Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 11:00

Après une bonne nuit de sommeil, je me lève vers 8 heures. Ma chambre est pas mal, à part le néon grillé dans la salle de bains. Toujours de petits défauts ! C'est le jour du départ, mais j'ai encore pas mal de choses à faire. Je suis fatigué et je suis un peu dans le brouillard...


Au petit-déjeuner, un Européen de l'est (russe ?) qui maitrise très peu le français, partage l'instant avec une "accompagnatrice". La communication ne semble pas évidente... Le petit-déjeuner pris, je reçois Gauthier et Jacques les vendeurs d'antiquité. Ils m'apportent le sésame, l'autorisation de sortie d'oeuvres d'art. Le prix est le même que l'an dernier (5 000 FCFA), mais maintenant il s'applique à 6 objets, et non pas à seulement 3. Les gens ont dû raler contre l'augmentation de la taxe...

Gauthier me "rembourse" en antiquités pour l'argent que je lui avais prêté. En bon commerçant, il me propose d'autres pièces, et pour ne pas faire de jaloux je prends une pièce à Jacques, une originale "femme à la calebasse" donnant le sein à un enfant.

Gauthier me montre une autre pièce intéressante, un dévidoir à fil, en bois, d'origine Luba (RDC). Il est surmonté d'une tête de femme à la chevelure crantée. Sans doute servait-il pour les tisserands, des pièces de tissu étant autrefois fabriquées artisanalement des deux côtés du fleuve Congo. Je ne l'achète pas, mais la photographie.

 

dévidoir-fil-congo-luba

Dévidoir à fil Luba, en bois

 

Mais avec toutes mes dépenses liés à l'excursion, je dois passer à la banque pour honorer mes dettes. Nous voilà partis tous les trois. Pas de taxi devant le Palm Beach en ce dimanche matin... Je pars à pied, à la surprise de Jacques, passant devant la gare et remontant l'avenue de Gaulle. Il y a un beau soleil.

Après l'étape au Crédit du Congo, je file jusqu'à la Place Antonetti. J'ai un autre objectif. Mon ami Laudy n'a pas tenu ses promesses, je n'ai pas eu mes dents de requin ! Je vois alors son frangin Ambassadeur qui lui téléphone en lui disant "Le Blanc, il est pas content...". Je parle à Laudy qui m'explique qu'il n'a pas trouvé les "grandes dents" qu'il cherchait. Mensonge ou pas, il ne respecte pas sa promesse, je n'apprécie pas, et je pars ce soir. Arrangement trouvé, je prends deux petites dents de requin à la place d'une grande sur le stand du voisin de parasol d'Ambassadeur.

Pendant que nous discutons, passe un homme... sans nez. Impressionnant. Marque de la guerre civile ou séquelle de la lèpre ?

Je rentre en taxi à l'hôtel avec Jacques et Gauthier. Pas de temps à perdre, j'ai d'autres rendez-vous !

 

J'envoie un message pour confirmer mon déjeuner avec le médecin-chef de la clinique. Je fais rire mes comparses congolais, en leur disant : "Eh oui, vous, vous allez voir le chef du village, moi, je vois le médecin-chef !".

Je montre quelques photos de mon périple à mes vendeurs, et j'ai droit à une série de "Ah, vraiment !", et aussi "Tu connais bien le Congo maintenant, tu vas faire un livre !".

Je reçois un coup de fil d'Olivier qui me rappelle mon déjeuner du jour (c'est le jour du départ que mon téléphone fonctionne enfin en réception d'appel). Il a peur que j'oublie... Ce n'est pas trop le genre de la maison, même si ces derniers jours en brousse je n'étais pas joignable.

Je prends congé de mes vendeurs, je donne à Gauthier quelques chocolats pour remercier "maman Biguette". Je commence à faire les valises. Il faut libérer la chambre avant 15h30.

Mais voilà qu'arrive un autre créancier... Je rejoins à l'entrée mon loueur de 4x4. Il râle pour le retour du véhicule ce matin seulement. J'explique que Manu l'a passé au Karcher (5 000 FCFA le lavage). De mon côté, je lui fais part de mes griefs (lave-glace perçé, papier de carte grise périmé, pas de contrôle technique...). Ce qui nous a valu plusieurs embrouilles policières. Bon, je paye le prix prévu et nous partons bons amis.

 

pointe-noire-portrait-president

Portrait du Président du Congo dans le hall de l'hôtel

 

J'ai noté quelques changements à l'hôtel. Dans sa niche fraichement repeinte, on trouve le nouveau portrait du Président. Plus de Génie de la Bastille cette fois, drapeau national, écharpe et collier suffisent à planter la figure de commandeur.

Le hall est sous surveillance vidéo, grâce à un jeune libanais qui a mis les discrètes caméras en place. Pour surveiller les clients ou les salariés ? En tout cas, les salariés doivent maintenant pointer... Quelle modernité !

 

Anne et Bernard sont très ponctuels et se présentent à 12h30 à l'accueil. La dernière fois que je les avais vus, c'était au Gabon. Bernard est passé ainsi de médecin-adjoint à médecin-chef.

Ils me conduisent pour un déjeuner au Club Pétrolier, à quelques centaines de mètres sur la Côte Sauvage. Ils se plaisent bien à Pointe-Noire, ville plus vivante que Port-Gentil. Ils viennent déjeuner ici assez souvent le dimanche. La décoration a été refaite suite au changement de gérant. Sympa !

Nous discutons de choses et d'autres. Mon blog a inspiré Anne pour organiser une balade, à Noël avec ses enfants, à la cascade de Sossi, près de Dolisie. Elle aussi me voit prêt à rédiger un guide touristique !

Nous discutons bien sûr boulot, joignant l'utile à l'agréable. Le menu du jour est tout à fait correct. Le service a quelques défauts, comme souvent au Congo, mais rien de rédhibitoire (par exemple, ma crème brûlée n'était pas... brûlée !). Il fait beau, mais pas trop chaud, à proximité immédiate de l'océan. Le resto est ouvert sur l'extérieur, pas de clim, et c'est très bien comme cela.

Je raconte une partie de mes aventures de ces derniers jours. Les chutes de la Bouenza, le village de Loudima, les gorges de Sounda, le bourbier, la rencontre du Colonel Nzikou...

Anne et Bernard me reconduisent à l'hôtel et je les remercie de cet agréable moment. Voilà une tradition de l'accueil respectée, qu'elle soit européenne ou africaine ! Peut-être à une autre fois à Pointe-Noire ?

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Pointe-Noire
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 17:00

En fin de parcours, je peine un peu et je ne suis pas mécontent de retrouver notre véhicule. Il faut tasser les bagages à l'arrière pour caser nos deux auto-stoppeurs, sans écraser les achats de Manu (bananes, ignames et surtout ce qu'il appelle "légume", sorte de longues feuilles vertes). On s'hydrate et on grignote quelque chose. J'ai ramassé une bouteille d'eau le long du chemin... Je fais la leçon, on ne jette pas de plastique dans la nature ! Le plastique met plusieurs centaines d'années pour être biodégradé.

Nous voilà repartis par le sentier et rejoignons rapidement la Nationale 6. Une bien grande qualification pour une piste en mauvaise état...

Mais Manu s'arrête peu après à proximité d'une source. Il veut se laver pour "refroidir le corps" après l'effort. Admettons ! Il avance un peu le véhicule pour ne plus être dans le virage, et aussi pour préserver son intimité. Christ le suit dans sa volonté de rafraîchissement aquatique.

Pendant qu'ils se lavent, j'essaie de dialoguer avec notre nouvel auto-stoppeur. Mais il fait parti des mutiques. Il doit avoir une très faible maîtrise de la langue française. Il se prénomme Adolphe. J'explique à Christophe que c'est un prénom qui a presque complètement disparu en France après la Deuxième Guerre Mondiale. Trop connoté...

Christophe quant à lui aimerait bien avoir une moto pour ne plus être prisonnier des aléas de transport. Le deux-roues aurait intérêt à être solide pour affronter les pistes défoncées !

Pendant notre halte, deux grumiers s'arrêtent un peu avant nous. Ils sont conduits par des malaisiens. Ils font le plein d'eau à la source et cassent la croûte au bord de la piste. Deux sociétés malaisiennes exploitent depuis une dizaine d'années des forêts des régions Kouilou- Niari-Lékoumou (principalement pour en retirer l'okoumé, le limba, l'afrormosia et l'acajou). Respectent-elles le cahier des charges strict du permis d'exploitation, pour ne pas surexploiter la forêt et oeuvrer à sa régénération ? C'est tout l'enjeu.

En tout cas, pour Manu et Christ, c'est raté pour la tranquillité de la baignade !

 

sonda-CARTE-congo

Trajet Sounda - Pointe-Noire, la portion en jaune est la plus difficile (© IGN)

 

Nous reprenons le pénible trajet d'une soixantaine de kilomètres de piste cahoteuse. La nuit tombe. L'odeur du savon de l'hôtel de Nkayi émane du corps de Christ...

Etrange apparition, nous croisons (vers Louvoulou je crois) une procession religieuse. Dans la pénombre, les gens cheminent en portant des bougies et en ont déposé de grands cercles en plusieurs endroits. Des stations de prière je présume. Est-ce que ce sont des adeptes du "bougisme", survivance du mouvement mystico-religieux initié par Zéphyrin Lassy dans les années 1950 ?

Christophe regrette le gaspillage des bougies qui coûtent cher. Certaines se sont éteintes après le départ des fidèles. Ces bougies non consumées feront peut-être le bonheur de quelques-uns...

A Malélé, Manu s'arrête deux minutes pour donner au policier de faction, un savon et un rouleau de papier toilette. Sans doute l'avait-il promis à l'aller. Symptomatique du dénuement des fonctionnaires...


Après le péage fantôme de Malélé, nous retrouvons, soulagés, la route goudronnée. Encore environ 70 kilomètres à faire. Nous roulons plus rapidement, mais nous rencontrons plusieurs camions en panne, arrêtés en pleine voie. Ce qui est nuitamment assez dangereux.

La fatigue se fait aussi sentir, la journée a été longue depuis notre départ de Dolisie. Manu prend pendant un court moment la route à contre-sens ! Il a fait un écart et est obligé de passer par dessus un petit terre-plein en béton pour rétablir la situation.

Au péage de Mengo, Manu prend à gauche alors que la seule voie ouverte est à droite ! Je le rappelle à l'ordre... pour le remettre sur la bonne voie. Il est temps d'arriver !

Nous retrouvons les faubourgs de Pointe-Noire, ce qui oblige le chauffeur à rouler plus lentement, ce qui n'est pas plus mal. Nous laissons Christophe et Adolphe à Mvon-Mvon. Les deux hommes viennent me serrer la main pour me remercier.

Avec tout cela, il est près de 22h quand j'arrive au Palm Beach. Patrice n'est plus de service, mais a laissé des consignes à son collègue. Sympa ! J'ai une chambre réservée, je peux dormir tranquille. Surprise, je retrouve Gauthier et Jacques à l'accueil à cette heure avancée. Je leur dis de revenir demain pour finaliser nos affaires en cours...

Manu se charge de reconduire Christ chez lui, et rendra le véhicule demain à notre loueur. Après l'avoir lavé, il en a bien besoin après plusieurs jours d'expédition !


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories