Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 16:50

Nous retournons à la station service, où quelques moutons viennent paître l'herbe tendre. Super, l'amortisseur est réparé ! Je remercie les mécaniciens.

 

mossendjo-moutons

Moutons derrière la station service (© Truuuc)

 

Mais il nous faut trouver du carburant. Avec l'aide de Godefroy qui vient de nous rejoindre, nous filons vers un premier contact. Après quelques bifurcations, nous nous arrêtons devant un petit bistrot où quelques hommes sont accoudés au comptoir d'une cabane en planches.

Hélas, le contact déclare que la "réserve" est à sec... Demi-tour, Godefroy nous conduit vers un second contact, dans un autre quartier. Bien entendu, plus de bitume, mais des sentiers de terre battue.

 

mossendjo-case-briques

Habitation de Mossendjo (© FabMoustic)

 

C'est un quartier populaire constitué de petites maisons en brique, certaines enveloppées dans un cocon de végétation, agrémenté de quelques fleurs qui ressemblent à des cannas rouges. Les palissades de tôles, moins esthétiques, font aussi partie du paysage. Contraste toujours marquant, la parabole marquée du logo d'une chaîne payante française pousse sur certaines habitations. 

 

mossendjo-enfants

Enfants de Mossendjo (© FabMoustic)

 

Godefroy négocie quelques instants avec son contact. 

Je distribue quelques bonbons et stylos à trois petits garçons du voisinage. Au delà de la timidité, la communication n'est pas évidente, j'ai l'impression qu'ils ne parlent pas français. En tout cas, je ne comprends rien aux quelques mots qu'ils échangent entre eux.

 

mossendjo-vehicule-godefroy

Godefroy et le 4x4 (© FabMoustic)

 

Le prix négocié est de mémoire raisonnable, je ne me souviens plus trop, nous avons dû acheter environ 25 litres d'essence.

Je ne sais pas si ce commerce parallèle est bien légal, mais cela nous dépanne ! Enfin, cela peut aussi s'avérer dangereux de stocker du carburant chez soi. Il fait chaud sous l'équateur et les vapeurs d'essence ne demandent pas grand chose pour s'enflammer.

Nous sommes en tout cas libérés d'un poids, nos problèmes logistiques sont réglés ! Godefroy veut nous faire découvrir un autre quartier.

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Niari
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 16:45

Pendant que l'amortisseur est réparé, je m'approche d'une grande maison d'allure coloniale, située juste en dessous de la station service.

Elle est jouxtée d'un superbe flamboyant dont l'ancienneté ne fait pas de doute et dont la plantation pourrait être contemporaine de la construction de la maison.

 

mossendjo-poste-colonial-maison

Maison coloniale de Mossendjo et le flamboyant (© FabMoustic)

 

Le sentiment de l'appartenance à l'époque coloniale est renforcé par la présence de deux sapins, arbres exogènes au Congo, et inconnu ici avant l'arrivée des français.

J'interroge deux jeunes hommes qui s'affairent sur le côté droit de la maison, mais ils sont incapables de me donner la moindre information quant à l'histoire du lieu. A gauche, sont stationnés quelques véhicules de la ville de Mossendjo.

 

mossendjo-poste-colonial

Façade du pavillon colonial et sapins ( © FabMoustic)

 

Le pavillon me rappelle ceux du poste de Loudima (cf Loudima : découverte du centre "historique" ), mais parait un peu plus récent. Etait-ce l'habitation d'un administrateur, le siège du poste de Mossendjo, la simple maison d'un colon ? Mystère.

Un administrateur français résidait en tout cas dès 1911 à Mossendjo. Sans doute au début dans une construction couleur locale, avant d'avoir un édifice "en dur".

 

Pendant ce temps, Aurélien découvre sur l'avenue la Poste de Mossendjo, SOPECO (Société des Postes et de l'Epargne du Congo). Le bâtiment en béton peint en bleu et jaune est un peu défraîchi.

 

mossendjo-poste-sopeco

La Poste de Mossendjo (© Truuuc)

 

Quand il revient, il me demande si je connais des insultes en "congolais", car il a cru être insulté. Je n'en connais pas, et cela m'étonne. Les personnes croisées ont sans doute été simplement surprises de voir un Blanc avec un appareil photo. Aucune manifestation d'animosité à notre encontre à noter à Mossendjo.

 

Sur la pelouse devant la maison coloniale, nous photographions un arbre singulier qui ressemble à un petit palmier.

 

mossendjo-poste-cycas-palmier

Faux-Palmier (© Truuuc)

 

Plusieurs spécimens déploient leurs feuilles d'un vert vif et brillant. Certains arbres ont été élagués et dévoilent en leur centre un étrange cône de couleur orange.

 

mossendjo-poste-cycas-male

Cycas mâle (© FabMoustic)

 

Il s'agit en fait d'un cycas (Cycas circinalis), plante ligneuse gymnosperme, ni palmier, ni fougère arborescente, originaire d'Asie et notamment d'Inde du sud. Il est parfois appelé faux-sagoutier.

C'est l'arbre mâle qui porte en son centre ce curieux attribut orange de forme ovoïde.

 

mossendjo-poste-cycas-cône

Cône orange du cycas mâle (© FabMoustic)

 

Le cône est l'organe reproducteur qui va libérer des sporophylles, excroissances ligneuses qui évoquent celles de la pomme de pin. Il parait qu'à maturité, l'inflorescence mâle est nauséabonde. Ce n'était pas le cas, je n'ai rien senti...

Les arbres femelles ont aussi un organe reproducteur central, mais d'apparence différente, avec plusieurs petits cônes disposés en cercle. 

 

Repost 0
Publié par Fabrice Moustic - dans Niari
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Fabrice au Congo
  • Le blog de Fabrice au Congo
  • : Carnets de voyages au Congo-Brazzaville, principalement à Pointe-Noire, mais aussi dans d'autres régions du Congo, agrémentés de photos, d'informations culturelles et touristiques et d'impressions personnelles.
  • Contact

Recherche

Catégories