Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 15:00

L'avion arrive à bon (aéro)port, sans souci aucun. Le retour en France est un peu frileux. Je dois attendre pendant deux heures le prochain TGV... je sors donc la polaire ! La presse m'apprend que c'est Montpellier qui est devenu champion de France de Ligue 1, au détriment de Paris.

Après, c'est le TER entre Lyon et Grenoble. Toujours longuet... Petit incident, la porte des toilettes du wagon où je suis, ne tient pas fermée. Ce qui met certains voyageurs, qui n'ont pas fait gaffe, en fâcheuse posture ! Le problème est signalé au contrôleur.

A la gare, le chauffeur de taxi me demande d'où je viens. Il a bien sûr repéré mon léger bronzage et mes valises... Du Congo ! "Vous avez dû voir de belles choses !" me dit-il. Il a vu juste.

Ici le ciel est gris, il pleut un peu et il fait frisquet. David (le neveu de Manu, chauffeur de taxi) me téléphone en début d'après-midi pour savoir si je suis bien rentré. Super sympa ! Je le rassure et le remercie de son appel.

La sieste est nécessaire après la nuit passée dans l'avion. Le soir, c'est Gauthier qui à son tour demande des nouvelles. Le lendemain, mon fidèle Manu.

 

post-scriptum-mai-2012

Retour nuageux en Isère...

 

Dans les jours qui suivent, je m'enquiers auprès de Patrice de la santé d'Allan. Au début, il me parle d'un manque de potassium... Puis, l'échographie rend son verdict. Le jeune garçon a un problème de valve cardiaque. Le coeur pompe plus pour compenser la fuite, ce qui conduit à une hypertrophie ventriculaire gauche.

Inopérable au Congo... Je cherche donc des infos et les envoie à Patrice. Un pédiatre à Brazzaville sert de contact à une association qui pourrait financer une opération cardiaque en France. Cette perspective est un bouleversement pour les parents...

L'état de santé d'Allan s'améliore peu à peu dans les semaines suivantes. Il se plaint toujours de douleurs, n'a pas beaucoup d'appétit et est très fatigué, surtout le soir.

Il a repris ensuite l'école. Il va bien aux dernières nouvelles. Ses parents pensent qu'il a été guéri par la prière... J'aimerais bien y croire, mais malheureusement, si la crise est passée, le problème de fond n'est pas réglé. Le prolapsus de la valve cardiaque risque de s'accentuer au fil du temps. Et les douleurs thoraciques aiguës peuvent réapparaître à l'occasion d'une crise de paludisme.

Croisons les doigts ! Le contexte est difficile, je ne fais que passer dans leur vie, et je ne peux pas agir à la place des parents. J'ai apporté des conseils (Patrice ne comprenait rien au compte-rendu d'échographie...) et une piste sérieuse pour une solution chirurgicale en France. Nous verrons bien si le problème se repose. 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Découverte du Congo
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 18:00

Après la bière au quartier du Plateau, il est temps de rentrer à l'hôtel. Je salue mon ami Manu, (en se disant sans doute à une autre fois... du moins nous l'espérons) et c'est Ghislain qui me ramène à la Côte Sauvage. 

Nous descendons l'avenue de Gaulle qui est peu fréquentée en ce dimanche. Le jour commence à tomber, nous sommes entre "chien et loup".

 

pnr-gaulle-avenue-1

Avenue de Gaulle, le jour décline...

 

J'ai téléphoné à David pour qu'il vienne me chercher un peu plus tôt. Je dois passer impérativement chez Patrice. Je récupère mes valises auprès des réceptionnistes et à la nuit tombante, me voilà parti avec mon chauffeur de taxi.

C'est Christ qui nous attend à l'angle de l'hôtel Pemba. Arrivés à la maison, Patrice sort accompagné de trois hommes en costume. L'un d'eux est pasteur et j'en conclus qu'ils sont venus soutenir la famille et prier pour Allan.

 

pnr-gaulle-avenue-2

Au bout de l'avenue de Gaulle...

 

J'entre dans la maison avec Patrice et Christ. Je salue Rosine qui a le visage triste et les traits tirés. La maison est étrangement silencieuse.

Le jeune Allan est couché dans le lit de ses parents. Il se plaint un peu. Patrice me montre les médicaments que le médecin lui a prescrit. Dans la pièce bien mal éclairée, j'arrive à identifier un antalgique contre l'angine de poitrine et un antipaludéen. Allan avait de la fièvre, mais elle a diminué. Reste les douleurs thoraciques. Le médecin n'a pas avancé de diagnostic précis.

Patrice me dit que son fils doit passer une échographie cardiaque demain. Il ne comprend pas pourquoi le médecin n'a pas demandé une radio. Je lui explique que le coeur est un organe mou et que l'échographie est plus adaptée. Je lui donne les quelques milliers de FCFA qu'il me reste pour payer les médicaments.

C'est dans cette triste ambiance que je quitte Patrice et sa famille. Le pasteur (du moins je crois que c'est lui, en tout cas, l'un des 3 hommes) est attablé et mange du manioc.


Christ m'accompagne à l'aéroport, avec David qui était resté dans la voiture. Il se trompe d'entrée en arrivant devant l'aérogare. Je commence à me demander si c'est un "vrai" taximan. Ou peut-être a-t-il tout simplement besoin de lunettes et n'a pas les moyens de s'en payer...

Il est environ 19h30, l'embarquement est prévu à 20h20. Je salue Christ, mon "compagnon d'exploration" et lui dit peut-être à bientôt.

Cette fois, les contrôles sont softs. Plus de taxe NAFDAC à payer, le scandale provoqué par cette taxe aérienne supplémentaire a eu sa peau. Au dépôt des bagages, un ministre s'évertue à griller des places pour déposer ses valises avant les autres voyageurs. Je ne le connais pas, mais c'est le bruissement autour de moi qui m'informe de son statut. Sa technique est de s'appuyer sur le comptoir pour remplir la carte d'embarquement, pendant ce temps, on apporte ses bagages au plus près de l'enregistrement... Et après, personne n'ose rien dire.

Comme je suis arrivé assez tard, l'attente dans le salon n'est pas très longue. La télévision diffuse la dernière soirée de l'année en Ligue 1. Notamment la compétition cruciale Paris-Montpellier, match indirect entre les deux équipes pour la première place. Je survole quelques journaux français dont le contenu me parait soudain un peu singulier, décalé. En tout cas, le salon n'est pas du goût du ministre, il est vrai qu'on est un peu entassé. Il repart avec son "boy" (vers un salon VIP ?).


L'embarquement se déroule sans souci. L'avion est loin d'être plein. Nous décollons et les cieux congolais me disent au revoir par un spectacle d'éclairs zèbrant la nuit.

Je pense à mes découvertes, aux rencontres marquantes comme celles des pygmées, et à ce pauvre Allan. Mon séjour s'est bien passé, pour une fois, même pas une petite diarrhée pour le perturber (ce serait même plutôt l'inverse à force de manger bananes et cacahuètes !). Pour me relaxer, je choisis d'écouter dans la playlist d'Air France, les "variations Mandé" de Toumani Diabaté. Très beau, pour les amateurs de kora.

Ayant toujours du mal à trouver le sommeil, je joue plus tard à "Qui veut gagner des millions". Je remporte le million au bout du 3ème jeu ! Dommage que ce ne soit pas en vrai...

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories