Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 18:00

Avant d'atteindre la nationale, nous effectuons un arrêt dans un minuscule village. D'ailleurs peut-on parler de village concernant 2 ou 3 cases isolées, au bord de la piste de Bilala ?

Nous descendons les pieds dans les flaques d'eau... Je vois d'ailleurs une nèpe, insecte aux moeurs aquatiques, reconnaissable à sa forme et surtout à son siphon caudal qui lui permet de respirer.

Une famille est installée là, sous les arbres. Je distribue quelques bonbons (nous n'avons presque pas vu d'enfants à Bilala), notamment à un tout petit garçon qui marche tout juste. Il ouvre bien grand ses yeux ronds !

Les grands ne rechignent pas sur la friandise, mais la maman râle. Elle me reproche que ce soit tout ce que j'ai à offrir. Elle m'explique avoir sept enfants et préférer de l'argent. Je lui réponds que nous avons eu la gentillesse de nous arrêter... Ce n'est pas grand chose, bien sûr, dans cette misère ambiante ! Je lui donne quelques pièces et elle me dit que "c'est bien".

J'offre à un ancien qui nous rejoint, un stylo. Il me demande si je n'ai pas un bloc-notes. Hélas, non !

Aurélien est resté en retrait et, trop timide, a posé ses crayons de couleur sur une souche d'arbre. Il n'a pas osé les donner directement. Je fais l'intermédiaire. Ce sera utile pour les enfants.

 

mayombe-marché-cadeaux

Distribution de stylos (© FabMoustic)

 

Nous voilà repartis ! Comme il nous reste quelques stylos, que nous ne comptons pas ramener en France, nous effectuons une autre halte, quelques kilomètres plus loin, au niveau d'un petit marché. Il se situe au bord de la route nationale, avant Malélé. 

Nous nous garons derrière un camion. Au début l'accueil est assez froid. Nous sommes perçus un peu comme des intrus... Les fruits et légumes sont étalés sur le sol, attendant le preneur. Je distribue mes derniers bonbons, mais les regards des petits et des grands sont fuyants. Que font-ils là ? Méfiance.


mayombe-marché-cadeaux-enfants

Manu distribuant les stylos (© FabMoustic)

 

Mais quand nous commençons à distribuer des stylos, l'intérêt est plus marqué. Manu aide Aurélien à faire face à l'afflux de demandeurs ! Au début des enfants, et ensuite aussi des adultes. Manu tempère les audaces des plus téméraires...

 

Un homme montre la mine de stylo avec laquelle il travaille et se plaint de son sort. Je lui donne un stylo tout neuf ! Il est content et me montre les petits bouts de papier qu'il met sur ses fruits (bananes notamment) pour indiquer le prix.  

 

mayombe-marché-homme-stylo

Homme à la mine de stylo... (© FabMoustic)

 

Je remarque parmi ces légumes à vendre au marché, des gombos. Le fruit de cette plante africaine est une capsule pentagonale verte, assez remarquable. Je n'ai pas encore goûté !

Je charrie un peu un adolescent qui porte un T-shirt à l'effigie du rappeur Eminem. Un autre me dit d'acheter des bananes ! Je lui réponds que j'en ai mangé à midi.

Nous voilà repartis, je salue le chauffeur routier qui porte son permis autour du cou. Bon, je dis à Manu que le choix de l'arrêt était moyen... C'est plus sympa dans un petit village qu'au niveau d'un marché en bord de route.

 

mayombe-nationale-manzi

Panneau indicateur "Manzi" sur la RN6 (© Truuuc)    

 

Au carrefour de Malélé, Aurélien remarque la pancarte qui indique "Manzi", nom d'un village sur la route des gorges de Sounda. C'est le nom d'un ancien collègue de travail !

C'est possible que les Portugais aient laissé des traces dans cette zone du Congo. Mais les documents plus anciens évoquent plutôt "Mandji". Mystère...


Il nous reste encore 70 km à parcourir. Alors que le soleil descend à l'horizon, nous arrivons vers la saline et les installations pétrolières italiennes. En haut de la colline, c'est l'occasion de faire un beau cliché associant soleil couchant et torchère. 

 

mayombe-coucher-soleil-torchere

Torchère sur fond de soleil couchant (© FabMoustic)

 

La fin de parcours est moins agréable. Les véhicules roulent beaucoup trop vite sur cette portion quasiment plate de la nationale. Manu double un car (encore siglé du Conseil Général de Vendée, don de ce département). Mécontent, le chauffeur le redouble un peu plus loin dans des conditions très limites. Un autre car nous double en klaxonnant et en prenant la route en contre-sens. Complètement givré ! 

Je dis à Manu de se calmer à moins qu'il veuille que nous reprenions l'avion pour la France entre 4 planches... Je lui annonce que la prochaine catastrophe sera un accident de car, avec des dizaines de morts à la clé, si les chauffeurs conduisent comme des fous. Il prétend qu'ils sont formés à la conduite !! Eh bien, ils ont dû tout oublier. Un grumier en face, et c'est foutu...

Après Mengo, nous retrouvons une vitesse plus raisonnable à cause de la densité de circulation des faubourgs anarchiques de Pointe-Noire. Il fait nuit. Dans les bouchons, je téléphone à Gauthier pour lui donner rendez-vous au Palm Beach afin qu'il me remette l'autorisation de sortie d'oeuvres d'art.

Et puis nous devons aussi saluer Patrice avant notre départ. Le programme est encore chargé...

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 16:00

Après le passage du train, nous marchons jusqu'à la gare. Elle est fort défraîchie... Les murs ont besoin d'un bon coup de peinture et les toits sont bien rouillés. Les fenêtres sont déglinguées et la palissade très fatiguée... Seul le petit pavillon, à l'écart de la gare, a été retapé plus récemment.

 

mayombe-bilala-gare-cfco

Gare du Chemin de Fer Congo-Océan à Bilala (© FabMoustic)

 

Nous saluons un homme barbu habillé de gris qui semble être un employé de la gare. Puis nous tombons sur deux singuliers voyageurs. Il s'agit de deux Témoins de Jéhovah ! Nous voilà alpagués même en plein coeur du Mayombe. J'ai droit à un prospectus "Une vie paisible dans un monde nouveau". Après la mort ou le jugement dernier...

Nos interlocuteurs nous demandent de dire à l'occasion aux adeptes français que les congolais sont actifs !

 

mayombe-bilala-vue

Vue sur le village de Bilala (© FabMoustic)

 

De la gare nous avons une vue sur le village noyé dans son écrin de verdure, avec de nombreux bananiers entourant les cases.

Près du passage à niveau, un homme répare le toit en tôles de sa case. Un peu tendu, il me demande si je l'ai pris en photo. Je lui réponds que non, que je lui aurais demandé auparavant son accord. Ce qui est vrai.

Je distribue quelques bonbons à la famille. La grand-mère, gourmande, m'en réclame un deuxième !

 

mayombe-bilala-village

Entrée du village de Bilala (© Truuuc)

 

Nous retrouvons Manu, garé un peu plus bas. Il y a un groupe d'hommes près d'une petite case. L'un d'eux, un peu excentrique, me parle en anglais. Il m'explique avoir dû arrêter ses études et adorer la langue de Shakespeare. Je lui réponds "in English" que nous prenons l'avion ce soir et devons y aller. Il n'arrête pas de parler anglais, plutôt pas mal.

 

mayombe-bilala-piste-retour

Piste de Bilala, au retour... (© FabMoustic)

 

Manu demande si nous allons à Bilinga. Je lui réponds que nous n'avons plus assez de temps. Il faut rejoindre Pointe-Noire où d'autres rendez-vous nous attendent.

Nous reprenons la piste en direction de la Nationale 1. Nous croisons deux motocyclistes et un piéton. Manu s'arrête et s'excuse auprès du piéton, expliquant que tout à l'heure, il n'avait pas bien compris sa destination. L'homme répond que ce n'est pas grave, cela fait du bien de marcher !


Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Kouilou
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories