Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 15:50

Au fond du bâtiment, on trouve une fresque relatant l'épopée de Pierre Savorgnan de Brazza, explorant le Congo, signant le traité avec le Makoko... J'avais déjà évoqué ces épisodes sur mon blog lors de la découverte du baobab "historique" près de Dolisie (cf Au pied de l'arbre : Brazza et ses compagnons).

L'ensemble donne une impression un peu naïve et reflète l'imagerie coloniale de l'époque. La fresque n'est pas facile à photographier à cause d'importants reflets, dus aux grandes ouvertures vitrées du mausolée.

 

mausolée-fresque-colonisation

Brazza empêchant un laptot de tirer sur les indigènes congolais

 

Pour contrebalancer l'hommage rendu au colonisateur européen, on célèbre la figure du sergent Malamine, tirailleur sénégalais au service de Brazza. Il était à ses côtés le 13 juin 1880 pour la fondation de Franceville, sur l'Ogooué (aujourd'hui ville du Gabon). Il part avec lui pour le Congo le 25 juin, avec pour objectif de devancer l'explorateur anglais Stanley, mandaté par les Belges.

 

mausolée-fresque-malamine

Fresque : le sergent Malamine

 

Le "fidèle et remarquable collaborateur", selon l'écriteau, fut le premier chef de poste de ce qui sera la future capitale du Congo. La fresque de Malamine Kamara est directement inspirée d'une gravure extraite d'un livre de l'époque (publié en 1884).

Par contre, il est indiqué qu'il est mort à Gorée (Sénégal) en 1886. Si l'information est exacte, Malamine n'était donc pas au pied du baobab de Dolisie en 1887, comme indiqué sur le panneau touristique (cf  A l'approche de Dolisie : le baobab de Brazza ).

 

franceville sergent-malamine

Malamine (©CAOM Neuville et Bréard, Les voyages de Savorgnan de Brazza, 1875-1882)

 

On trouve autour de la rotonde, des vitrines exposant quelques objets anciens, typiques des différentes cultures ancestrales du Congo (statues, masques, fétiches...). Un buste de Brazza en marbre blanc, pas très ressemblant, est posé prêt de l'escalier. Je n'ai pas souvenir d'avoir vu celui en bronze qui ornait préalablement sa tombe à Alger et qui aurait pu suivre les dépouilles (cf Le buste mystérieux de Brazza... ). La muséographie n'est pas extraordinaire, il faut le reconnaître. Sans doute le manque de moyens et de temps pour faire mieux...


Pour l'anecdote, j'ai repéré dans une vitrine l'inversion entre deux étiquettes légendant les objets (reliquaire Kota et statuette Fang que l'on ne peut pas confondre !). Je le signale gentiment au gardien de faction. Celui-ci agit immédiatement. Il prévient un responsable qui ouvre la vitrine et rétablit le bon agencement. Bravo pour la réactivité !

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Brazzaville
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 15:45

Le lieu d'implantation du mémorial n'a pas été choisi par hasard. A côté de la statue, un grand livre ouvert en pierre, reposant sur des mains, rappelle que c'est ici que Savorgnan de Brazza planta le pavillon de la France le 3 octobre 1880. C'est la concrétisation de son premier traité avec le Makoko, Iloo 1er, roi des Tékés, signé le 10 septembre 1880. Le Congo s'engage sur la voie du Protectorat, validé par le Parlement français en 1882.

Il parait que c'est également ici que fut construite la première "maison" de Brazzaville, tout près du fleuve. Le compagnon d'exploration de Brazza, Charles de Chavannes en fit le croquis à son achèvement le 30 septembre 1884.

 

brazzaville maison-1884

Première maison de Brazzaville en 1884 (©CAOM, Charles de Chavannes, "Avec Brazza")

 

Le projet de mémorial vit le jour suite à des contacts entre un petit neveu de Savorgnan de Brazza et l'Etat congolais. L'explorateur est décédé en 1905 à Dakar et enterré à Alger. L'idée de "rapatrier" ses cendres au Congo fit son chemin et la première pierre de l'édifice fut posée en 2005. Le symbolique centième anniversaire du décès fut raté et le mémorial fut finalement inauguré en 2006.

Le projet provoqua de vives polémiques : hommage inapproprié au colonisateur, dépenses somptuaires et indécentes, célébration inutile étant donné que l'homme était déjà honoré par de multiples lieux à son nom (ne serait-ce déjà que par le nom de la ville, bien sûr !), voire construction maçonnique ou temple occulte déguisé en mémorial...


Il est vrai que c'est assez singulier qu'un pays colonisé rende un hommage aussi marqué à l'homme qui a contribué à le mettre dans le giron français. Mais on peut aussi considérer que 1880, c'est l'acte de naissance du "Congo moderne" car auparavant le territoire était constitué de multiples royaumes, divisés, et qui s'affrontaient de temps à autre.

On nous conte aussi que la colonisation du Congo dans les années 1880 fut plutôt pacifique et on met en avant l'humanisme de Savorgnan de Brazza. Par rapport à d'autres contrées africaines (sans parler de l'extermination des Indiens d'Amérique ou des Aborigènes d'Australie...), c'est sans doute vrai. Il n'y a pas eu à ma connaissance de massacres à grande échelle. Mais on tira quand même quelques coups de canon pour débarquer sur les côtes et la conquête des différents territoires fit çà et là quelques morts. D'aucuns soulignent aussi à juste titre que l'on a fait signer des traités à des personnes qui ne savaient évidemment par lire le français...


Le clinquant du monument construit en marbre blanc, d'un coût de 6 millions d'Euros, peut évidemment choquer par rapport à la misère de nombreux congolais... Le mémorial est climatisé, et c'est ce qui m'a un peu surpris lors de mon entrée. Ensuite, l'élément que l'on remarque une fois à l'intérieur, c'est la coupole.


mausolée-brazza-coupole-

Coupole du mémorial Savorgnan de Brazza

 

Quelques vitres sont malheureusement déjà brisées à la base de la coupole. Le dur climat, chaleur et humidité, doit mettre à rude épreuve ce type de structure. Les joints de dilatation sont-ils bien adaptés ?

Au moment de mon cliché, un vol de pigeons (?) est passé au dessus de la coupole. Si j'étais mystique, j'y verrai l'image d'un heureux présage, un vol de colombes apportant paix et prospérité au peuple congolais... J'aimerais bien que cela soit vrai.

Le temps passant, il parait que le monument rentre peu à peu dans les moeurs, les congolais se l'approprient et il devient un incontournable des lieux touristiques à voir à Brazzaville. La preuve, j'y suis !


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Brazzaville
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories