Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 14:15

A Moukoukoulou, j'effectue une autre observation botanique, on trouve en effet le long de la piste d'étranges gousses dont la consistance est proche du bois, mais qui sont très légères.

Ce qui surprend, c'est leur taille. Elles font de 40 à 50 cm de long ! Je demande à Christ d'en tenir une dans ses mains, afin d'avoir une échelle pour la photo. Un drôle de haricot géant !

 

bouenza-fabacées-mubala-gousse

Gousse géante (environ 50 cm) de l'acacia

 

Notre adjudant doit bien se demander quel est cet hurluberlu qui photographie des gousses tombées à terre et sans intérêt...

Les gousses comprennent de 5 à 7 alvéoles, ces dernières abritant des graines. Bizarrement, je n'en trouve pas sur le sol. Manu me dit que ces graines ne sont pas comestibles et qu'il ne connaît pas le nom de l'arbre. Mais ces graines sont bien passées quelque part, un animal les trouverait-il à son goût ? Ou bien les villageois de la région en ont un usage que nous ignorons à ce moment-là.

Je finis quand même par trouver une graine, de couleur brune, évidemment de belle taille (5 à 7 cm de long). Elle est relativement plate et de forme elliptique.

 

bouenza-fabacées-mubala-graine

Graine (fève) contenue dans la gousse    

 

Levant la tête, j'essaie de trouver l'arbre à l'origine de la chute de ces fruits géants... J'identifie le "responsable" dont les feuilles ressemblent à celles d'un acacia, ou d'un mimosa. Il fait une vingtaine de mètres de haut.

 

bouenza-fabacées-Pentaclethra-macrophylla

Acacia du Congo

 

Par curiosité, j'essaye de trouver des gousses encore présentes sur l'arbre. Effectivement, en zoomant avec mon appareil photo, j'observe de longues gousses brunes qui pendent dans le feuillage. Impressionnant !

 

bouenza-fabacées-pentaclethra-gousse 

Fruits (gousses) et fleurs de l'acacia du Congo

 

Avec difficulté, je prends une photo (elle est floue vu la grande distance et la luminosité médiocre...). En arrière plan, on voit aussi des fleurs, en forme d'épis et de couleur orangée.

Tous ces éléments me conduisent à penser qu'il s'agit d'un acacia du Congo, arbre de la grande famille des Fabacées (légumineuses, plantes à gousse qui produisent des fèves), ou plus précisément un Mimosaceae. Il porte le doux nom scientifique de Pentaclethra macrophylla

 

congo-acacia-Pentaclethra-macrophylla

Identification de l'acacia du Congo (Dessins de Achmad Satiri Nurhaman © Prota.org)

 

Il porte bien sûr de nombreux autres noms vernaculaires selon les langues locales et les régions, par exemple panzi (en kikongo) et essiri (Congo Brazzaville), mubala et owala (Congo Kinsasha).

Il est répandu dans les zones forestières d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique Centrale. Pour une fois, ce n'est pas un végétal venu d'un autre continent ! 

 

bouenza-acacia-congo

Cime en dôme de l'acacia du Congo


La graine est consommée bouillie ou rôtie en Afrique de l'Ouest. On peut tirer des graines une huile comestible. D'où le nom anglais de l'arbre, "African oil bean". Le caractère "comestible" varie donc en fonction des coutumes alimentaires des pays et des régions. D'autres fabriquent du savon avec l'huile extraite.

Le bois de l'arbre et les cosses vides sont utilisés comme combustible pour la cuisine. Traditionnellement, le bois sert à fabriquer des pilons et des mortiers. Enfin, on attribue différentes vertus thérapeutiques aux feuilles, à l'écorce ou aux graines de cet "acacia du Congo".

Dernière utilisation plus festive, il paraît que les gousses pleines de graines étaient utilisées comme "maracas naturels", pour accompagner des musiciens.

 

 

Sources :

http://www.metafro.be/xylarium/species/SN9225

http://database.prota.org

INVENTAIRE ET DESCRIPTION DES FABACEAE ARBRES (MOMOSOIDAE ET FABOIDAE) DE KINSHASA ET SES ENVIRONS Par David KOMBI KAVIRIRI et le Professeur BELESI KATULA H.

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Nature
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 14:00

Notre adjudant est prêt, habillé cette fois en militaire, tenue kaki, rangers, béret vissé sur la tête et même un petit bâton de commandement à la main ! Nous partons donc tous les quatre en balade.

Nous traversons le pont en direction de Mouyondzi et commençons à monter la piste. Nous ne souffrons pas de la chaleur. Le temps est très agréable, un peu nuageux. 

 

bouenza-vallée-moukoukoulou

Vallée de la Bouenza à Moukoukoulou

 

Nous longeons sur notre gauche le gros rocher qui surplombe le site des chutes. On note la présence de quelques petits éboulements. Sur notre droite, c'est la Bouenza qui poursuit son cours...

 

bouenza-pont-moukoukoulou-barrage

Le pont de Moukoukoulou sur la Bouenza

 

En grimpant sur le talus, et en faisant attention de ne pas chuter de l'autre côté, nous découvrons de superbes points de vue sur la vallée. D'une part sur le pont qui enjambe la rivière...

 

bouenza-vallée-riviere

Vallée encaissée de la Bouenza près de Moukoukoulou

 

... d'autre part sur la vallée de la Bouenza en aval, qui devient très encaissée. La dense forêt semble l'enfermer dans un enchevêtrement de végétation.

 

Nous discutons avec l'adjudant. Il passe un mois complet ici et son point d'attache est à Nkayi, d'où nous venons. L'isolement est presque total, à part les visites des agents de la SNE (l'EDF congolais). Il ne dispose même pas d'un véhicule et il envoie ses hommes faire des achats de nourriture, parcourant à pied 5 ou 6 km jusqu'au prochain village (je crois qu'il a employé aussi le terme de "camp", mais je ne sais plus trop).

Notre homme rigole tout le temps ! Il doit s'ennuyer et est bien content de voir de nouvelles têtes.

 

Je profite bien sûr de la promenade pour observer la nature. On trouve comme à l'accoutumée au bord du chemin de belles fleurs jaunes, qui ressemblent à de grandes marguerites. Il s'agit probablement de Tithonia diversifolia, appelée aussi "tournesol mexicain" (si l'arbuste peut atteindre 2 à 3 m de haut, la fleur est nettement plus petite que celle du tournesol). Introduite au Kenya vers 1920, la fleur s'est répandue en Afrique. Il parait que ses feuilles constituent un très bon engrais.

 

bouenza-fleur-jaune

Fleur du bord de la piste (Tithonia diversifolia)

 

Après un premier cliché, Christ me fait remarquer qu'il y a une sauterelle sur une feuille... Regardant de plus près, ce n'est point une sauterelle mais une mante religieuse !

 

bouenza-fleur-mante-religieuse-affut

Mante religieuse à l'affut près d'une fleur

 

L'insecte rusé est à l'affût près d'une fleur... En tenue verte de camouflage, en position idéale pour attraper, avec ses puissantes pattes avant, un autre insecte qui viendrait butiner ! En un quart de seconde, hop, l'affaire est dans le sac. Les mandibules voraces de la singulière tête triangulaire de la mante religieuse n'auront plus qu'à croquer la proie. Il s'agit bien souvent de papillons.

 

bouenza-fleur-mante-religieuseJPG

Mante religieuse... je suis repéré !

 

Je n'assiste pas à ce spectacle de la nature, mais je suis repéré... La mante a changé de position et elle suit désormais mon objectif ! Elle est face à moi, les pattes avant écartées, menaçante, et se tourne à chaque fois que je change d'angle de vue.

Sacré insecte ! Sa vision doit être tout autre que la nôtre, mais force est de constater qu'elle a détecté un ennemi potentiel et ne compte pas se laisser faire !


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Bouenza
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories