Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 19:30

Nous reprenons la Nationale 1, le long de laquelle fleurissent désormais des panneaux de prévention. Les règles de sécurité au volant sont rappelées : pas d'alcool, pas d'utilisation de téléphone portable, mettre la ceinture de sécurité, respecter les limitations de vitesse. Il faudra plusieurs décennies pour que cela rentre dans les mœurs...

 

mayombe-moukondo-panneaux

Panneaux de prévention au bord de la nationale (© FabMoustic)

 

Après quelques erreurs d'orientation de Manu (décidément, il est fâché avec le plan de Dolisie...), nous retrouvons les artères du centre ville et filons vers l'hôtel "La Renaissance". Il y a pas mal de boue aux alentours, nous sommes bien à Dolisie, avec sa terre pour le moins collante.

Nous demandons au réceptionniste à voir les 3 chambres libres qui restent. C'est potable pour le prix (entre 25 et 45 000 FCFA) ! Manu reste avec nous, il a une chambre à l'étage, Aurélien et moi sommes au rez-de-chaussée.


Nous partons dîner assez tôt, car nous savons qu'à Dolisie l'offre est limitée. L'éventail est nettement moins large qu'à Pointe-Noire, capitale pétrolière, pleine de mindele avides de bons restos. Je propose d'aller au G4, mais l'établissement de Mme Hortense est fermé. Nous sommes dimanche soir...

 

dolisie-restaurant-bayonne-2012

Salle de restaurant chez Bayonne (© FabMoustic)

 

Manu propose d'aller chez Bayonne. Demi-tour ! Nous descendons de la voiture dans la pénombre. Je rappelle à Aurélien de faire attention aux "caniveaux percés". Véritables pièges quand on n'y est pas habitué. On aurait vite fait de s'y briser une jambe !

La salle de restaurant est complètement vide. Mais la réceptionniste nous confirme que c'est bien ouvert. Nous demandons ce qu'il y a en stock en cuisine avant de nous décider. 

Comme il y a le choix, nous indiquons à Manu qu'il peut se garer pour de bon.

 

dolisie-resto-bayonne-turbo-king

Apéro aux couleurs locales (© Truuuc)

 

Nous prenons place sur une petite table, à la nappe moyennement propre. Manu opte pour un ragoût de Sibissi. Aurélien et moi pour la spécialité locale, les crevettes "missalas".

Nous prenons conscience que c'est la même personne qui fait tout, l'accueil, le service et la cuisine. Heureusement que nous sommes les seuls clients !

Nous demandons quelques cacahuètes avec la bière Turbo King, désormais la préférée d'Aurélien. Déception, elles ne sont pas bonnes du tout... Tant pis, nous allons dans le 4x4 chercher nos cacahuètes, achetées à Pointe-Noire dans les bouteilles "Black Stallion", et bien meilleures !

Une seule personne entre dans le restaurant pendant notre repas, mais pour regarder le match de foot à la télé (championnat anglais je crois).

Nous mangeons bien et sommes servis dans un délai raisonnable pour le Congo.

 

De retour à l'hôtel, les plombs sautent à deux reprises dans ma chambre. Je suis obligé de réclamer une serviette de toilette. Ensuite, c'est le porte-serviettes dans la salle de bains qui se descelle du mur... J'ai la "plus belle chambre" mais, il ne faut jamais se fier aux apparences ! Je laisse tomber (c'est le cas de le dire...), pour m'octroyer un repos bien mérité. Difficile de s'endormir avec la télé du voisin d'en face, au volume bien fort.

Le lendemain matin, je n'aurai pas d'eau chaude au robinet... Sans doute le chauffe-eau est-il à l'origine du problème électrique.

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Dolisie
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 19:00

Revoilà notre ville étape où nous devons trouver un hôtel avant la nuit. Cette fois, c'est moi qui décide ! Je n'ai pas envie de retourner dans l'hôtel où j'ai mal dormi mardi.

J'opte pour l'hôtel de la Renaissance près de l'aéroport. Le réceptionniste reconnaît son client occasionnel. Je visite trois chambres du rez-de-chaussée et fais mon choix. Heureusement que je n'ai besoin que d'une nuit, car demain l'hôtel est complet. Il a été réservé par une délégation de la mairie de Pointe-Noire, qui vient fêter les 90 ans de la ville océane. Je n'en vois pas trop l'intérêt à Dolisie, mais bon...

 

Nous filons ensuite dans le quartier situé en dessous de Notre-Dame de Fatima. Il s'agit de retrouver l'hôtel habituel de Manu dans le quartier Bakongo. Je lui dis de tourner à gauche, mais une fois de plus, il ne m'écoute pas... Il descend quelques rues plus bas, et finalement fait demi-tour pour prendre la voie que je lui indiquais ! Christ fait la remarque, à juste titre, que le Manu est têtu... C'est l'un de ses petits défauts. Nous retrouvons l'hôtel Eden, qui a perdu ses palissades en tôles et présente ainsi un bien meilleur aspect extérieur. Par contre, le tarif a un peu augmenté, c'est 10 000 FCFA non négociables. Christ et Manu choisissent une chambre à leur convenance, nous voilà donc tranquilles.

 

Après un peu de repos, nous partons nuitamment à la quête d'un restaurant. Nous nous y prenons assez tôt, car d'expérience, passé 20h30, on ne trouve pas toujours ce que l'on souhaite à Dolisie. Manu suit mon choix et j'opte pour le "G4", où nous avions déjà bu un verre.

Nous nous garons à proximité et sur le trajet, un autre restaurateur nous propose de manger... du singe. C'est inscrit sur son ardoise. Non merci, je n'ai pas envie de manger un beau cercopithèque à face bleue (cf  Loudima : le chasseur de singe...) ou l'un de ses cousins primates, espèce protégée peut-être.

 

dolisie-resto-g4-bambous

Toit en bambous du restaurant le G4

 

Nous entrons sous le toit bardé de bambous où pendent quelques publicités pour de la bière, formant ainsi un contraste insolite. Nous discutons avec la patronne pour savoir ce qu'elle a à nous proposer ce soir. Marché conclu, cela convient à tout le monde ! 

 

dolisie-resto-g4-repas

Christ, Godefroy et Manu au G4

 

Le restaurant ne paye pas de mine (rien à voir avec certains restos tape-à-l'oeil de Pointe-Noire), mais Manu nous dit que parfois des "autorités" viennent manger ici. C'est donc une bonne adresse !     

Mes amis commandent du sibissi (rat aulacode, vu il y a peu dans cette même ville, Etape à Dolisie... petit et gros rongeur ! ) et moi des missalas (crevettes), le tout accompagné de bananes. L'indispensable bière, Turbo ou Doppel, complète le repas.

 

dolisie-resto-g4-missalas

Un repas bien mérité !

 

Nous n'attendons pas trop longtemps, le service est assez efficace. Manu a appelé son oncle Godefroy, notre contact local. Il dormait, mais vient nous rejoindre pour boire une bière.

Une télévision diffuse un programme local aux images plus ou moins précises. Je sors la carte routière pour étudier avec Manu le parcours de demain. Elle a un peu souffert, car à l'hôtel j'ai écrasé dessus une punaise de lit. Bestiole pas très ragoûtante, j'ai jeté un oeil à la literie, mais je n'en ai pas vu d'autres...

Mes missalas, spécialité de Dolisie, sont très bonnes et mes compères se régalent de leur ragoût.

 

dolisie-resto-g4-hortense

La patronne du restaurant, Mme Hortense

 

Je sympathise avec la patronne du G4 et lui propose de lui tirer le portrait. Elle porte un prénom au charme suranné... Hortense ! Ma proposition la perturbe un peu, elle veut à tout prix se refaire une beauté avant la photo. Elle emploie alors une charmante expression "Je vais me mirer !". Devant un fragment de miroir, elle remet sa coiffe en place.

Mme Hortense ne sait sans doute pas qu'elle utilise un vieux verbe français (employé depuis le 12ème siècle dans cette acceptation, "se regarder dans un miroir ou une surface réfléchissante"), verbe dont nous avons nous mêmes quasiment abandonné l'usage.


Nous cherchons un cadre adéquat pour le cliché. Elle monte une petite mise en scène en portant un plateau avec des bières. Je prends un premier cliché, mais le résultat ne lui plaît pas. En effet, elle sourit un peu, "Ce n'est pas beau, efface-le !". Je recommence et cette fois, c'est bon. Mme Hortense est fort sérieuse et ravissante dans son beau pagne coloré. C'est ce qui s'appelle un portrait posé ! Rien à voir avec le naturel de grand-mère Thérèse à Loudima (cf  Loudima : découverte du village (suite)...).


Je suis toujours surpris par le fait que nombre de congolais sont souriants au naturel et par contre veulent toujours être sérieux, quitte à paraître parfois sinistre, sur les photos.

 

Je demande à Mme Hortense comment lui faire parvenir le cliché. Elle me griffonne sur un bout de papier l'adresse de sa soeur à Paris. Elle doit rentrer au Congo cet été et pourra donc lui remettre la photo. J'ai tenu ma promesse et envoyé le cliché à la parente parisienne, j'espère qu'il est arrivé depuis à destination à Dolisie ! 

Par contre, j'ai complètement oublié de demander à la patronne d'où venait le nom de son restaurant. Que signifie G4 ?

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Dolisie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories