Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 10:00

Dans la cour de la résidence, je retrouve Jaurès. J'observe avec lui un arbre planté près de l'accueil. Sans doute trop près d'ailleurs, car à terme il peut atteindre 15-20 m de haut. 

C'est un jeune badamier de 4-5 mètres. Encore une fois, ce n'est pas un végétal originaire d'Afrique, mais d'Asie du sud, qui porte le nom scientifique de Terminalia catappa.

 

badamier-congo-arbre

Le badamier

 

L'arbre au tronc grisâtre est reconnaissable à ses branches qui poussent à l'horizontale. Cette ramure étalée en fait un arbre idéal pour avoir de l'ombrage. On trouve des spécimens de plus grande taille le long de certaines avenues de Pointe-Noire.

 

badamier-congo-fruit

Fruit du badamier

 

En regardant de plus près, je vois quelques fruits portés dans le creux du feuillage. Ceux qui sont verts portent encore le vestige de la fleur, une tige d'une quinzaine de cm de long.

 

badamier-fruit-mur-badame

"Badames" mûres

 

Les grandes feuilles oblongues d'un beau vert, prennent une teinte rougeâtre en saison sèche. Les fruits en murissant deviennent jaunes puis se colorent de rouge.

 

badame-fruit-jaune

Drupes à maturité

 

Jaurès ramasse quelques fruits de forme ovale, qu'il appelle "dames", et m'explique qu'à l'intérieur on trouve une amande comestible. Il n'est pas loin de la vérité... l'arbre tire son nom de cette noix, "badam" signifiant amande en persan.

L'autre nom donné au fruit sec est le myrobolan (ou myrobalan), utilisé autrefois en pharmacie.

 

badamier-fruit-amande

Amande comestible du badamier

 

En enlevant la coque jaune, Jaurès me montre l'amande dissimulée à l'intérieur. Ceci lui évoque des souvenirs... Etant gamin, il avait fait un jour l'école buissonnière et s'était nourri ce jour là d'amandes du badamier !

Nous voyons passer un minuscule oiseau dans l'arbre. Le garde me dit que c'est un "mange-mil". Pas sûr qu'il s'agisse du petit passereau qui vit en colonies et qui ravage les cultures de céréales (d'où son nom).

Je réponds à Jaurès qu'il existe aussi au Congo d'autres "mange-mille"... surnom donné aux policiers auxquels on est contraint de donner un billet de mille, pour éviter confilt ou amende injustifiée !

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Nature
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 16:30

J'avais repéré les jours précédents dans les buissons de la résidence, un oiseau que j'espérais photographier depuis quelques temps... Mais difficile de se trouver au bon endroit, au bon moment, l'appareil photo à la main.

Ce samedi après-midi, c'est chose faite ! Le long du mur du bâtiment d'accueil, dans les arbustes arborant quelques fleurs, je le vois virevoltant, sautillant d'une branche à l'autre.

 

souimanga-male-congo

Oiseau dans les buissons

 

C'est un superbe souïmanga mâle, au plumage noir réhaussé sur le haut du corps de plumes aux reflets métalliques vert et bleu.

 

souimanga-colore-congo

Souimanga mâle au plumage scintillant

 

L'oiseau est méfiant et se tient à l'affût entre deux butinages de fleur. Je suis à quelques mètres de lui... Son oeil minuscule se devine à peine sur sa tête.

 

souimanga-butinant-congo

Butinage des fleurs...    

 

Le volatile agile plonge son bec recourbé dans le coeur des fleurs pour en retirer le nectar.

 

souimanga-male-debout-congo

Comment mieux atteindre le nectar...

 

Il ne pèse que quelques grammes car les feuilles ne plient pas sous son poids. Par moment, il se met debout pour atteindre les fleurs et dévoile alors ses pattes maigrelettes.


Je ne sais pas précisément de quelque espèce de souimanga il s'agit. Il y en a des dizaines en Afrique, dont le plumage vert est comparé à de la malachite, célèbre minéral du Congo (cf Vie quotidienne... Arsène et la malachite ) et d'autres à gorge bleue ou rouge, à ventre jaune... Il y a même une espèce dénommée "Souimanga du Congo". Mais je n'ai pas trouvé de photo pour comparer au mien...

J'avais photographié, tant bien que mal, les congénères de ce mâle, lors de mon précédent séjour (cf Jour de départ : observations ornithologiques ; Jour de départ : observations... souimanga).


Le garde Jaurès appelle ses oiseaux des "tchan-tchang", peut-être en référence au chant de l'oiseau ? Que je n'ai pas eu l'occasion d'entendre.

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Nature
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories