Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 11:00

L'une des "antiquités" rapportée de ce 8ème voyage au Congo, est une singulière femme à la calebasse. Elle serait d'origine M'béti, c'est du moins ce que m'a dit le vendeur.

L'ethnie M'béti correspond à une population implantée dans la cuvette ouest (au nord d'Ewo, frontière du Gabon), proche géographiquement de l'ethnie Téké. D'un point de vue linguistique, les Mbétis font partie du groupe M'bede-Nzabi.

 

femme-calebasse-mbeti-congo

Femme à la calebasse (bois, 15 cm de haut)

 

La statuette parait un peu fruste au premier abord. Les pieds de la femme sont disproportionnés, l'enfant têtant sa mère est grossièrement sculpté. La "calebasse" semble elle aussi trop grande.

 

femme-calebasse-coiffure-congo

Coiffure de la femme    

 

Mais à y regarder de plus près, l'ensemble ne manque pas de charme. La coiffure est savamment représentée avec torsades et stries.

 

femme-calebasse-scarifications-enfant

Dos de la femme à la calebasse

 

Vu de derrière, la statuette révèle sa beauté. Le dos de la femme est scarifié. On apprécie aussi la symbolique de la mère nourricière, avec cet enfant avide de profiter du lait tiré du sein maternel.

 

Le récipient tenu par la mère est, selon le terme employé par le vendeur, une calebasse. Une calebasse a-t-elle une aussi grande queue ? Cela dépend de son origine végétale.

 

En fait, il existe deux types de calebasse. Celle tirée d'un arbuste originaire d'Amérique, fruit évidé du calebassier (Crescentia cujete). Je n'en ai pas vu au Congo, mais j'avais pu en observer au Nigeria.

 

calebassier-arbuste-Crescentia

Calebassier - Crescentia cujete (Nigeria - Lagos - avril 2012)

 

Le fruit parait énorme par rapport à la taille de l'arbuste qui le produit ! Il pend au bout des branches et a une forme régulière, presque sphérique. Une fois sec, il est dur comme du bois et sert de récipient. Pas de queue pour ce fruit.

 

calebassier-fruit-Crescentia

Fruit du calebassier (Nigeria - Lagos - avril 2012)

 

L'autre calebasse est issue de la plante du même nom, de la famille des cucurbitacées (Lagenaria siceraria). Le fruit de cette plante rampante similaire aux courges, est aussi appelé gourde ou coucourde dans le sud de la France. Elle serait originaire d'Afrique (Zimbabwe).

 

calebasse-coucourde

Coucourde de provence (© Jardins d'Albertas)


C'est donc plutôt cette origine qu'il faut considérer, car là, la "queue" du fruit correspond bien à celle de la sculpture.

 

fruit-calebasse-congo

Fruit calebasse sur le toit d'une case (carte postale Hoa-Gui)


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 15:00

L'avion arrive à bon (aéro)port, sans souci aucun. Le retour en France est un peu frileux. Je dois attendre pendant deux heures le prochain TGV... je sors donc la polaire ! La presse m'apprend que c'est Montpellier qui est devenu champion de France de Ligue 1, au détriment de Paris.

Après, c'est le TER entre Lyon et Grenoble. Toujours longuet... Petit incident, la porte des toilettes du wagon où je suis, ne tient pas fermée. Ce qui met certains voyageurs, qui n'ont pas fait gaffe, en fâcheuse posture ! Le problème est signalé au contrôleur.

A la gare, le chauffeur de taxi me demande d'où je viens. Il a bien sûr repéré mon léger bronzage et mes valises... Du Congo ! "Vous avez dû voir de belles choses !" me dit-il. Il a vu juste.

Ici le ciel est gris, il pleut un peu et il fait frisquet. David (le neveu de Manu, chauffeur de taxi) me téléphone en début d'après-midi pour savoir si je suis bien rentré. Super sympa ! Je le rassure et le remercie de son appel.

La sieste est nécessaire après la nuit passée dans l'avion. Le soir, c'est Gauthier qui à son tour demande des nouvelles. Le lendemain, mon fidèle Manu.

 

post-scriptum-mai-2012

Retour nuageux en Isère...

 

Dans les jours qui suivent, je m'enquiers auprès de Patrice de la santé d'Allan. Au début, il me parle d'un manque de potassium... Puis, l'échographie rend son verdict. Le jeune garçon a un problème de valve cardiaque. Le coeur pompe plus pour compenser la fuite, ce qui conduit à une hypertrophie ventriculaire gauche.

Inopérable au Congo... Je cherche donc des infos et les envoie à Patrice. Un pédiatre à Brazzaville sert de contact à une association qui pourrait financer une opération cardiaque en France. Cette perspective est un bouleversement pour les parents...

L'état de santé d'Allan s'améliore peu à peu dans les semaines suivantes. Il se plaint toujours de douleurs, n'a pas beaucoup d'appétit et est très fatigué, surtout le soir.

Il a repris ensuite l'école. Il va bien aux dernières nouvelles. Ses parents pensent qu'il a été guéri par la prière... J'aimerais bien y croire, mais malheureusement, si la crise est passée, le problème de fond n'est pas réglé. Le prolapsus de la valve cardiaque risque de s'accentuer au fil du temps. Et les douleurs thoraciques aiguës peuvent réapparaître à l'occasion d'une crise de paludisme.

Croisons les doigts ! Le contexte est difficile, je ne fais que passer dans leur vie, et je ne peux pas agir à la place des parents. J'ai apporté des conseils (Patrice ne comprenait rien au compte-rendu d'échographie...) et une piste sérieuse pour une solution chirurgicale en France. Nous verrons bien si le problème se repose. 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Découverte du Congo
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories