Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 19:00

Revoilà notre ville étape où nous devons trouver un hôtel avant la nuit. Cette fois, c'est moi qui décide ! Je n'ai pas envie de retourner dans l'hôtel où j'ai mal dormi mardi.

J'opte pour l'hôtel de la Renaissance près de l'aéroport. Le réceptionniste reconnaît son client occasionnel. Je visite trois chambres du rez-de-chaussée et fais mon choix. Heureusement que je n'ai besoin que d'une nuit, car demain l'hôtel est complet. Il a été réservé par une délégation de la mairie de Pointe-Noire, qui vient fêter les 90 ans de la ville océane. Je n'en vois pas trop l'intérêt à Dolisie, mais bon...

 

Nous filons ensuite dans le quartier situé en dessous de Notre-Dame de Fatima. Il s'agit de retrouver l'hôtel habituel de Manu dans le quartier Bakongo. Je lui dis de tourner à gauche, mais une fois de plus, il ne m'écoute pas... Il descend quelques rues plus bas, et finalement fait demi-tour pour prendre la voie que je lui indiquais ! Christ fait la remarque, à juste titre, que le Manu est têtu... C'est l'un de ses petits défauts. Nous retrouvons l'hôtel Eden, qui a perdu ses palissades en tôles et présente ainsi un bien meilleur aspect extérieur. Par contre, le tarif a un peu augmenté, c'est 10 000 FCFA non négociables. Christ et Manu choisissent une chambre à leur convenance, nous voilà donc tranquilles.

 

Après un peu de repos, nous partons nuitamment à la quête d'un restaurant. Nous nous y prenons assez tôt, car d'expérience, passé 20h30, on ne trouve pas toujours ce que l'on souhaite à Dolisie. Manu suit mon choix et j'opte pour le "G4", où nous avions déjà bu un verre.

Nous nous garons à proximité et sur le trajet, un autre restaurateur nous propose de manger... du singe. C'est inscrit sur son ardoise. Non merci, je n'ai pas envie de manger un beau cercopithèque à face bleue (cf  Loudima : le chasseur de singe...) ou l'un de ses cousins primates, espèce protégée peut-être.

 

dolisie-resto-g4-bambous

Toit en bambous du restaurant le G4

 

Nous entrons sous le toit bardé de bambous où pendent quelques publicités pour de la bière, formant ainsi un contraste insolite. Nous discutons avec la patronne pour savoir ce qu'elle a à nous proposer ce soir. Marché conclu, cela convient à tout le monde ! 

 

dolisie-resto-g4-repas

Christ, Godefroy et Manu au G4

 

Le restaurant ne paye pas de mine (rien à voir avec certains restos tape-à-l'oeil de Pointe-Noire), mais Manu nous dit que parfois des "autorités" viennent manger ici. C'est donc une bonne adresse !     

Mes amis commandent du sibissi (rat aulacode, vu il y a peu dans cette même ville, Etape à Dolisie... petit et gros rongeur ! ) et moi des missalas (crevettes), le tout accompagné de bananes. L'indispensable bière, Turbo ou Doppel, complète le repas.

 

dolisie-resto-g4-missalas

Un repas bien mérité !

 

Nous n'attendons pas trop longtemps, le service est assez efficace. Manu a appelé son oncle Godefroy, notre contact local. Il dormait, mais vient nous rejoindre pour boire une bière.

Une télévision diffuse un programme local aux images plus ou moins précises. Je sors la carte routière pour étudier avec Manu le parcours de demain. Elle a un peu souffert, car à l'hôtel j'ai écrasé dessus une punaise de lit. Bestiole pas très ragoûtante, j'ai jeté un oeil à la literie, mais je n'en ai pas vu d'autres...

Mes missalas, spécialité de Dolisie, sont très bonnes et mes compères se régalent de leur ragoût.

 

dolisie-resto-g4-hortense

La patronne du restaurant, Mme Hortense

 

Je sympathise avec la patronne du G4 et lui propose de lui tirer le portrait. Elle porte un prénom au charme suranné... Hortense ! Ma proposition la perturbe un peu, elle veut à tout prix se refaire une beauté avant la photo. Elle emploie alors une charmante expression "Je vais me mirer !". Devant un fragment de miroir, elle remet sa coiffe en place.

Mme Hortense ne sait sans doute pas qu'elle utilise un vieux verbe français (employé depuis le 12ème siècle dans cette acceptation, "se regarder dans un miroir ou une surface réfléchissante"), verbe dont nous avons nous mêmes quasiment abandonné l'usage.


Nous cherchons un cadre adéquat pour le cliché. Elle monte une petite mise en scène en portant un plateau avec des bières. Je prends un premier cliché, mais le résultat ne lui plaît pas. En effet, elle sourit un peu, "Ce n'est pas beau, efface-le !". Je recommence et cette fois, c'est bon. Mme Hortense est fort sérieuse et ravissante dans son beau pagne coloré. C'est ce qui s'appelle un portrait posé ! Rien à voir avec le naturel de grand-mère Thérèse à Loudima (cf  Loudima : découverte du village (suite)...).


Je suis toujours surpris par le fait que nombre de congolais sont souriants au naturel et par contre veulent toujours être sérieux, quitte à paraître parfois sinistre, sur les photos.

 

Je demande à Mme Hortense comment lui faire parvenir le cliché. Elle me griffonne sur un bout de papier l'adresse de sa soeur à Paris. Elle doit rentrer au Congo cet été et pourra donc lui remettre la photo. J'ai tenu ma promesse et envoyé le cliché à la parente parisienne, j'espère qu'il est arrivé depuis à destination à Dolisie ! 

Par contre, j'ai complètement oublié de demander à la patronne d'où venait le nom de son restaurant. Que signifie G4 ?

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Dolisie
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 16:00

Nous reprenons la piste en direction de Dolisie. Nous emportons avec nous plein de souvenirs, d'images et de belles rencontres à Moubotsi, à Nkayi, à Moukoukoulou, à Loudima... La piste de latérite me rappelle les femmes de la région de Nkayi cheminant avec leur lourd panier sanglé sur le front. Mes comparses congolais n'avaient jamais mis les pieds dans cette partie de leur pays et ne manqueront pas de raconter nos découvertes à la famille et aux amis.


La poussière rouge tapisse peu à peu notre pare-brise. On n'y voit plus rien ! Le lave-glace est bien sûr toujours vide, car perçé. Je suis obligé de râler auprès de Manu pour qu'il s'arrête nettoyer le pare-brise. A la fois pour la sécurité et pour voir le paysage.

 

nkayi-laterite-mponzi-femme

Femmes de Nkayi lestées de leur lourd panier...

 

A propos de paysage, à peu près à mi-chemin entre Loudima et Moubotsi, on trouve une série de douces collines. La forme délicatement arrondie et le manteau d'herbe vert tendre confèrent à ce relief un aspect surprenant, presque surnaturel.

Je demande à Manu de s'arrêter pour que je fasse une photo. Pas facile avec le rideau de hautes herbes qui borde la piste, et le soleil situé presque en face. Mais je trouve un angle qui évite de "cramer" le cliché.

 

bouenza-mont-belo-congo

Monts de la plaine du Niari revouverts d'herbe

 

Il s'agit des Monts Youloukoyé, somme toute de taille modeste, mais que l'on ne peut que remarquer dans cette partie de la plaine du Niari au relief peu tourmenté (Loudima est à environ 115 m d'altitude).

 

bouenza-soungou-mont-belo

Douce colline au sommet arrondi  

 

Je crois que le point culminant de ce massif est le Mont Bélo, situé près de Soungou, et qui atteint les 385 m de haut.

Il y a dans la localité qui porte ce nom un noeud ferroviaire au PK 200, entre le CFCO et l'ancien réseau de la COMILOG (Compagnie Minière de l'Ogooué) qui file vers le Nord en direction de Makabana, Mossendjo et Mbinda (à la frontière du Gabon). Il permettait de transporter le manganèse extrait de la région de Moanda (au Gabon, près de Franceville).

Je n'ai pas encore "exploré" cette direction. Ce sera peut-être pour une autre fois ?

 

bouenza-plaine-niari-savane

Savane arbustive de la plaine du Niari    

 

Après les vertes collines, la savane agrémentée de maigres arbustes reprend ses droits. Les nuages commencent à faire leur apparition et le jour décline lentement. En regardant le ciel, Manu nous dit qu'il a plu à Pointe-Noire.

 

A l'approche de Dolisie, nous retrouvons le chantier de la Nationale 1, toujours encadré par quelques chinois. Contournements, poussière et ralentissements sont de mise. Un ouvrage d'art est en cours de construction, lequel permettra de franchir la ligne de chemin de fer, visiblement en passant au-dessus. 

 

niari-dolisie-travaux-cfco

Travaux de la Nationale 1 à l'est de Dolisie

 

En attendant, le niveau de protection est bien faible et seuls deux modestes panneaux nous préviennent au dernier moment que la piste croise la voie ferrée. Heureusement que la fréquence des trains est très modeste, cela limite le risque de collision !

Le bitume fait peu après son apparition sous nos pneus et nous rejoignons le centre de Dolisie où nous devons trouver un hôtel pour passer la nuit.

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Niari
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories