Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 17:00

En fin de parcours, je peine un peu et je ne suis pas mécontent de retrouver notre véhicule. Il faut tasser les bagages à l'arrière pour caser nos deux auto-stoppeurs, sans écraser les achats de Manu (bananes, ignames et surtout ce qu'il appelle "légume", sorte de longues feuilles vertes). On s'hydrate et on grignote quelque chose. J'ai ramassé une bouteille d'eau le long du chemin... Je fais la leçon, on ne jette pas de plastique dans la nature ! Le plastique met plusieurs centaines d'années pour être biodégradé.

Nous voilà repartis par le sentier et rejoignons rapidement la Nationale 6. Une bien grande qualification pour une piste en mauvaise état...

Mais Manu s'arrête peu après à proximité d'une source. Il veut se laver pour "refroidir le corps" après l'effort. Admettons ! Il avance un peu le véhicule pour ne plus être dans le virage, et aussi pour préserver son intimité. Christ le suit dans sa volonté de rafraîchissement aquatique.

Pendant qu'ils se lavent, j'essaie de dialoguer avec notre nouvel auto-stoppeur. Mais il fait parti des mutiques. Il doit avoir une très faible maîtrise de la langue française. Il se prénomme Adolphe. J'explique à Christophe que c'est un prénom qui a presque complètement disparu en France après la Deuxième Guerre Mondiale. Trop connoté...

Christophe quant à lui aimerait bien avoir une moto pour ne plus être prisonnier des aléas de transport. Le deux-roues aurait intérêt à être solide pour affronter les pistes défoncées !

Pendant notre halte, deux grumiers s'arrêtent un peu avant nous. Ils sont conduits par des malaisiens. Ils font le plein d'eau à la source et cassent la croûte au bord de la piste. Deux sociétés malaisiennes exploitent depuis une dizaine d'années des forêts des régions Kouilou- Niari-Lékoumou (principalement pour en retirer l'okoumé, le limba, l'afrormosia et l'acajou). Respectent-elles le cahier des charges strict du permis d'exploitation, pour ne pas surexploiter la forêt et oeuvrer à sa régénération ? C'est tout l'enjeu.

En tout cas, pour Manu et Christ, c'est raté pour la tranquillité de la baignade !

 

sonda-CARTE-congo

Trajet Sounda - Pointe-Noire, la portion en jaune est la plus difficile (© IGN)

 

Nous reprenons le pénible trajet d'une soixantaine de kilomètres de piste cahoteuse. La nuit tombe. L'odeur du savon de l'hôtel de Nkayi émane du corps de Christ...

Etrange apparition, nous croisons (vers Louvoulou je crois) une procession religieuse. Dans la pénombre, les gens cheminent en portant des bougies et en ont déposé de grands cercles en plusieurs endroits. Des stations de prière je présume. Est-ce que ce sont des adeptes du "bougisme", survivance du mouvement mystico-religieux initié par Zéphyrin Lassy dans les années 1950 ?

Christophe regrette le gaspillage des bougies qui coûtent cher. Certaines se sont éteintes après le départ des fidèles. Ces bougies non consumées feront peut-être le bonheur de quelques-uns...

A Malélé, Manu s'arrête deux minutes pour donner au policier de faction, un savon et un rouleau de papier toilette. Sans doute l'avait-il promis à l'aller. Symptomatique du dénuement des fonctionnaires...


Après le péage fantôme de Malélé, nous retrouvons, soulagés, la route goudronnée. Encore environ 70 kilomètres à faire. Nous roulons plus rapidement, mais nous rencontrons plusieurs camions en panne, arrêtés en pleine voie. Ce qui est nuitamment assez dangereux.

La fatigue se fait aussi sentir, la journée a été longue depuis notre départ de Dolisie. Manu prend pendant un court moment la route à contre-sens ! Il a fait un écart et est obligé de passer par dessus un petit terre-plein en béton pour rétablir la situation.

Au péage de Mengo, Manu prend à gauche alors que la seule voie ouverte est à droite ! Je le rappelle à l'ordre... pour le remettre sur la bonne voie. Il est temps d'arriver !

Nous retrouvons les faubourgs de Pointe-Noire, ce qui oblige le chauffeur à rouler plus lentement, ce qui n'est pas plus mal. Nous laissons Christophe et Adolphe à Mvon-Mvon. Les deux hommes viennent me serrer la main pour me remercier.

Avec tout cela, il est près de 22h quand j'arrive au Palm Beach. Patrice n'est plus de service, mais a laissé des consignes à son collègue. Sympa ! J'ai une chambre réservée, je peux dormir tranquille. Surprise, je retrouve Gauthier et Jacques à l'accueil à cette heure avancée. Je leur dis de revenir demain pour finaliser nos affaires en cours...

Manu se charge de reconduire Christ chez lui, et rendra le véhicule demain à notre loueur. Après l'avoir lavé, il en a bien besoin après plusieurs jours d'expédition !


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 16:30

Restant un peu en retrait avec Christophe, je fais quelques observations botaniques.

Je photographie une gracieuse plante repérée à l'aller, qui associe délicatement des sépales blancs et des fleurs jaunes.

 

sounda-Mussaenda-pubescens

Fleur blanche et jaune... Mussaenda pubescens

 

Il s'agit d'une rubiacée tropicale, Mussaenda pubescens, que l'on trouve aussi en Asie. Les fleurs étoilées, à cinq branches jaune d'or, sont très belles et tranchent avec la verdure ambiante.

 

sounda-Mussaenda-pubescens-etoile 

Fleurs étoilées de Mussaenda pubescens

 

Plus loin, je remarque un arbuste, dont les tiges qui montent à deux ou trois mètres de haut, se terminent par des fleurs.  


sounda-kouilou-arbuste

Arbuste au bord du chemin

 

Les fleurs s'épanouissent à l'extrémité des tiges en associant le blanc, le rouge et le jaune.

 

sounda-kouilou-arbuste-fleuri

Fleur à l'extrémité des tiges

 

A un stade avancé, la fleur forme une sorte de pompon au bout des rameaux. Je n'ai pas trouvé le nom de cette plante, avis aux lecteurs !

 

sounda-kouilou-arbuste-fleur

Fleur à un stade plus avancé

 

Je retrouve la colonne de fourmis magnan qui barre le sentier (cf En marche vers Sounda... ). La densité d'individus est maintenant plus forte, et la colonne est plus structurée avec les robustes soldats clairement implantés à l'extérieur du flux de fourmis.

 

sounda-kouilou-sensitive

Plante sensitive (Mimosa pudica)

 

Christophe me montre une sorte de liane rampante dont les feuilles ressemblent à celles du mimosa. Quand on touche une feuille, elle se rétracte, se replie sur elle-même. Extraordinaire !

 

sounda-kouilou-mimosa-pudica

Feuille repliée de Mimosa pudica

 

Cette plante sensitive, de la famille des Fabacées et originaire d'Amérique tropicale, est appelée mimosa pudique.

Le singulier phénomène qui résulte d'une stimulation tactile est appelé thigmonastie. Une brusque modification de la pression de turgescence des feuilles conduit au repliement. L'eau est en fait chassée. Ce processus défensif permet à la plante de se protéger de ses prédateurs et des intempéries.

Les fleurs sont roses en forme de petit pompon à longs poils. Mais je n'en ai pas vu, elles étaient fanées.

Le végétal peut-être utlisé comme plante médicinale et ses alcaloïdes sont potentiellement toxiques.

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories