Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 20:00

La ville de Pointe-Noire a encore été l'objet d'importantes inondations suite aux fortes pluies qui se sont abattues sur la région les 17-18 novembre 2012.

 

inondation-17-novembre-pointe-noire

Rivière en crue (avenue Jacques Opangault)

 

Les mêmes causes provoquent toujours les mêmes effets... L'urbanisation galopante détruisant les zones naturelles qui recueillaient auparavant les pluies, le manque d'infrastructures, le lit des rivières non entretenu, occupé par l'habitat précaire et obstrué par des obstacles de toute sorte, tout cela conduit à une brusque montée des eaux dans certains quartiers de la ville.

 

inondation-pointe-noire-port

Une partie du port de Pointe-Noire inondé

 

Plusieurs quartiers ont été touchés (Loandjili, Wharf, Port, Songolo...) notamment en amont des débouchés sur l'océan des rivières traversant Pointe-Noire.

 

inondation-congo-novembre-2012

Habitations inondées parfois jusqu'au toit

 

Le sous-dimensionnement du nouveau pont de Songolo (cf Pointe-Noire : nouveau pont de Songolo ) est confirmé par les témoignages. Trop étroit et mal conçu, il fait barrage et favorise la montée des eaux dans les zones situées en amont.

 

inondation-ponton-nov-2012

De l'eau jusqu'au cou...

 

On dénombrerait une dizaine de morts. On le comprend quand on voit la hauteur parfois atteinte par les eaux sur la photo ci-dessus, avec cet homme luttant pour avancer.

Des milliers de sinistrés ont dû se réfugier dans des zones plus sures. Un début d'épidémie de choléra a suivi ces inondations (9 cas déclarés dans les hôpitaux de la ville au 30 novembre 2012).

 

 

Sources : 

http://congo-dechaine.info/

http://congo-liberty.com

http://journaldebrazza.com/

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 20:00

Ensuite a lieu la cérémonie publique dans les rues de Brazzaville. Les deux hommes montent à bord d'un véhicule militaire, poursuivis par les photographes.

Fulbert Youlou salue la foule qui est au rendez-vous. Malraux est droit comme un i !

 

youlou6-defilé-malraux

Dans les rues de Brazzaville...

 

A la tribune officielle, on reconnait, un général français, sans doute Alain Peyreffite (alors jeune député, proche du général de Gaulle), Stéphane Tchichelle, maire de Pointe-Noire et vice-président du Congo, et tout à droite, Joseph Kasa-Vubu, le tout nouveau président du Congo voisin (Léopoldville) en grande tenue d'apparat.

 

youlou7-tribune-peyreffite

A la tribune officielle

 

Puis c'est la cérémonie en haut de l'avenue Foch, face à la mairie de Brazzaville. La foule est massée sur le rond-point et grimpée jusque sur les toits.

 

youlou8-malraux-brazza-mairie

Malraux et Youlou face à la mairie de Brazzaville

 

André Malraux prononce alors un discours rappelant les liens historiques entre la France et le Congo, de Brazza à de Gaulle, l'apport des français au développement du pays et les souffrances endurées par les congolais au cours des décennies écoulées de colonisation. Il rappelle, avec l'emphase qui le caractérise, le destin commun et fraternel des soldats morts au cours de la Deuxième Guerre Mondiale, sans distinction d'apparence physique.

Il place aussi le Président Youlou et les autorités congolaises face à leurs responsabilités devant l'immense espoir qui est né dans le pays : "Vous voici donc, Messieurs, en face du problème millénaire que pose l'histoire à ceux qui recoivent le "triste et fier honneur" de la faire. Vous voici en face de l'Indépendance. [...] En ce temps où l'appel à la liberté a si souvent la couleur du sang, salut, République du Congo, dont l'espoir est le nôtre !".

 

youlou9-defilé-independance

Défilé du 15 août 1960

 

Des congolais de différents quartiers de la ville défilent avec des pancartes "Vive la République du Congo", et "Vive l'Indépendance".


C'est le début d'une nouvelle période. Contrairement aux souhaits officiels, la transition ne se déroulera pas toujours dans la fraternité entre anciens colons et congolais "indépendants"...

Fulbert Youlou le souligne dans son discours : "Sans doute des heurts isolés, individuels, ont-ils pu se produire ici et là, mais n'en est-il pas ainsi dans les familles les plus unies. Bien au contraire, nous avons toujours rendu justice à l'esprit de compréhension et de mesure de nos concitoyens d'adoption que sont devenus les Français du Congo. D'ailleurs nombre d'entre vous qui m'écoutez en ce moment, laisserez parmi nous le souvenir de véritables amis dont le nom demeurera dans nos mémoires, comme parmi vos prédécesseurs il en est beaucoup dont nous gardons fidèlement l'image au fond de nous-mêmes." [...] "Tous unis, Français et Congolais, dans notre volonté de travailler d'abord pour le Congo dans un esprit de fraternité et de respect réciproque, nous devons tout faire pour le progrès et le mieux-être de notre nation". 

Des décennies de frustration et de douleurs accumulées par le peuple congolais trouveront parfois leur exutoire dans une violence exercée à l'encontre des ressortissants français ou même envers d'autres congolais.

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories