Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 09:05

Les voies ferrées de la gare de Favre-Moubotsi sont bordées de grands arbres. Sans doute a t-on voulu reproduire le même schéma que pour les gares construites sous la IIIème République en France. Mais c'était avec d'autres arbres comme les platanes, les tilleuls ou les marronniers !

 

Ici ce sont des tecks qui ont été plantés. C'est un arbre tropical (Tectona grandis) originaire d'Asie (Inde, Indonésie, Asie du sud-est). L'essence a donc été introduite au Congo, et en Afrique en général au début du XXème siècle, pour exploiter des plantations. Soumis à la concurrence dans la forêt, il peut s'allonger pour chercher la lumière et atteindre 50 m de haut.

 

moubotsi-gare-voie-teck

Voie ferrée bordée de tecks

 

Ceux de Moubotsi sont moins grands, mais de belle taille quand même (20 à 30 mètres). De larges feuilles ovales de 30 à 50 cm habillent les branches. Sa croissance est assez lente et il faut bien souvent attendre 50 à 80 ans pour une exploitation commerciale.

 

moubotsi-fruit-teck-congo

Feuilles et fruits du teck

 

Les larges inflorescences pyramidales prennent place à l'extrémité des rameaux. Mais en mai, la saison des fleurs est passée au Congo. L'arbre est toutefois reconnaissable par son singulier fruit au calice parcheminé. Je n'ai pas eu la curiosité de l'ouvrir, mais il comporte d'ordinaire un noyau à 4 graines. Il est parait-il comestible.

 

moubotsi-fruit-teck-parcheminé    

Fruit parcheminé du teck

 

Bien sûr, on utilise depuis des siècles le bois brun foncé du teck en ameublement et pour la construction navale. Facile à travailler, il présente de nombreuses qualités (imputrescible, résistant aux intempéries et aux termites, non oxydant pour les métaux).

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Nature
commenter cet article
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 14:00

Autour de nous, plusieurs familles sont installées pour passer un agréable moment de détente dominicale. D'un côté, on trouve un groupe d'italiens, de l'autre des congolais. Certains ont amené leur pique-nique, d'autres ont passé commande comme nous.

L'océan charrie de gros rouleaux, nous sommes à quelques mètres du rivage et donc mouillés par les embruns. Je dois essuyer mes lunettes à intervalles réguliers... L'endroit est calme, peu fréquenté et fort sympathique, quoique un peu trop dépourvu de végétation. 

 

 

tchissanga-plage-paillote

David sous la paillote à Tchissanga plage

 

Nous allons attendre finalement plus d'une heure sous notre paillote avant de déjeuner à... 15 heures ! Je pourrai enfin manger mon petit capitaine avec des frites et David sa carpe au manioc. Je change de position au fur et à mesure que le soleil tourne et me rattrape... Je me décale ainsi autour de notre superbe table faite d'un gros rouleau en bois (peut-être provenant d'un chantier ?), mais quand même recouverte d'une nappe colorée.

 

tchissanga-plage-surf

Gros rouleaux et petit surfeur  

 

Vers 16 heures, nous décidons de faire une balade le long de la plage. Quelques enfants se baignent. Un surfeur courageux affronte la barrière maritime blanche et agitée.

Un pêcheur de type moyen-oriental (accompagné de sa femme voilée) a lancé quelques lignes et attend que le poisson veuille bien mordre à l'hameçon. 


Régulièrement, nous trouvons sur le rivage de petits marigots d'eau saumâtre au delà de la couche de sable côtier. Comme le dit David, quand "la mer est en colère", elle déborde et remplit les trous d'eau et de débris. Passé la plage fréquentée, la végétation se fait également plus dense et de nombreux palmiers sont présents.


 

 

tchissanga-plage-marigot

Marigot en bord de plage

 

Contrairement aux environs de Pointe-Noire, on ne trouve pas trop de déchets (plastique, canette de bière...). Les courants doivent ramener les débris vers le port.

 

tchissanga-plage-colline

Collines dominant la côte

 

David s'amuse à courir après les petits crabes beiges, qui s'empressent de se planquer dans leur trou à notre approche. Plus loin, nous voyons que la colline dominant la route nationale est en partie dénudée. Résultat d'une déforestation ?

 

tchissanga-plage-arbre

Rivage avec des fantaisies de la nature

 

Sur la plage, une singulière sculpture est constituée d'une branche plantée dans le sable, semblant constituer une sorte de chaise. Je suis sûr qu'en Art moderne cela se vend !

Lors du trajet retour, nous croisons cette fois des crabes rouges, un peu plus gros. Après environ 1 heure de marche, nous songeons à rentrer à Pointe-Noire. 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Nature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories