Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 12:00

C'est sans regret que je quitte la résidence Charlemagne. Les cafards qui vous courent dessus pendant la nuit et qui se nichent partout, j'ai assez donné !

Nous faisons nos valises et prenons avec Ghislain la direction de l'hôtel réservé la veille, le "Guest House". C'est un petit établissement du centre-ville, pas très loin de l'avenue de Gaulle. Moins plaisant que la Côte Sauvage, mais presque moitié moins cher que le Palm Beach. Pour deux nuits, cela ira très bien.

 

pointe-noire-guest-house-jardin

Petit jardin de l'hôtel Guest House, entre les chambres

 

Après les formalités administratives d'usage, nous déposons nos bagages dans nos modestes chambres (c'est le plus petit prix, les deux seules chambres encore libres). Le cadre est agréable, avec un peu de verdure entre les bâtiments, en rez-de-chaussée uniquement.

Je pars travailler au CMS et Aurélien prend la direction de la BI. Il est également chargé de récupérer ma commande de tresses auprès d'Irma... C'est ma collègue qui va être contente !

 

Aujourd'hui, c'est journée continue, un peu jour de fête pour la Sainte Barbe. Au CMS, on grignote des viennoiseries qu'Elisabeth a offert pour ses 30 ans de service. Elle va être décorée de la Médaille du Travail. Avec une prime à la clé !

 

Après la matinée de travail, nous déjeunons au Club Pétrolier (le Derrick est fermé). Pour respecter la "tradition", nous invitons notre chauffeur Ghislain à déjeuner avec nous.

 

pointe-noire-club-petrolier-ghislain

Déjeuner au Club Pétrolier avec Ghislain

 

Il fait chaud, le soleil tape dur aujourd'hui. Le cadre est agréable et l'air marin venu du rivage tout proche vient un peu nous rafraîchir.

Ghislain n'apprécie pas la salade grecque servie en entrée. Ce n'est pas dans ses habitudes alimentaires. Nous discutons botanique et il est fort surpris d'apprendre que quasiment aucune des plantes du Congo (arbres fruitiers notamment) ne pousse en France. On lui explique que l'hiver, il fait aussi froid que dans un frigo, voire aussi froid que dans un congélateur, et que par conséquent les plantes tropicales ne résistent pas à ce genre de traitement. Seuls quelques agrumes protégés du froid passent l'hiver.

 

Le service est tellement lent que nous n'avons pas le temps de prendre le dessert. Je file payer directement à la caisse. Mais on nous explique que dans le menu, le dessert est "offert par la maison", donc sans dessert... on paye le même prix ! Logique implacable que je ne cherche pas à contester. Pas de temps à perdre en palabres.

Retour à nos postes de travail respectifs. Lors de la formation, nous hallucinons devant les prénoms de certains. Nous tombons sur un "Veinard, Céleste" et sur un "Le Magnifique, Génial". Pas facile à porter... On comprend pourquoi des congolais ont un prénom d'usage différent de celui de l'état-civil !! En fin d'après-midi, Bruno (infirmier au CMS), à la gentillesse de nous ramener à notre hôtel.

Nous prenons possession des lieux et profitons d'un peu de repos. J'appelle Manu pour avoir des nouvelles. La route envisagée vers Ncésse n'est parait-il pas praticable en saison des pluies. Il n'a toujours pas trouvé avec certitude de véhicule...

Je téléphone à Gauthier qui a trouvé des "trucs pour moi". On se donne rendez-vous au lendemain matin, nous irons faire un tour chez lui pour dire bonjour à sa famille. Il me dit "Bonsoir grand-frère".

 

pointe-noire-guest-house-ch

La chambre au Guest House

 

Nous dînons au Cactus, bar-brasserie de l'Avenue de Gaulle, situé tout près de l'hôtel Guest House. Nous effectuons bien sûr le trajet à pied. Quelques jeunes sont agglutinées derrière la vitrine pour regarder un match de foot. Pas besoin de payer de consommations à l'extérieur ! La déco intérieure est sympa, style paillote africaine. Le service est par contre très lent... Nous attendons environ 1h30 avant d'avoir notre plat ! Pour se faire pardonner, le serveur nous offre une bière. Manu passe vite fait nous voir. Il est de service avec la grande fiesta qui a lieu au Derrick ! Il ne désespère pas de nous trouver un 4x4, plus qu'une journée avant le départ prévu dimance matin.


Au retour, nous passons devant la boite de nuit "Casino Océan Rouge", bien illuminée. Je crains qu'elle ne soit bruyante et ne perturbe notre sommeil. Nous croisons aussi quelques créatures de la nuit dont une nous apostrophe d'un : "ça va bébé ?". Mais nous rentrons tranquillement à l'hôtel sans donner suite à cette invitation...

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 20:00

L'une des pièces présentée par Gauthier est un instrument de musique. Il n'est pas très clair quant à son origine (Kwélé du Gabon ?). Je l'ai pris en photo, mais je n'en ai pas fait l'acquisition.

 

congo-harpe-coudée

Harpe coudée, instrument traditionnel

 

C'est un instrument à cordes constitué d'une caisse de résonance sur laquelle on a tendu une peau de chèvre, d'un manche portant les quatre cordes.

 

congo-harpe-coudée-manche

Manche de l'instrument orné d'une tête

 

Le manche est orné à son extrémité d'une tête humaine. Il comporte comme autres décorations, des anneaux de métal blanc et des clous de cuivre. En tournant les chevilles en bois, on tend plus ou moins les cordes.

 

congo-harpe-coudée-cordes

Caisse de résonance recouverte d'une peau de chèvre

 

Ce type d'instrument traditionnel est présent en Afrique Centrale sous différents noms. Pour les francophones, c'est une harpe "coudée" ou "arquée", appelée ainsi à cause de l'angle formé entre la caisse et le manche.

Ce type de harpe était fréquemment utilisé chez les Zandé et les Mangbetu (ethnies du Congo Belge, actuelle RDC), et par différentes populations du Gabon, mais semble t-il pas chez les Kongos.

 

instruments-musique-congo-1895

Instruments de musique - Congo Français vers 1895 (DEFAP © - collection Krüger)

 

On en retrouve la trace sur des documents anciens, comme cette émouvante photographie d'un groupe de musiciens du Congo Français (probablement au Gabon), vieille d'environ 115 ans.

 

harpe-coudée-congo-1895

Joueur de harpe coudée - Congo Français vers 1895 (DEFAP ©)

 

Le musicien situé tout à gauche porte la dite harpe, le dessous de la caisse étant plaqué sur son torse. Les cordes sont pincées pour en tirer les sons.

 

luth-kondé-tchad-sara

Musicien Sara, joueur de luth kondé (© BNF - Pivot Paul - Paris, 1931)

 

Il existe de multiples variantes de ces instruments à cordes, de la kora d'Afrique de l'Ouest au pluriarc. Un ensemble de photographies de musiciens de l'Empire Colonial Français a été constitué lors de l'Exposition coloniale internationale de Paris, en 1931. Les clichés ont été pris dans l'enceinte même de l'Exposition et au camp militaire de Saint-Maur.


On y retrouve des musiciens Saras (Tchad) et du Moyen-Congo (sans autre précision du pays d'origine).

La légende d'origine de la photo ci-dessous indique un "luth kondé", mais l'instrument photographié est semble t-il un "pluriarc", plus fréquemment utilisé par les Kongos que la "harpe coudée". On en trouve des représentations effectuées par des européens ayant visités les Loangos, datant du XVIIème siècle. C'est donc une pratique artistique très ancienne.

 

joueurs-congo-luth-1931

Moyen Congo. Monbeza et Mahoukou, musiciens. Luth kondé (© BNF - Pivot Paul - 1931)

 

Bien entendu, les exhibitions d'êtres humains dans le cadre de ce type d'exposition sont contestables, mais sont à restituer dans le contexte de l'époque.

Ces photographies constituent en tout cas un témoignage ethnographique de qualité. Le regard du photographe est indubitablement celui de la mise en valeur des musiciens et de leurs instruments, et pas celui d'un exotisme artificiel ou d'un voyeurisme malsain.

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories