Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 21:56

Le mercredi, je projette avec Irma d'aller chez un marchand de tissu afin d'acheter de quoi couvrir le canapé de ma soeur Lolo. Je dois aussi ramener des boubous pour ma collègue Nako. Bref, je vais faire marcher le commerce local !
Le midi après le repas au Derrick, je fais un tour sur la Côte Mondaine. Un groupe d'enfants se baigne. Soudain, un banc de poissons frétille à la surface de l'eau. Certains enfants crient "Au requin, au requin !" tout en rigolant. Ils filent ensuite sur la plage, à moitié nus, vers la barque de pêcheurs qui viennent d'accoster. L'un des enfants me demande "Tu viens te laver ?". Expression assez révélatrice...
Le soir, je dîne dans un restaurant portugais avec les membres de la clinique et leurs épouses. Je mange un "cataplana". Je découvre que l'un des médecins est un ancien Colonel de la Légion Etrangère.

Je suis réveillé dans la nuit par des crampes fort désagréables au niveau des mollets. Sans doute un déséquilibre dû au changement d'apport hydrique. Justement, le jeudi matin, une forte averse tropicale tombe vers 10h. C'est un véritable mur d'eau qui s'abat. La route est rapidement inondée devant la clinique. Je passe une partie de la journée à tenter de régler les problèmes d'interface de résultats de biologie.
Le soir, pour changer, je vais me sustenter à l'Abri-Côtier. J'ai aussi l'espoir de revoir Franck, l'ex serveur du Palm Beach, auquel je souhaite donner une photo. Mais, il n'est pas là. J'apprendrai plus tard, qu'il ne fait plus partie du personnel. Instable le garçon... Un groupe de musiciens anime le resto. Un chanteur interprète "La corrida" de Francis Cabrel avec un délicieux accent congolais, même si les paroles sont parfois un peu approximatives. La chanteuse a une plus belle voix et assure une meilleure prestation.

Le vendredi midi, je me rends avec Irma chez un "Ouestaf" (traduire Ouest Africain) qui tient une petite boutique près de la Poste, pour acheter mon tissu. C'est un empilement de tissus et d'objets colorés, du sol au plafond !






Il faut trouver le bon tissu et surtout la bonne dimension... Finalement, nous optons pour la réunion de deux nappes en batik qui s'accorderont agréablement.
Après d'âpres négociations avec Moussa (Irma a l'habitude, moi pas...), le prix est fixé pour les tissus et le travail de couture. Je verse seulement le prix du tissu en attendant de voir le résultat. Je récupère 12 serviettes (6 de chaque motif), soit la moitié du lot de serviettes compris avec les nappes.
 
Le soir, je retrouve Patrice à la réception. Il accueille le Directeur de Cabinet du Ministre du Commerce, accompagné d'une escorte de 5 personnes... Ce dernier me serre la main.
Le Directeur de Cabinet décide que sa belle voiture ne doit pas aller dans le quartier "pauvre" dans lequel habite son chauffeur. La voiture reste donc sur le parking de l'hôtel et il fait raccompagner le chauffeur chez lui ! Un peu plus tard, deux parachutistes (bérets rouges) viennent garder la paillote sous laquelle Le Directeur de Cabinet dîne avec quelques personnalités.


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 21:50
Le dimanche soir, je retrouve Patrice à l'hôtel. A l'aide d'une carte du Congo que j'ai amené, nous effectuons des projets pour le week-end prochain. Nous prévoyons d'aller vers le sud, à Djéno et si possible jusqu'à la frontière du Cabinda. Patrice envisage de m'inviter à dîner samedi soir. Il me dit que Chris attend avec impatience cette nouvelle balade. 

Le lundi, c'est le démarrage de l'utilisation du système informatique à la clinique. Quelques couacs sont à noter (installation des postes, base patients) mais cela se passe plutôt bien.
Vers 19h30, je retrouve comme convenu Gauthier. Les gardes refusent qu'il rentre dans l'hôtel avec sa marchandise... Nous nous installons donc sur l'herbe à droite devant l'hôtel. Gauthier déballe ses trésors ; masques en bois ou en terre cuite, statues en bois ou en bronze. Je remarque de singulières poupées en bronze, à la tête ronde et plate. Gauthier veut à tout prix me vendre un couple de statues assez hautes, longilignes et colorées. Il me dit que c'est un couple de "M'bambi", qui selon lui porte bonheur. Gauthier est incapable de me donner le nom en français ! En insistant un peu, il m'explique que c'est un animal qui vit près des fleuves et qui a des écailles colorées. J'apprendrai plus tard qu'il s'agit d'iguanes. Mais ces statues sont encombrantes quand on prend l'avion et le prix prohibitif...

Superbe M'bambi
(Source de la photo : Pjl11)


Gauthier répète "tu es mon ami" pour m'amadouer. Je reste sur ma position et achète une coupe en bois "Kasaï", agréablement ouvragée, et un anneau en bronze "Vili" qui était remis à la mère de jumeaux. Gauthier m'offre pour me remercier une dent de panthère. Il est contrarié quand je pose la question de l'authenticité de l'objet. La dangerosité de l'animal implique plus de respect pour ceux qui l'ont affronté !

Peu après au restaurant, pour fêter l'investiture d'Obama qui aura lieu le lendemain, les serveurs Martin et Sébastien me payent chacun une bière ! Ils sont très heureux de l'événement. Martin se prend pour Martin Luther King et Sébastien note que demain c'est... la St Sébastien !
Après le repas, je retrouve Patrice qui m'informe d'un changement de planning. Il travaille samedi soir... Le dîner est donc reporté au dimanche soir.

Le mardi, je suis dès 8h à la clinique pour m'adapter aux horaires des consultations. Le soir, je retrouve Martin (vendeur d'antiquités) qui me donne l'autorisation de sortie des oeuvres d'art achetées précédemment. Il en profite pour me présenter un très bel ensemble de statues en bronze du Royaume Kongo. Le Roi est encadré de 2 conseillers et de 2 guerriers. L'éclaireur qu'il montre avec ce groupe ne semble pas de la même facture. Gauthier est également là. J'interroge Martin sur l'origine des objets qu'il vend. Il m'explique qu'il échange les objets contre des couvertures, du riz, du whisky... et parfois contre une pompe à eau. Bref, il fait du troc à la campagne, au Congo, en RDC et en Angola. La misère pousse les villageois à se séparer des témoignages des anciennes croyances. Quelque part, c'est très triste que ce patrimoine quitte sa région d'origine. Mais en même temps, ces objets sont sauvés par le fait que les occidentaux leur accordent une valeur artistique et marchande. Les objets en bois sont les plus fragiles dans le contexte climatique équatorial.
Mais ce soir, je n'achète rien. Gauthier me demande enfin ce qu'il souhaite. Il veut que je l'aide à monter une petite boutique, au bout de l'avenue vers le St Jacques. Je lui "prête" 20 000 FCFA. Il me dit qu'il me remboursera avant mon départ... Je fais semblant d'y croire. En plaisantant, je dis à Gauthier qu'il pourra ensuite embaucher Martin !
Au cours de la discussion, un mendiant handicapé s'est approché de nous. Il n'a plus de jambes et se déplace sur un tricycle bricolé. Une chaîne de vélo branchée au niveau du guidon lui permet de diriger l'engin. Quand je lui suggère qu'il pourrait travailler avec ses bras, il me répond que personne ne veut lui donner du travail. Il déclare que "les Libanais et les Chinois sont méchants". Martin et Gauthier approuvent ses propos.
Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories