Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 15:30

Après notre découverte des vestiges des premiers travaux entrepris pour le barrage, nous faisons demi-tour. A peu près à mi-chemin, je remarque une sorte de cabine en tôle rouillée, envahie par la végétation. On m'explique qu'elle donne sur un regard permettant d'accéder à la conduite (canal de dérivation) qui passe sous nos pieds.

Je discute avec les villageois pour savoir s'il y a une liaison régulière en bateau à moteur entre Bas-Kouilou et Kakamoéka. Il n'y en a plus ! Dommage, cela permettrait de désenclaver un peu cette zone très isolée. Il faudrait étudier un modèle économique avec un prix de trajet adapté pour les voyageurs et les marchandises. Cela serait-il viable avec le prix du carburant et l'entretien du bateau ? Mais ce transport relève quasiment du service public et devrait être aidé par l'Etat !

D'ailleurs, une liaison fluviale avait été mise en place en 2002 par la société Sonako. Mais elle a été interrompue en 2007 et le bateau mis "en cale sèche". Je ne crois pas qu'elle ait reprise.

Seules des pirogues lourdement chargées effectuent régulièrement le trajet (j'en avais vu débarquer à Bas-Kouilou cf Bas-Kouilou : le pont et l'embouchure du fleuve ). 

 

sounda-droite-pont-kouilou

Le pont sur le Kouilou, vue de la rive droite (© Manu)

 

Nous retraversons le pont, cette fois sous le soleil de cet fin d'après-midi. Le pont parait moins lugubre et on remarque des traces de peinture blanche sous la rouille. Sans doute la couche d'origine vieille de plus de 50 ans...

J'en profite pour prendre un dernier cliché des gorges de Sounda, plus lumineux que les précédents et avec un beau ciel bleu, juste un peu embrumé par l'humidité de l'air.

 

sounda-gorges-kouilou-niari

Gorges de Sounda sous le soleil

 

Nous saluons nos accompagnateurs, qui se dispersent après le pont. Aux abords du village, le bassin alimenté par une fontaine (où une maman lavait son enfant) est maintenant occupé par... une truie ! Celle-ci se baigne paisiblement, recherchant sans doute un peu de fraîcheur. Cela fait rire Christophe. Je n'ai pas eu le temps de dégainer mon appareil photo, le suidé est parti avant, en grommelant.

La promiscuité avec les animaux domestiques peut paraître cocasse, mais elle pose de sérieux problèmes de Santé Publique quand les maladies animales sont transmissibles à l'Homme. Propagation de l'épidémie assurée dans ces conditions !

 

sounda-village-bassin-gorges

Derrière les cases de Sounda, vue sur le bassin du Kouilou

 

Un peu plus loin, autre surprise de la Nature, nous voyons un porc qui monte sur un autre... Nous regardons à deux fois, mais c'est bien un mâle plus âgé, le sexe en érection, qui grimpe sur un plus jeune. Cela n'a pas l'air de déranger vraiment le cadet.

Manu prend une photo et Christophe rit de plus belle. Le vérat s'amuse avec son congénère, mais "ce n'est pas comme cela qu'il va faire des petits" concluons-nous !

 

Nous traversons de nouveau le village de Sounda. Des hommes assis sous un auvent (est-ce un bar ?) me réclament des cigarettes. N'étant pas fumeur, je n'en ai point... Ils n'insistent pas.

Nous croisons un jeune garçon que Christophe connait, il est en CE2. Comme il me parait bien grand pour un CE2, je demande son âge. Il a 13 ans ! Il devrait être en 5ème ou 4ème.

 Christophe me montre de l'autre côté des gorges un bâtiment blanc qui accueille une école (sans doute l'une des constructions faite pour les travaux du barrage vers 1960, que l'on aperçoit sur la vue aérienne page précédente). Il m'explique que l'unique instituteur a tous les niveaux du primaire à gérer. La misère sociale est assez prononcée ici, Christophe me dit qu'il n'est pas rare que des jeunes filles de 13-14 ans tombent enceinte...


Il est temps de partir, une bonne heure de marche et plusieurs autres de route défoncée nous attendent !  A la sortie du village, nous sommes sollicités par un homme. On m'explique qu'il souhaiterait rentré avec nous à Pointe-Noire, pour aller voir son enfant qui est hospitalisé à Sicé. Difficile de refuser, il a 150 km à parcourir, pas de transport en commun bien sûr... J'accepte, nous serons 5 dans le 4x4, en tassant un peu les bagages, ce sera bon !

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 15:15

Si aujourd'hui le lieu parait bien calme, cette région du Kouilou a fait l'objet dès la fin du XIXème siècle d'une fréquentation coloniale non négligeable.

Une société concessionnaire, la CPKN (Compagnie Propriétaire Kouilou-Niari), avait notamment développé ses activités commerciales le long du fleuve Kouilou. Un bateau à vapeur permettait depuis l'embouchure (à Bas-Kouilou) de remonter le cours d'eau jusqu'à Kakamoéka.

Outre le commerce et les activités agricoles, les chercheurs d'or n'étaient pas en reste dans les environs de Kakamoéka, ceci jusqu'aux années 1950-60.

 

kouilou vapeur-mandji

Vapeur "Mandji" sur le Kouilou à Kakamoéka (carte postale vers 1900 © Audema)

 

Après ce village de Kakamoéka, il devient bien difficile de naviguer et de franchir à contre-courant les rapides de Sounda. Un service de navigation fut mis en place dès 1894 par Le Chatelier, mais il nécessitait un transit par porteurs de Zilengoma à Mandji. Seuls des bateaux de 2 tonnes maximum, avec de nombreux pagayeurs, permettaient d'assurer un service régulier au delà des gorges.

C'est après celles-ci que le fleuve change de nom, et passe de Kouilou à... Niari. Bizarrement sur certaines cartes de la fin du XIXème siècle, c'est l'inverse ! On trouve couramment le terme de "Kousounda" ou "Koussounda" dans les documents anciens pour désigner le lieu.

 

koussounda-kouilou-niari

La "Roche coupée" près de Kousounda (carte postale vers 1900 © Marichelle, Loango)

 

Plusieurs projets, notamment celui de l'ingénieur Léon Jacob, avaient prévu d'utiliser cette voie "navigable" et de la combiner ensuite à une voie ferrée pour rejoindre Brazzaville.

La première volonté de construire un barrage vint ainsi avec la perspective de noyer les rochers pour faciliter la navigation sur le Kouilou ! C'est le Capitaine Pleigneur qui en 1887 lança cette idée. Il étudia si bien le cours inférieur du fleuve, en soulignant ses difficultés... qu'il s'y noya !

Léon Jacob, après des relevés topographiques, avait confirmé la faisabilité, affirmant qu'il était possible de noyer la plupart des rapides empêchant la navigation, en barrant "la gorge de Koussounda". Il envisageait même si besoin de déblayer les rochers du cours du fleuve...

Mais le projet fut abandonné au profit d'une liaison entièrement ferroviaire entre l'océan et la ville fondée par Savorgnan de Brazza (notamment suite aux recommandations de la Mission Bel en 1906-1907).

  

sounda mandji-kouilou

Vue sur le fleuve Kouilou à Mandji (carte postale vers 1900 © Audema)

 

Ensuite, c'est un projet de barrage hydroélectrique qui vit le jour. Il fut initié à la fin de la colonisation française. C'est l'Assemblée Territoriale du Moyen-Congo qui en vota les premiers crédits en 1958. Les projets d'exploitation des ressources du Congo étaient alors en plein essor.

 

Sounda-carte-barrage

NIARI (CONGO) -  Carte de situation - Economie - Localisation de Sounda (1965 - IRD ©)

 

Un vaste complexe devait naître (usines, aéroport, routes...) autour du barrage, ce dernier fournissant l'électricité nécessaire à l'exploitation des minéraux (aluminium, fer, quartz, magnésium...) et autres engrais (nitrates, phosphates, phosphore). Un financement mixte public-privé était prévu et les travaux devaient durer de 5 à 8 ans.

On imaginait déjà des milliers d'emplois et le développement de la région du Kouilou.

 

sounda-vue-aerienne-vennetier

Vue aérienne des gorges de Sounda (1966 © Vennetier)    

 

On comprend encore mieux l'intérêt du site naturel en prenant de la hauteur. La partie étroite, située juste avant le bassin d'expansion du fleuve, permettrait d'y construire un barrage en voûte, pouvant s'appuyer solidement sur la masse rocheuse des collines. 

Mais cela noierait toute la vallée en amont, sur une distance plus ou moins grande bien sûr, en fonction de la hauteur du barrage. On a fait la même chose dans les Alpes, mais on a oublié depuis le massacre du paysage et les villages disparus sous les eaux...


Sur cette photo "historique", Fulbert Youlou (reconnaissable à sa soutane et à son collier présidentiel) est accompagné du leader sécessionniste katangais, Moïse Tshombé. Pied de nez au voisin de l'autre côté du fleuve Congo... Assistant à la cérémonie officielle de lancement des travaux de construction du barrage de Sounda, on identifie aussi Michel-Maurice Bokanowski (représentant la France, sans doute alors en tant que Ministre de l'Industrie), Stéphane Tchitchelle (maire de Pointe-Noire et vice-président du Congo) et M. Bicoumat, ministre des Travaux Publics (l'homme à la cravate rayée à gauche).

  

 Sounda Fulbert Youlou pont-kouilou

Inauguration officielle du lancement des travaux du barrage (1962 ? © Victor Sathoud)

 

Le pont était alors tout neuf, on reconnaît son armature métallique, peinte en blanc semble t-il. Les militaires (gendarmes ?) présentent les armes au passage des autorités.

Autre aménagement, en plus du pont, on a creusé un canal de dérivation de 14 mètres de diamètre et 600 mètres de long (que j'ai imaginé en "conduite forcée" alimentant des turbines...) dans la perspective de détourner le cours du Kouilou, facilitant ainsi la construction de la digue barrant les gorges. Un projet de 1962 élaboré par EDF envisageait un barrage haut de... 125 m !! La vallée serait alors fortement noyée jusqu'à Makabana, avec une retenue d'eau globale d'une superficie de 1 800 km2.


Le Président Youlou, qui voulait faire de ce projet d'envergure le fer de lance de sa politique économique, entreprit de nombreux voyages à l'étranger pour trouver des investisseurs. Mais chassé du pouvoir en 1963, l'Abbé Youlou ne pourra pas poursuivre le projet initié concrètement sous sa présidence. A intervalles réguliers, chaque président congolais (ou presque) a tenté de faire aboutir la construction du barrage, mais sans succès depuis plus de 50 ans. On en parle encore en 2012, en mettant sur les rangs... les Chinois ! Après avoir vaincu le Mayombe lors du chantier de la Route Nationale 1 (enfin avec l'emploi de milliers d'ouvriers congolais...), terrasseront-ils le fleuve Kouilou ?

J'espère que le nouveau projet de barrage sera écologiquement plus responsable et moins pharaonique que le projet de 1962.


Sounda-gorges-1

Gorges de Sounda vues de la route de Kakamoéka vers 1950 (© Françoise)

 

En tout cas, profitez si vous le pouvez du paysage magnifique des gorges de Sounda, avant que l'Homme ne le marque irrémédiablement de son empreinte... En dehors du pont et du canal souterrain, le site est encore aujourd'hui presque intact.

 

 

Sources principales : 

Dictionnaire Général du Congo Brazzaville - Philippe Moukoko

http://www.congopage.com/Electrification-du-Congo-la

Notes sur la construction du chemin de fer Congo-Océan (1921-1934) - Gilles Sautter

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Art - culture - histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories