis réveillé dans la nuit par des crampes fort désagréables au niveau des mollets. Sans doute un déséquilibre dû au changement d'apport hydrique. Justement, le jeudi matin, une forte averse tropicale tombe vers 10h. C'est un véritable mur d'eau qui s'abat. La route est rapidement inondée devant la clinique. Je passe une partie de la journée à tenter de régler les problèmes d'interface de résultats de biologie.
Le soir, pour changer, je vais me sustenter à l'Abri-Côtier. J'ai aussi l'espoir de revoir Franck, l'ex serveur du Palm Beach, auquel je souhaite donner une photo. Mais, il n'est pas là. J'apprendrai plus tard, qu'il ne fait plus partie du personnel. Instable le garçon... Un groupe de musiciens anime le resto. Un chanteur interprète "La corrida" de Francis Cabrel avec un délicieux accent congolais, même si les paroles sont parfois un peu approximatives. La chanteuse a une plus belle voix et assure une meilleure prestation.

Le vendredi midi, je me rends avec Irma chez un "Ouestaf" (traduire Ouest Africain) qui tient une petite boutique près de la Poste, pour acheter mon tissu. C'est un empilement de tissus et d'objets colorés, du sol au plafond !






Il faut trouver le bon tissu et surtout la bonne dimension... Finalement, nous optons pour la réunion de deux nappes en batik qui s'accorderont agréablement.
Après d'âpres négociations avec Moussa (Irma a l'habitude, moi pas...), le prix est fixé pour les tissus et le travail de couture. Je verse seulement le prix du tissu en attendant de voir le résultat. Je récupère 12 serviettes (6 de chaque motif), soit la moitié du lot de serviettes compris avec les nappes.
 
Le soir, je retrouve Patrice à la réception. Il accueille le Directeur de Cabinet du Ministre du Commerce, accompagné d'une escorte de 5 personnes... Ce dernier me serre la main.
Le Directeur de Cabinet décide que sa belle voiture ne doit pas aller dans le quartier "pauvre" dans lequel habite son chauffeur. La voiture reste donc sur le parking de l'hôtel et il fait raccompagner le chauffeur chez lui ! Un peu plus tard, deux parachutistes (bérets rouges) viennent garder la paillote sous laquelle Le Directeur de Cabinet dîne avec quelques personnalités.


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories